Histoire d'ici

Port-Vendres, le renouveau.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

        Niché au creux de magnifiques criques de la Côte Vermeille, Port-Vendres, entre mer et montagne, est le petit port emblématique des Pyrénées Orientales. Village atypique, conjuguant histoire et modernité, révéle ses rapport avec la Méditerranée sous un jour nouveau. Au détour d’un col, un château fort au passé tumultueux domine la vieille cité, arrimé sur les contreforts tapissés de vignes délivre un écrin de verdure avec la Grande Bleue à ses pieds. Aiguisés par la curiosité, vos pas vous conduiront vers le nouveau port, construit en 1836, où le mouvement des bateaux, petits et grands, est permanent. La place de Castellane havre de quiétude engendre la vue sur la rade et vers le large ; la place de l’Obélisque, premier monument érigé à la gloire de Louis XVI, avec à ses pieds la Vénus d’Aristide Maillol dominent le Vieux-Port sur lequel s’activent les vieux pêcheurs, aux visages burinés par le soleil, raccommodant les filets, l’église Notre Dame de Bonne Nouvelle, borne de départ de la longue rue du Soleil dont le nom est explicite. Sur les quais remplis de vie, le charme désuet des façades traditionnelles se soutenant mutuellement, reflétent la solidarité entre les générations, les accueillantes terrasses des cafés permettent de rêver en regardant les voiliers de prestige et les villes flottantes que sont les navires de croisières. Un rêve qui s’échappe vers l’original phare et au-delà vers l’horizon. Après cette promenade agréable, les plages qui agrémentent le port de Vénus possèdent des arguments alléchants notamment le cadre environnemental naturel. Rattaché à Port-Vendres, le hameau de Paulilles situé sur la route de Banyuls sur Mer abritait depuis 1870 une fabrique d’explosifs dans un cadre déjà enchanteur. Ce hameau vivait presque en autarcie et une école maternelle accueillait les enfants des ouvriers. Après avoir fonctionné pendant 114 ans sans interruption apportant du travail à la population de la Côte Vermeille, l’entreprise ferme ses portes définitivement en 1984. Les employés partent travailler ailleurs, l’école devient silencieuse, le lieu aussi, méticuleuseument la flore sauvage, taillis et ronces s'accaparent les prairies, les bâtiments se délabrent et le lieu, autrefois plein de vie se transforme au fil des ans en friche industrielle. Pourtant cette jachère aiguise la convoitise des promoteurs immobiliers. Heureusement la raison l’emportera sur la soif d’argent. La vaste baie de Paulilles adossée aux contreforts des Albères avec ses plages de sable fin ou de petits galets dominées par les roches vermeilles, les vignes en terrasses et une végétation méditerranéenne exceptionnelle conjuguent histoire et modernité gardera la beauté de son environnement naturel transformé en terrain de jeu pour tous. Le site exceptionnel de Paulilles, ses 3 plages abritées par le cap Béar dessinent une baie parmi les plus belles du Golfe du Lion, la population se réapproprit ce bijou environnemental unique. Paulilles renaît de ses cendres, Port-Vendres regarde vers la Méditerranée, Port-Vendres regarde vers l'avenir ! 

Autrefois les explosifs passaient par cette porte, chargés sur les navires puis partaient livrer la marchadises à travers le monde, Aujourd'hui la baie de Paulilles est devenu un lieu de repos et de détente. Les barques, la pointe du cap Béar et son phare sont le symbole de cette beauté sauvage de la Côte Vermeille.