Histoires du monde

Acqua alta

Écrit par Super User. Publié dans Histoires du monde.

              Le terme italien  « acqua alta » (hautes eaux) désigne le phénomène qui inonde régulièrement au printemps et en automne Venise.

Je vous épargnerais ici les interprétations des différents critères météorologiques, géographiques et astrologiques qui réunis expliquent 

l’apparition du phénomène "acqua alta". L’interférence de ces événements a permis d’atteindre un niveau de vulnérabilité inégalé depuis

les premiers relevés. Les édifices ou monuments de Venise sont construits à l’origine sur des piliers de bois fragilisés par les siècles et exposés à

la menace des eaux. L’affaissement général de la ville durant ces dernières décennies a contribué à l’augmentation de la fréquence de

" l’acqua alta".   Tous les siècles, Venise s’enfonce d’une dizaine de centimètres dans le fond marécageux sur lequel elle repose. La place San

Marco est à peine à 42 petits centimètres au-dessus du niveau moyen de la marée. Sous l’action du moindre souffle de sirocco ou vent de la

mer, les flots de la lagune montent et se répandent sur la célèbre place. Le phénomène ne dure que le temps le plus fort de la marée,

c'est-à-dire 2 ou 3 heures pendant lesquelles les eaux débordent des canaux. Ces débordements sont variables : ils peuvent aller de quelques grosses flaques d’eau à une hauteur de plusieurs dizaines de centimètres. Mais il n’existe pas de règle absolue.

Afin de permettre aux piétons de circuler ou visiter les pieds à sec, des passerelles sont installées lors des marées soutenues. 

Les raisons de cette aggravation sont multiples. Il est certain que les causes de ce phénomène se sont aggravées, en grande partie par les

activités anthropiques depuis l’ère industrielle qui bouleversé le paysage naturel. Mais le changement climatique n’y est pas étranger. A

l’intérieur de la cité, le mouvement des vagues provoquées par les hélices des bateaux à moteur de plus en plus nombreux abîme les

fondations immergées des maisons. Les pouvoirs publics y portent remède en injectant continuellement du ciment à marée basse. En outre

les inondations détériorent inévitablement les monuments historiques et l’habitat. Si le niveau général de la mer augmente trop dans les

prochaines années, la survie de Venise sera engagée. D'après les ingénieurs, la bonne solution réside dans la réussite d’un projet ambitieux

en cours de finition, qualifié de pharaonique par les responsables. Le projet MOSE, c’est son nom, a pour objectif de contrôler et réguler

avec un complexe jeu de vannes géantes le niveau de l’eau dans la lagune. Le coût de cet investissement ne serait rien si Venise était sauvée,

mais sera-t-elle sauvée ? Là demeure toute la questiontant d'imprévus peuvent influer la réussite ou pas de cette opération ! 

Visca la ciutat Venècià-na, magica i fascinadora.