Arroser au goutte à goutte

Bien arroser, c'est primordial

Écrit par Super User. Publié dans Arroser au goutte à goutte.

1). Arrosage approprié. L'arrosage d'un potager est l'une des actions le plus importantes pour le développement des plantes. Ce n'est pas un geste anodin. Un arrosage immodéré ou au mauvais moment fragilise les plantes, peut réduire ou anéantir la récolte. Excessif, il entraine l'apparition de maladies provoquant l'emploi de pesticides. Il faut savoir pourquoi, quand et dans quelles conditions avant d'arroser au petit bonheur la chance ou outrageusement pour bonne conscience. Un dosage d'eau équilibré pour chaque type de plantes est la réussite d'un potager productif et harmonieux. Un savoir-faire complété par un sens de l'observation qui s'apprend au fil du temps !
2). Goutte à goutte. Le système d'arrosage au goutte à goutte est de loin le plus efficace et le plus économique. Si l'installation et le matériel est de bonne qualité, l'économie d'eau est d'environ 40%, ce qui est appréciable surtout dans les régions méditerranéennes. Il vous en coûtera certes un investissement de départ mais votre facture d'eau s'en trouvera notablement réduite ! D'autres avantages s'ajoutent à l'épargne d'eau :
• c'est un équipement sur le long terme qui humidifie que le pied de la plante,
• le creux du sillon est toujours sec qui facilite les déplacements dans le potager,
• facilite la corvée d'arrosage car le temps et le dosage est réglé par le jardinier,
• procure un gain de temps appréciable consacré à d'autres tâches.
3). Imperfections du terrain. La gravité entraine l'eau de pluie ou d'arrosage vers les profondeurs de la Terre. C'est un drainage naturel. Si le sol est formé essentiellement de cailloux ou de sable, l'eau s'infiltre rapidement, on dit que le terrain est « drainant ». Si au contraire de la terre argileuse et du limon composent le sol, l'eau s'écoule lentement à la surface et est stockée sur ces couches supérieures. Pour contrecarrer ces imperfections naturelles des sols trop drainants introduire de l'humus pour retenir l'eau. Dans les sols imperméables, incorporer du sable ou du gravier pour faciliter l'écoulement de l'eau.
4). L'arrosage en période sèche. Pendant la saison des grosses chaleurs, il est normal que le gazon jaunisse et à l'arroser trop souvent on finit par le fragiliser en ne contraignant pas ses racines à puiser l'eau en profondeur. Sachez aussi qu'un gazon plus il est coupé court, plus d'eau il a besoin ! Il ne sert donc strictement à rien de le noyer, le bon arrosage est de trouver le juste milieu !
5). Le paillage organique. Couvrir le sol autour des plantes avec divers matériaux organiques ralentit l'évaporation due au soleil généreux et la tramontane en Catalogne Nord et Sud et en Languedoc. Cette technique simple et efficace réduit fortement la cadence des arrosages, évite le tassement du sol, freine la prolifération de mauvaise herbes et nourrit naturellement la terre.
De nombreux matériaux assurent très bien les bienfaits du paillage organique. Voici une liste, au faible coût, non-exhaustive :
1. La paille : excellente, elle a une action répulsive sur les limaces lorsqu'elle est hachée. L'épaisseur idéale est de 10 cm. Veiller à ce qu'elle ne contienne plus de graines. L'inconvénient est qu'il est difficile de nos jours d'en trouver en petits ballots.
2. L'écorce de pin : esthétique et d'une longue durée de vie, elle ne se compacte pas. Se trouve facilement dans toutes les jardineries. Epaisseur idéale de 7 à 10 cm. Elle a toutefois tendance à acidifier le sol et les rosiers ne l'apprécient guère !
3. Les fibres de bois : obtenues à partir de déchets de bois, elles forment une couche homogène de 3 à 5 cm avec un faible coût. La tramontane ou le mistral lorsqu'ils sont en colère est un handicap sérieux pour ce paillage surtout lorsque les copeaux sont légers. Faible coût.
4. Le mulch d'écorces : mélange grossier de fibres végétales, d'écorces et de compost, ressemble à la couche superficielle des sous-bois. Il résiste au vent, ce qui n'est pas négligeable dans nos régions balayées régulièrement par la tramontane ou le mistral. Epaisseur idéale : 5 à 7 cm.
5. Les tontes de gazon : une fois séchées elles font l'affaire. Un petit matelas de 3 ou 4 cm suffit largement. Un coût dérisoire. Les végétaux broyés donnent également de bons résultats.