Notre Méditerranée

Peau bleue ou peur bleue !

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

      Il faut savoir que 51espèces de requins vivent en Méditerranée, y compris des requins blancs. Les requins bleus ou peau bleue, pour la plupart des espèces pélagiques, c'est-à-dire vivant en pleine mer mais dont 45 espèces apparaissent souvent au plus près des côtes du golfe du Lion. Un très beau poisson avec une forme effilée dont la taille peut atteindre 4 mètres et de couleur bleue qui lui a donné le nom de requin « peau bleu ».

Des défenseurs de l’environnement appuyés par la communauté scientifique s’indignent du traitement réservé à ces splendides poissons qui aiment fréquenter la Méditerranée. Ces requins inoffensifs sont victimes de la sulfureuse réputation de squales attirés par l’odeur de sang et qui « mangent » les surfeurs dans les eaux des îles paradisiaques de l’hémisphère Sud.

Lorsqu’un aileron apparaît à quelques centaines de mètres des plages du littoral languedocien ou catalan la panique est générale. Une psychose injustifiée car ces requins ne sont pas dangereux pour l’homme.

Le littoral méditerranéen sert de pouponnière, ce sont souvent des bébés requins que l’on voit dans des eaux peu profondes ou des requins adultes curieux en quête de nourriture mais pas de chair humaine ! En tout cas cette présence témoigne de la bonne santé de l’écosystème marin et si leurs approches semblent de plus en plus fréquentes, le phénomène est dû en grande partie à l’armada de bateaux de plaisance en mer et à la profusion d’appareils de photos ou vidéos qui immortalisent les rencontres fortuites en mer.

Un scientifique trace un tableau avantageux des squales de Méditerranée : il n’y a eu aucune attaque mortelle recensée du requin bleu dans le monde explique t-il en martelant ses mots. Ces espèces mangent à 90% des calmars, des sardines et des anchois. Ils sont totalement inoffensifs pour l’homme et si un requin est pris dans les filets de pêche, il faut le remettre aussitôt dans son milieu naturel car il n’a aucun intérêt commercial mais il joue un rôle prépondérant dans l’écosystème marin.

Objet d’une traque dépassée, il faut cesser le massacre et arrêter de pêcher les plus petits. Un exposé pédagogique qui commence à interpeller les pêcheurs professionnels et les férus de pêche sportive.