Histoire d'ici

Les joutes : une sacrée histoire.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

      La joute n’est ni un sport, ni un jeu. Elle peut être assimilée à un art mais elle est plus sûrement une religion. La preuve, son Noël tombe le lundi de la Saint Louis. Certes, depuis 1789, le défilé du lundi matin ne se conclut plus par une messe (elle a désormais lieu la veille à 11 h) mais tous les rites qui entourent la pratique de la discipline gardent ce caractère sacré. Ainsi, un peu comme on naît chrétien, on devient catholique, on ne être jouteur que si on est au préalable affilié à la communauté (fils, gendre, oncle…). A partir de là, il faut juste avoir foi en ses moyens pour arriver à l’heure du baptême avec courage et abnégation. Car, plus qu’une première passe, il s’agit d’un rite de passage entre deux âges, adolescence à adulte. A Sète, on ne devient un homme que lance et pavois en mains.

Certains poursuivront cet apprentissage de la vie en participant aux communions dominicales, de juin à septembre. D’autres en resteront là, en terme de pratique, mais ne manqueront quand même sous aucun prétexte la cérémonie du lundi de la St Louis, dans ce temple à ciel ouvert qu’est le Cadre royal. En tenue blanche (autrefois en costume tout court), ils s’inclineront devant l’Ajustaïre, au rythme des hautbois et des tambours qui reprennent le même air depuis le XVIIème siècle, applaudiront au salut et aux accolades de ceux qui ont bravé leur peur pour monter à nouveau, via la bigue, sur la tintaine. A l’image d’un prêtre qui accéderait à sa chaire.

Cette tradition, qui se révèle à travers le déroulement séquencé d’un tournoi, d’une passe, s’est prolongée au fil des années et des siècles grâce à la force de tous ces symboles religieux. Une preuve supplémentaire ? A en croire, un ancien historien, (d’un club de joute de la ville) la joute qui opposa Henri II à Montgomery le 10 juillet 1559, modifia le visage d’une royauté en pleine…Renaissance.

La mort d’Henri II, ce jour-là, offrit une trêve aux protestants, alors qu’il tentait d’éradiquer l’hérésie. Ce sera la guerre civile. Philippe le Bel sacrifiera ensuite les joutes mais pas les joutes nautiques. Amen…

Combat de chevaliers de la tintaine. Photo N°

Chaque année depuis 1666, année de création de la ville de Sète, ses habitants fêtent la St Louis le patron de leur ville. Un événement festif couronné par le célèbre tournoi de joutes nautiques, toutes catégories, dont le vainqueur atteint un statut de demi-dieu dans sa ville. Les historiens attribuent l’origine aux croisés qui, en attendant de prendre le bateau depuis Aigues-Mortes pour la Terre Sainte, tournoyaient comme à cheval mais sur des barques propulsées par dix rameurs.