L'eau qui chante

Le pont de Bésalù.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui chante.

          Nombreux comme moi, sont ceux qui prétendent que les pierres ont une âme. Quoiqu’il en soit il est indéniable que toutes les constructions lient hommes et pierres dans le temps. Un moyen durable pour traverser les siècles. Le pont et le pittoresque village de Besalù n’échappe pas à ce précepte !

Situé à 30 km de Figuères, Besalù est un village médiéval de la comarque de la Garrotxa dans la province de Gérone, arrosé par le fleuve côtier Fluvià qui ondoie le long des épaisses murailles entourant la cité. La principale entrée de la ville fut pendant quelques siècles un pont atypique s’étirant sur 105 mètres, large de 5 mètres reposant sur 8 arches en ogive ancrées sur des rochers émergeant du fleuve, ce qui explique les deux travées en angle avec la tour centrale et son petit arc. Cette subtile coquetterie architecturale lui octroie une grâce singulière. Les archéologues évoquent son édification sur un ouvrage roman existant mais l’origine de l’ouvrage est bien du XIème siècle. Les tours fortifiées furent élevées au XIVème siècle sous le règne de Pédro IV afin de pouvoir contrôler les passages des personnes et des biens ; l’une intègre les remparts qui protégeaient la bourgade et faisait office de péage. Au Moyen-âge, il fallait s’acquitter d’un denier pour le franchissement du fleuve Fluvià avec des marchandises et donner une obole par piéton et par animal chargé.

Le pont connut des avatars notamment en 1315 lorsqu’une violente crue l’emporta. Le roi Jacques d’Aragon décréta un impôt pour financer sa reconstruction. Sévèrement endommagé par un malheureux bombardement pendant la Guerre civile espagnole (1936), il renaît à nouveau de ses cendres, plus fort, plus beau.

En arrivant devant la tour fortifiée, porte principale, le visiteur est littéralement happé par le dédale de ruelles pavées. Les enfants, armés d’épées inoffensives et boucliers au blason incertain, prouvent que l’esprit des lieux fascine encore.

Le bastion captive les historiens, les amateurs d’art et d’histoire médiévale. Doté d’un riche patrimoine, que ses fortifications masquent, il a été classé pour la quantité de ses édifices médiévaux et quel plaisir de flâner dans un extraordinaire labyrinthe de ruelles ésotériques, ourlées de petits et grands trésors architecturaux !

Chaque année, début septembre, tout les villageois se parent de leurs plus beaux atours. La Foire médiévale de Bésalù invite les visiteurs à voyager mille ans en arrière pour découvrir l’ancien comté avec la reconstitution de la vie locale en costumes d’époque, franchir le pont à cheval ou à pied, parcourir les venelles grouillantes de jongleurs, de troubadours, d’artisans, de manants, de gueux, de cracheurs de feu et d’élégantes courtisanes, de belles princesses de la cour génèrent un spectacle haut en couleurs.

Une date à retenir, rendez-vous est pris ! 

=

Au milieu du pont , une première tour défendue par une robuste herse contrôlait le trafic, la seconde tour accollée à la muraille autorisait l'accès dans le village après avoir payé un droit d'entrée. Emprunter, à pied ou à vélo, ce magnifique ouvrage pour visiter la cité médiévale de Bésalù procure, déjà, un grand plaisir !