Tribune Font del gat

Bannir le plastique.

Écrit par Super User. Publié dans Tribune Font del gat.

          Des mesures sont prévues contre ces objets plastiques du quotidien qui finissent à l’eau dont une dizaine de catégories à usage unique qui représentent à eux seuls 70% des déchets échoués dans les cours d’eau, sur les plages lors des coups de mer, pour finir dans les océans. Ils sont dans le collimateur pour un avenir sans plastiques. 46 milliards de bouteilles en plastiques à usage unique sont consommées chaque année dans l’Union Européenne, 580 milliards de mégots, 2,5 milliards d’emballages pour repas à emporter, 1,6 milliards de gobelets ou encore 36,4 milliards de paille. Le plastique est fantastique mais il doit être utilisé de façon plus responsable. L’Union Européenne prône l’interdiction des cotons-tiges en plastique, couverts, assiettes, pailles, mélangeurs de cocktails qui devront être fabriqués en matériaux plus durables. Les verres en plastique à usage unique seront autorisés que si le couvercle est attaché. Il incomberait aux différents pays membres de l’Union Européenne de récupérer 90% des bouteilles à usage unique d’ici 2025. La commission suggère de mettre en place un système de consigne qui fonctionne déjà dans certains pays membres de l’Union Européenne. Des interdictions sont prévues par exemple en France : les gobelets et assiettes en plastiques seront interdits au premier janvier 2020.

         L’ensemble de ses innovations expriment aussi des choix politiques, environnementaux et idéologiques qui devraient susciter un large débat, car c’est bien la dégradation accélérée des ressources en eau sur toute la planète qui légitime cette nouvelle approche de la question de l’eau. Avec pour perspective un risque d’appropriation marchande de la ressource elle-même, et de tous les services qui garantissent son usage pour les besoins énergétiques, industriels, agricoles et bien sûr humains. Le réchauffement climatique, les sécheresses, les inondations, les pressions excessives qui ne peuvent se renouveler et garantir la pérennité de l’eau, l’urbanisation galopante et son lot de pollutions qui vont croissant, sur fond de libéralisation sans fin des marchés des biens et des services, des échanges agricoles, de l’énergie, restructurent déjà en profondeur l’économie mondiale. 

Détritus déposés par la Méditerranée sur une plage célèbre de la côte roussillonaise après un "coup d'Est", un phénomène maritime régulier sur le littoral du golfe du Lion. Ces "cochonneries" plastiques, style pneus, tous les récipients (plastiques et alu), matelas pneumatiques, jouets de plage, objets indésirables gîsent dans les fonds; les coton-tiges, brosses à dent, mégots, capsules et bouchons etc, etc... sont fragmentés en mille morceaux, déjà invisibles, mais bien présents.