Histoire d'ici

Le capelet.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

            Le littoral du golfe du Lion où l’eau, sous toutes ses formes est omniprésente, a permis autrefois, comme aujourd’hui, des compétitions, des activités sportives ou des jeux devenus des traditions comme les joutes sétoises. Si sur l’étang de Thau, Marseillan pratique les joutes, il est aussi un jeu traditionnel très prisé appelé le capelet ou « course à la bigue ». L’origine de ce jeu qui remonte à plusieurs siècles, n’est pas clairement définie. Il semble qu’autrefois lorsque les bateaux étaient à quai, les marins jouaient à ce jeu qui ressemble à un entraînement, à une manœuvre en eaux agitées. Ce qui permettait, aussi, de tromper l’ennui des matelots pendant l’escale dans la petite ville de Marseillan.

Le capelet propose des règles simples : les concurrents se défient tour à tour, avec bravoure et agilité, afin de tenter d’attraper, les premiers, 2 chapeaux positionnés sur un mât incliné et abondamment suiffé, c'est-à-dire recouvert de savon pour rendre l’escalade impraticable ou le défi plus compliqué. Le concurrent tombé à l’eau est éliminé. La chute déchaîne l’hilarité où les bravos du public. Accompagnée par un orchestre, c’est une fête populaire sans prétention, sinon celui de passer un agréable moment. 

Ce jeu d’adresse et d’équilibre se déroule 2 fois par an à Marseillan-ville : le 14 juillet et le 16 août.