Junior à la Font Nova

Le vieux phare de Roses.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

                   Roses (Alt Ampurdan en Catalunya) possède une vocation marine depuis que les Rhodiens ont débarqués au VIIIème siècle avant J-C. Depuis ces temps-là, même si le commerce maritime avec les Grecs, les Romains, les Visigoths était florissant, Roses a toujours eu les yeux tournés vers la mer, c’est avant tout un village de pêcheurs.

Les premiers signaux côtiers remontent aux environs de l’an 1300 sur les hauteurs où se trouve aujourd’hui le château de la Trinitat (de la Trinité). Le lieu-dit s’appelle Puig dels Fars ce qui signifie en français la colline des phares.

Le phare actuel construit en contrebas du château, est entré en service le 1er septembre 1864. Sa construction sous le règne d’Isabelle II s’insère dans un plan général de l’Etat pour installer tout un réseau de signalisations maritimes. Sur le plan architectural, le phare de Roses ressemble à celui du Port de la Selva et à celui du Cap de Creus. Il comprend 2 parties, une bâtisse rectangulaire et une 2ème circulaire, qui se dresse en forme de tour, en haut de laquelle se trouve le phare. La lumière du phare de la pointe de la Poncella est située à 24 mètres au-dessus du niveau de la mer. La lumière est de couleur blanche et sa portée de 19 milles nautiques soit 35 km environ. Au début, la combustion de la lampe du phare était à huile, plus tard elle a fonctionné avec de la paraffine et, à partir de 1883, on a utilisé le pétrole. L’électrification du phare date de 1920.

Comme le berger qui ramène son troupeau à la bergerie, le phare de Roses a aidé des centaines d’embarcations à rallier le golfe de Roses pendant près de 150 ans. La baie de Roses a vu naviguer dans ses eaux presque toutes des civilisations depuis les premiers navigateurs il y a très, très longtemps ! Toutefois nombreux sont les bateaux qui gisent par les fonds depuis les temps immémoriaux coulés soit par accident, soit par les pirates, soit pdans ses eaux ar la flotte espagnole, longtemps l’une des plus puissances au monde. Caravelles, galères, vaisseaux, trirèmes, chalutiers reposent dans ce grand cimetière marin.

Source : Archives municipales de Roses.