Notre Méditerranée

Milieu lagunaire.

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

Petits métiers de la pêche sur l'étang de Leucate-Salses. Au premier plan, pièges à anguilles, puis le pêcheur se déplace sur la lagune sur une barque à fond plat (localement une bétoune), enfin exposées plein soleil sur le versant sud du cap Leucate, les maisons de Leucate-Plage.      

 Le littoral du Languedoc-Roussillon, de St Cyprien au Grau du Roi, est jalonné de nombreux étangs dont l’eau jouait un rôle économique important auprès de la population depuis l’Antiquité. Alimentés par des rivières d’eau douce, presque tous au fil des transformations naturelles ou par les interventions des hommes contiennent de l’eau plus ou moins saumâtre. Une des principales caractéristiques des milieux lagunaires du Midi est la teneur élevée en substances nutritives. Les apports d’éléments fertilisants favorisent le développement de riches chaînes alimentaires : algues, crustacés, poissons. On a estimé que la productivité en poissons des étangs était, à superficie égale, 40 fois supérieure à celle de la mer. Les lagunes saumâtres sont toutes exploitées pour la pêche, et certaines parmi les plus profondes, comme l’étang de Thau et l’étang de Salses-Leucate renferment des zones d’élevages coquilliers.

Le peuplement en poissons ou crustacés des lagunes saumâtres est essentiellement d’origine marine et il a lieu dès le début du printemps : les alevins provenant de frayères littorales y pénètrent par les graus, ou en l’absence de communication permanente avec la mer, sont entraînés par les vagues qui parviennent à franchir la barre du cordon littoral, lors des tempêtes d’équinoxe. Au cours de l’automne, dès que la température de l’eau subit une chute remarquée, la plupart des espèces retournent à la mer pour effectuer leur reproduction en novembre-décembre pour la daurade, janvier-février pour le loup de mer.

Dans le cas particulier de l’anguille, la pénétration des alevins ou civelles a lieu principalement en hiver, du mois de novembre au mois d'avril. Pendant toute sa phase de croissance, ce poisson demeurera dans les étangs ou les eaux douces. A l’issue d’une période s’étendant, selon les sexes, entre 7 et 18 ans, l’anguille subit une métamorphose qui l’amènera au stade d’anguille fine pré-génétique appelée par les pêcheurs « anguille fine » ou « argentée ». La coloration de son corps, de vert-jaune passe au gris foncé sur le dos, et argent sur le flanc ; le museau devient plus effilé, le diamètre de l’œil augmente, de même que la taille des nageoires pectorales. Cette métamorphose accomplie, les anguilles fines, en banc compact, chercheront à regagner la mer où se situent leurs frayères. Il est toutefois intéressant de préciser le cas particulier de l’anguille « caros » ou « carrossée" (stérile) qui restera dans l’étang jusqu’à sa mort (40 ans et plus).

La pêche dans ces lagunes revêt un caractère rationnel ; elle est pratiquée de manière individuelle et artisanale, ayant peu évolué durant de nombreuses années.

Sur les eaux dormantes de l'étang de Thau en Languedoc, chaque lever ou coucher du soleil est un spectacle splendide orchestré par les éléments naturels que sont le ciel, le soleil, le vent et l'eau sur laquelle les hommes sur des embarcations tracent des volutes éphémères. 

Expression en catalan : neu de cùcut ou en français neige du coucou. 

Neu de cùcut, c'est la neige du coucou

qui tombe quelque fois légèrement à la fin avril ou début mai.