Notre Méditerranée

Pirateries sur la Costa Brava.

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

               Traditionnellement associés aux mers des Antilles et de Chine méridionale, les pirates ont toutefois été très actifs durant des siècles le long de la Costa Brava. Rarement avides d’or et joyaux, cliché habituel, ils s’intéressaient surtout aux épices, vins et céramiques, et, plus sinistrement, au trafic humain, pour l’esclavage ou les rançons.

Un des premiers actes de piraterie connu date de 75 avant Jésus-Christ. Des pirates grecs, revenant d’Empùries, kidnappèrent Jules César et réclamèrent une rançon dérisoire. Offensé par cette somme insignifiante et craignant pour sa réputation, Jules César ordonna à ses geôliers de doubler ce montant. Après sa libération, il traqua et captura ces mécréants, leur offrit un magnifique banquet pour les remercier de lui avoir permis de revenir à Rome en héros, avant de les faire exécuter tous.

L’âge d’or de la piraterie sur le littoral catalan s’étend du XIVème du XVIIème siècle. Les nombreuses structures défensives côtières édifiées durant cette époque assuraient une défense contre les nations belliqueuses mais aussi contre les attaques des pirates. Le castell de la Trinitat, forteresse de garnison construite en 1544, qui couronne la pointe de la Poncella et surplombe le phare et le port de Rosas est un exemple encore visible, comme la Torre dels Moros (tour des Maures) à Tossa de Mar. Des feux étaient allumés pour donner l’alarme et appeler les cités voisines à l’aide.

Les légendes et mythes abondent et la nationalité des pirates qui sévissaient sur la côte de l’Empordà est bien difficile à déterminer. Grecs, Turcs, Phéniciens, Libanais, Corses, et même les Vikings, ont été cités parmi les pirates de la Côte des Barbaresques, de l’Algérie au Maroc. D’après l’opinion générale, un grand nombre de navires pirates de l’Ampurdan emportaient des équipages renégats, recrutés dans tout le bassin méditerranéen ne manifestaient que peu ou pas d’allégeance à un Etat. Les équipages se composaient souvent de marins « affranchis » des vaisseaux sur lesquels ils avaient été enrôlés de force pour le compte d’une nation reconnaissante.

Le pirate turc Hayreddin plus connu sous le nom de Barberousse, compte parmi les pirates les plus tristement célèbres pour avoir terrorisé la Costa Brave. En 1543, son équipage attaque la ville de Palamos au petit matin, pillant tout sur son passage et massacrant la plupart des habitants. En fait, les pirates tels que Barberousse pourraient être plus clairement dénommés « corsaires », mercenaires marins accrédités par une nation souveraine désireuse de « se tenir à distance » des actes de pillage et de terreur qu’elle sponsorisait. Hayreddin alias Barberousse fut finalement récompensé de ses efforts en étant nommé Amiral de la Marine Ottomane.

Bien que la piraterie fasse partie du passé de la Costa Brava, à L’Estartit, en été, l’équipage d’un navire pirate « El corsari negre »( Le corsaire noir) superbe réplique d’une goélette en bois, propose des excursions à la découverte des criques et anses isolées qu’hantaient les pirates, y compris de leur légendaire repaire, les îles Mèdes. 

La Torra (tour) de Montgo à La Escala (Costa Brava) est une tour de guet édifiée au XVIème siècle sur la punta (pointe) de Trencabraços située au sud de la baie de Rosas. Le rôle de la tour était de prévenir les habitants de l'arrivée de visiteurs indésirables venant de la Méditerranée, notamment les hordes sauvages de pirates qui semaient la terreur en pillant et tuant les misérables villageois qui résistaient.