Notre Méditerranée

Tragique nuit de Noël en 1903.

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

En 1951, le commandant Cousteau et son équipe de plongeurs explorent les fonds marins de l’île du Planier située à une quinzaine de kilomètres du Vieux-Port de Marseille, lorsque, par 30 mètres de fond, ils découvrent et photographient l’épave d’un cargo grec, le Dalton. L’histoire de ce navire remonte à la surface. La plus belle fête de l’année, la nuit de la Nativité se transforme en une nuit funeste. Une cicatrice éternellement ouverte. 

En cette douce nuit de Noël 1903, loin de leur famille, l’équipage festoie, entonne les plus beaux chants marins, essore les bouteilles de vin. Les marins aiment la ripaille, ils aiment aussi leur travail et lorsque le navire lève l’ancre, tous les marins sont ivres morts, du capitaine au moussaillon. La mer est calme avec une visibilité parfaite, hélas, à peine éloigné du Vieux-Port de Marseille, le Dalton se fracasse au pied du célèbre phare du Planier, sentinelle majestueusement élevée sur l’île du même nom à quelques milles marins du môle phocéen. Les gardiens du plus grand phare de Méditerranée sauvent une partie des matelots, d’autres disparaissent pour toujours. Ce n’est qu’après 48 ans d’immersion, lorsque les techniques de plongée le permettent, que les plongeurs découvrent une carcasse disloquée recouverte d’algues, il ne reste rien des corps des marins engloutis avec le navire, même les os ont été rongés par les bactéries sous-marines. Dans les cales enchevêtrées, les plongeurs trouvent des amas de bouteilles de vin et d’alcool. Bien peu sont encore pleines. La coque du cargo devenue sarcophage héberge homards, pieuvres, langoustes, mérous, loup de mer et divers petits poissons à l’abri des ennemis affamés. Avec ce décor fantomatique de tôles enchevêtrées, le commandant Cousteau réalise son film « Epaves » dont la projection planétaire contribue à faire découvrir le monde subaquatique grouillant de vie et de couleurs ! Ainsi débute vers les années 1950 l’exploration de cet univers fantastique qui n’a pas fini de nous émerveiller !