Histoires du monde

Manuvéra, L’oiseau du voyage.

Écrit par Super User. Publié dans Histoires du monde.

      Pen Duick IV est un voilier imaginé par Eric Tabarly, conçu en1968 par le chantier La Perrière à Lorient. Long de 20,80 m, 10,70 m de large pour un poids de 8 tonnes et une voilure de 107 m2, Pen Duick IV est l’invention la plus marquante d’Eric Tabarly. Pour concevoir le trimaran océanique qui va s’avérer le plus rapide du monde, il rompt avec la tradition des monocoques. Les hasards de la vie sont parfois à l’origine de belles histoires. Ce fut le cas pour Alain Colas, un « terrien » né à Clamecy, village de la Nièvre où l’on voit la mer que sur les photos de vacances. Rencontrer en Australie, à l’autre bout du monde, une légende vivante de la voile ne laisse personne indifférent, surtout lorsqu’il s’agit d’Eric Tabarly dont la personnalité éveille en vous les premiers frissons de matelot, attestant, aussi, sa passion pour son dernier-né, le Pen Duik IV. On ne peut espérer meilleur timonier ! 

Alain Colas, équipier de Tabarly, manœuvre le Pen Duick IV qu’il apprécie. Tours du monde, rêves les plus fous, victoires transocéaniques et mille projets hantent dans la tête de ce jeune homme de 35 ans, ambitieux et entreprenant. Il rachète la formule 1 des océans à son idole à l’automne 1969. Aussitôt, il remporte à bord de ce catamaran la Transat anglaise en 1972. Alain Colas le rebaptise Manureva, L'oiseau des îles en tahitien, y apporte des modifications en vue d’un tour du monde avec escales.

Le 5 novembre 1978, Alain Colas et Manuvera sont présent sur la ligne de départ de la Première Route du Rhum à St Malo. Il lance son premier message radio après 6 jours de course. Il est en tête, tout se passe bien. Il est optimiste car les vents portants favorisent son trimaran par rapport aux monocoques qui le poursuivent.

Mais les jours suivants le temps change, une tempête fait rage. Après un ultime appel le 16 novembre à proximité des Açores, la radio du Manuvera reste définitivement silencieuse. Un dénouement tragique traverse tous les esprits ! Dès lors, toutes les hypothèses sont envisagées, même les plus invraisemblables ! A-t-il été heurté par un cargo ? A-t-il été éperonné par un orque ou une baleine ? A-t-il été désarticulé par un phénomène météorologique ? A-t–il été la cible involontaire d’un missile lancé par un sous-marin ? Sans preuve indiscutable, personne ne peut répondre de façon affirmative !

La rumeur véhicule tout et son contraire, les suppositions les plus farfelues, les plus folles. C’était mal connaître Alain Colas pour jeter en pâture des ragots ignobles sans relations avec la vie et la personnalité exemplaire de ce marin. Les gens de la mer mais aussi la France profonde sont affectés par cette tragédie non élucidée, irrationnelle et incompréhensible. Déjà 50 ans que l’océan a emporté mystérieusement Alain Colas, 50 ans que la disparition de ce marin d’exception promis à une belle carrière est encore une énigme !

Quelques mois plus tard, en 1979, ce drame inspire Serge Gainsbourg qui écrit les paroles de la chanson Manuvera interprétée par Alain Chamfort. La chanson la plus célèbre de ce chanteur envahit les ondes et ne cesse de rendre hommage au dernier voyage de « L’oiseau du voyage».

En 2014, des proches d’Alain Colas mettent en avant l’état de délabrement du voilier pour expliquer les causes de la disparition du navigateur. 50 années d’interrogations et de chagrin, n’arrête pas une légende de briller, elle réchauffe toujours quelque part un cœur ! 

Alain Colas est le nouveau propriétaire du légendaire trimaran Pen Duick IV d'Eric Tabarly. Transformé en bête de course, rebaptisé Manuréva, mis à l'eau en 1972. Lors de la première Route du Rhum, le skipper  et son bateau disparaissent, Un mystère jamais éclairci, Peut-être un jour...