L'eau qui gronde

Brésil, des richesses convoitées.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui gronde.

Appelant à délaisser la course à la surconsommation au profit de la réduction des inégalités, les associations soulignent l’urgence à mesurer avec précision les quantités d’eau importées dans les produits que nous consommons. Un constat valable pour l’ensemble des ressources naturelles et de l’énergie consommée. La logique productiviste des temps modernes a préféré bousculer les schémas naturels plutôt d’en épouser les courbes. Le véritable écotourisme, soucieux de son environnement et de son rôle social représente la meilleure sauvegarde à l’avenir du pays. 

Au Brésil, comme toutes les terres sauvages du globe, la forêt amazonienne doit faire face aux destructions engendrées par les activités humaines, toujours plus envahissantes. La forêt amazoninne dont les richesses, au demeurant fort convoitées entraînent la création de grands barrages sur le fleuve Amazone et ses affluents visant à alimenter en énergie électrique les usines de transformations. La zone inondée est d’autant plus vulnérable que son bon fonctionnement dépend complètement de l’extérieur. Déforestation intensive, nombreux projets industriels, pollutions diverses, changement climatique, modification du régime hydrographique, extinction massive d'espèces florales et fauniques : chaque dérèglement menace de rompre ce fragile et miraculeux équilibre.