Fontaines

Fontaine des Trois Grâces Montpellier.

Écrit par Super User. Publié dans Fontaines.

IMG 2466

       La Ville de Montpellier commande en 1773 au sculpteur Etienne d’Antoine une fontaine monumentale. En 1776, un bloc de marbre engendre une œuvre magnifique, les Trois Grâces. Le travail de l’artiste est remarquable. Au bout des 3 ans consacrés à la création de l’œuvre, les projets de la ville ont changé, on ne sait plus quoi en faire ! Au début on pensait mettre les statues Place de la Canourgue, mais ce n’est plus possible. On paie d’Antoine, on enterre le projet et les statues finissent dans un entrepôt municipal. Il en coule de l’eau sous le pont du Lez avant que la municipalité imagine que le monument d’Antoine agrémenterait avantageusement l’actuelle Place du Marché aux fleurs. Et finalement, ce ne sera pas possible, retour au dépôt pour longtemps. Ce n’est qu’en 1797, à sa majorité, 21 ans, que les Trois Grâces sont installées Place de la Comédie. La mairie de l’époque veut quelque de joli mais elle n’a que ça sous la main. A l’emplacement des statues, il y avait un abreuvoir qui pour l’occasion est déplacé derrière le théâtre (actuel Opéra-Comédie). Chez les montpelliérains les habitudes sont difficiles à changer, pendant des années, on continue à faire boire les chevaux au même endroit, dans la vasque aux pieds des Trois Grâces. Le crottin parfumé au purin et l’invasion de mouches autour du bassin des Trois Grâces, en plein centre-ville, pose de sérieux problèmes d’hygiène ! La ville a recours aux forces de l’ordre pour protéger les bassins de la soif et des excréments des chevaux ! A cette époque un autre problème se pose. Elles sont jolies les Trois Grâces, mais elles sont nues, oui à poil, ça ne se fait pas, ça dérange quelques âmes pudiques ! A chaque fête religieuse ou civile, on les couvre d’un drap. En 1895, les filles dénudées s’éloignent du théâtre pour s’installer au centre de la Place, la vasque est remplacée et l’ensemble est surélevé d’un bon mètre. L’aspect global ne change plus jusqu’en 1963. A cette date on pave de marbre l’Œuf qui valorise la fontaine monumentale. En 1989, la mairie de Montpellier constate que les statues vieillissantes sont abîmées, elles sont remplacées par une réplique en résine. C’est-ce que l’on peut voir actuellement sur la Place de la Comédie. Les Trois Grâces, les vraies, sont à l’abri à l’intérieur de l’Opéra.