La noria de Cordoue Andalousie

Écrit par Super User. Publié dans Pompes et irrigation.

Noria 1

Noria activée par un mulet avec les yeux bandés dans la campagne proche de Cordoue (Andalousie). Photo de 1952. 

La noria (mot d’origine arabe) est un dispositif hydraulique (chaîne sans fin) inventé vers les IIIème et IIème siècles avant J-C par des ingénieurs grecs pour faire remonter l’eau d’un puits ou d’une rivière et la déverser ensuite dans un réservoir pour les usages urbains ou agricoles. Il s’agit souvent d’une roue à aubes mue par le courant d’une rivière, sur laquelle est fixé divers récipients (augets, godets, seaux en bois, amphores en terre cuite ou tout autre récipient) à bascule qui au fil des tours se remplissent d’eau et se vident en redescendant dans l’eau. Dans le cas de prélèvements d’eau souterraine dans un puits, la roue est la plupart du temps actionnée par un animal. 

Dicton catalan : Per març, le cel rega i l'aigua crèma. 

Traduction français : En mars, le ciel arrose et l'eau brûle. 

 

 

Tourniquets en Roussillon

Écrit par Super User. Publié dans Pompes et irrigation.

IMG 3698Les agriculteurs catalans arrosaient autrefois les cultures à la "raie" ou au "slllon", c'est à dire gorgeaient d'eau le creux sillon, une vieille méthode grosse consommatrice de la ressource. Lorsqu'ils ont connu les premiers rationnements d'eau, de nouveaux savoir-faire émergent dont les tourniquets ou aspersseurs moins voraces, ils adoptent le nouveau matériel afin d'économiser la ressource. Changement climatique aidant, épargner l'eau dans l'agriculture est devenu un problème crucial, de nouveaux matériels plus performants sont employés de nos jours. Photo de1960. 

Identité biologique.

Écrit par Super User. Publié dans Pompes et irrigation.

                L’eau douce est rare et précieuse, aussi vitale pour notre organisme que pour l’équilibre de la planète. Elle est également, de toute éternité, une source inépuisable de plaisirs et de bien-être. Elle puise ses bienfaits dans les entrailles de la terre et nous les restitue (calcium, sodium, magnésium, potassium, silice sélénium, etc.). Elle soigne le corps et l’esprit ! Lorsqu’elle parvient au robinet, l’eau a accompli un long et périlleux voyage dans les profondeurs terrestres. Un voyage qui a commencé, il y a des dizaines d’années, parfois des centaines de milliers d’années. Une partie de l’eau de pluie rejoint directement ou indirectement rivières, fleuves lacs ou océans avant de s’évaporer, de se concentrer dans l’atmosphère et de redevenir pluie. Une autre partie s’infiltre dans les nappes aquifères, file un parcours souterrain à l’écart des péchés humains, plus mystérieux. Elle se faufile dans le sol à des profondeurs pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres, chemine lentement à travers les fissures de la roche, les vides des sables et graviers, ou les grès, jusqu’à ce qu’elle rencontre un obstacle infranchissable, par exemple de l’argile. Alors elle remonte, soit naturellement par une faille géologique, s’échappe par une source ou artificiellement par un forage.  Durant son séjour souterrain, l’eau de pluie est purifiée au contact des roches poreuses et des sables. En outre elle se charge en éléments minéraux (calcium, magnésium, sodium, potassium, bicarbonates et en oligo-éléments (fluor, sélénium, silicium). La minéralisation dépend de la géologie du site : ainsi les sous-sols trop faillés laissent s’écouler l’eau trop rapidement pour qu’elle puisse se charger en minéraux ; le granite, peu soluble, libère peu d’éléments minéraux mais possède un fort pouvoir épurateur ; les bassins calcaires sont en revanche propices à une minéralisation conséquente car le calcaire se dissout facilement et libère du calcium. Plus le cheminement souterrain sera long, plus la minéralisation de l’eau sera élevée et constante. C’est durant son cheminement sous terre que l’eau s’imprègne d’une « identité biologique » avec sa composition, unique, en éléments minéraux, son caractère, gazeux ou plat, sa température chaude ou froide et son goût. Un ADN qui déterminera si cette ressource naturelle est bénéfique ou malfaisante au corps humain.

Porteur d'eau à Larisse.

Écrit par Super User. Publié dans Pompes et irrigation.

ThéssalieLe porteur d'eau remplit ses réserves pour vendre l'eau aux habitants de Larisse. Vendre de l'eau de la rivière pourrait de nos jours choquer mais les populations n'avaient pas d'autres solutions. La carte postale, datée de juin 1916, permet de penser qu'à cette époque il y avait moins de pollution qu'aujourd'hui; ce n'est pas  tout à fait exact, d'autres formes de pollution existaient. Baignée par le fleuve Pénée, Larissa ou Larisse, est une ville grecque située entre Athènes et Théssalie.