Histoire d'ici

30 ans, les inondations à Nîmes...

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

 Il y a 30 ans, les inondations… le 3 octobre 1988 exactement, la crue des cadereaux ravageait le centre-ville de Nîmes en Languedoc, provoquant la mort de 9 personnes et faisant plus de 4 milliards de francs de dégâts matériels. Ce déluge a surpris non seulement, la population nîmoise mais aussi les spécialistes de ce genre de catastrophe autant par sa rapidité que par sa violence extrême.

Ces cadereaux méditerranéens à sec une grande partie de l’année dont le bassin versant total ne couvre pas plus de 50 km2 ont produit une crue dont le débit de pointe a été estimé à environ 1.000 m3/seconde, soit plus que le débit moyen du Rhône à l’étiage ! Cette valeur place l’épisode nîmois parmi les plus fortes crues observées dans le monde sur des bassins de surface équivalente. Les qualificatifs employés à l’époque par la presse désastre, cataclysme, apocalypse traduit tout autant la démesure que la rareté supposée d’un tel événement. Et pourtant cette crue ne semble pas inédite : la consultation méticuleuse et approfondie des archives communales démontre que la ville romaine a été inondée partiellement ou totalement à environ 40 reprises aux moins depuis le XIVème siècle. De plus, deux événements se rapprochent par les cumuls pluviométriques des mesures de l’épisode de 1988 au cours des deux derniers siècles. Les crues-éclairs, nom de ce type de fléau, crues soudaines provoquées par des évènements pluvieux orageux constituent sans aucun doute le risque naturel les plus destructeurs. 

Une nîmoise montre le niveau de l'eau au plus fort de l'inondation, les marques sont bien lisibles. L'eau s'est élevé à une hauteur inimaginable en quelques heures semant la désolation dans la ville de Nîmes.