Lavoirs

Superstitions au lavoir.

Écrit par Super User. Publié dans Lavoirs.

        Autrefois, vers 1850-1900, quand le linge était frotté au lavoir, on le mettait dans une grande cuve en bois posée sur une sorte de trépied : le cuvier. D’abord, la blanchisseuse déposait des morceaux de bois en croix dans le fond de la cuve, puis, par-dessus, de la cendre enveloppée dans un vieux drap. On ajoutait des brins de laurier et des oignons de lis pour que le linge sente bon. Enfin, on rangeait le linge, d’abord les draps, puis les chemises, les torchons et les mouchoirs. A propos des chemises, la plus ancienne lavandière du quartier St Jacques à Perpignan racontait qu’il fallait bien les mettre sur le dos. Il se disait à cette époque que si la chemise avait le devant vers le fond de la cuve, la personne qui portait cette chemise mourrait dans l’année. Les grandes lessives du printemps et de l’automne symbolisent respectivement la vie et la mort. Souvent liées au calendrier religieux, il est des périodes où il est proscrit  de laver pour ne pas troubler le repos des défunts : le jour du Vendredi-Saint, durant la Semaine-Sainte, pendant les Rogations et l’Avent. Des dictons expriment les châtiments à celles qui ne respectent pas ses dates ; Qui lave le Vendredi-Saint lave son Suaire ou Qui lave la Semaine-Sainte tourmente les âmes du Purgatoire et risque de mourir en cours d’année.