Histoire d'ici

Avène, le pays de l’eau.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

Avène doit sa renommée aux propriétés de son eau de source, déjà connues des Romains qui y avaient construit des thermes, ensuite tombés en désuétude pendant de nombreux siècles. Ces propriétés médicinales seront redécouvertes au XVIIIème siècle, par hasard…et par un cheval. Les terres appartenaient alors au marquis Pons Rosset de Rocozels. Un jour de 1736, l’un de ses chevaux qui souffrait d’une vilaine pelade, vient se désaltérer et se rouler dans uns mare alimentée par une source d’eau tiède. Le manège se répète les jours suivants. Quelques temps après, l’animal est guéri, sa robe est redevenue superbe. Le marquis alerte des amis médecins, qui expérimentent cette eau sur certains de leurs patients. Ses effets thérapeutiques se confirment dans les cas de dermatoses et même d’ophtalmies. On crie au miracle, et on place la source sous la protection de Sainte Odile, la petite duchesse née aveugle à qui l’eau du baptême a redonné la vue. En 1743, un établissement thermal se construit où l’on soigne les maladies de la peau.

La source Ste Odile, au pied des Cévennes, jaillit à une température constante de 25,6 degrés, à raison de 70 000 litres par heure, après avoir cheminé pendant 40 ans dans le sous-sol cévennol. Bactériologiquement pure, l’eau d’Avène possède un pH neutre. Faiblement minéralisée, chargée d’oligo-éléments, très riche en silice, elle dépose sur la peau un film protecteur et apaisant. Ses propriétés se sont révélés bienfaitrices pour les affections dermatologiques (elle a servi à traiter avec succès les grands brûlés de l’incendie de Chicago aux USA en 1870), elle est reconnue d’utilité publique en 1874. Un siècle plus tard, Pierre Fabre, un industriel pharmaceutique, achète le petit établissement thermal et développe les recherches sur les propriétés de l’eau d’Avène. Ainsi débute le "thermalisme scientifique" qui trouve sa concrétisation dans l’inauguration, en 1990, d’un nouvel établissement moderne. Depuis les thermes d’Avène, traitent les curistes adultes et enfants (un patient sur trois), venus soigner des affections de la peau : eczémas, psoriasis, prurits divers et cicatrices de brûlures

Avène, est aussi l’une, des deux stations françaises à se consacrer exclusivement à la dermatologie. Cette eau thermale aux qualités exceptionnelles a donné naissance 1989 à une ligne de produits de soins derma-cosmétiques élaborés sur le site même, juste à côté de la source. Ces produits destinés aux peaux sensibles et allergiques, sont exportés à 65 % et connaissent notamment un grand succès jusqu’au Japon où l’on connaît le nom du modeste village de 275 habitants niché au cœur des vertes collines du Haut-Languedoc, aux confins du département de l’Hérault, où le nom de ce petit village de l’Hérault est ainsi devenu familier à tous.