Nos Pyrénées

L’eau des neiges.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

       A moins de 50 km à vol d'oiseau du golfe du Lion en Méditerranée se trouve le massif du Canigou couvert de neige une bonne partie de l’année. A partir de là, les plus hauts sommets et versants des Pyrénées catalanes sont saupoudrées « d’or blanc » et il en est de même du massif du Carlit dont le pic est le plus élevé des Pyrénées Orientales (2 909 m). Du point zéro sur le littoral de la Méditerranée, on passe en 100 km environ à vol d’oiseau à presque 3 000 mètres d’altitude. C'est-à-dire que sur les montagnes pyrénéennes, il n’y a pas un hiver sans neige !

Les Pyrénées catalanes, possèdent un labyrinthe de torrents et petites rivières qui récupèrent sur les versants les eaux qui remplissent abondamment les réservoirs que sont les nombreux lacs naturels et plans d’eau artificiels. Quatre plans d’eau construits par les hommes sont de véritables mers intérieures, alimentés par la fonte des neiges.Les lacs de Lanoux et des Bouillouses sont destinés exclusivement à la production électrique, à l’irrigation, à la pêche, la randonnée ; les lacs de Matemale et de Puyvalador créent de l’énergie électrique mais sont ouverts à tous les loisirs et les plaisirs aquatiques que procure l’eau. Ils ont transformé avantageusement le décor et modelé un environnement où la faune et la flore s’intègre harmonieusement. 

En ce début de mois de juillet on peut apercevoir, depuis le rivage de la Méditerranée, sur les flancs du Canigou de grosses tâches blanches qui ne sont que des plaques de neige verglacées qui ont résistées aux chaleurs torrides du mois de juin.

Sur les Pyrénées, « l’or blanc » après avoir été un joli flocon de neige ou un bloc de glace scintillant se métamorphose en « or bleu », c'est-à-dire en eau de qualité ;  une ressource précieuse dont le but après avoir irrigué la nature et servi les hommes est de rejoindre tôt ou tard la mer Méditerranée.