L'eau qui chante

Le lac Sré au Bénin.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui chante.

                 Le lac Sré au Bénin vit au rythme des inondations du fleuve Ouémé, une force de la nature. Bijou touristique, il délivre de grandes promesses avec des activités porteuses de revenus grâce à la qualité des sols régénérés régulièrement par les crues et décrues : céréales, légumes, fruits, pêche et autres produits font de ce lac l’un des premiers greniers du Bénin. Débordant de poésie, il dévoile aussi, depuis la nuit des temps, une belle histoire d’amour.

A la différence d’autres rivières sacrées, Sré serait une jeune fille qui n’aurait pas voulu du mari à qui on la destinait et qui révolutionnaire ou libérée, aurait préféré se transformer en lac pour se rendre utile aux humains. Quelle générosité !

Une jeune fille donnée en mariage, puis dotée, disparût de la maison paternelle la veille des noces et partit se cacher dans une profonde vallée. Retrouvée quelques jours plus tard par un chasseur, celui-ci n’eut pas le temps d’avertir sa famille au village car une pluie diluvienne, des rafales de vents et des grondements de tonnerre empêchèrent même les plus courageux à mettre le nez dehors. Lorsque cessa l’orage les parents accoururent dans la vallée où en lieu et place de leur fille, ils y trouvèrent un lac : le lac Sré !

Pour se consoler, les familles éplorées et leurs descendances restèrent unies dans la douleur et se sont elles qui aujourd’hui, constituent les autorités traditionnelles qui veillent sur le lac. On les appelle les « Srénon », littéralement : les parents de Sré. Chaque année, ils lui font des sacrifices et des offrandes et décident des moratoires de pêche sur le lac.