Notre Méditerranée

L’Hermione à Port-Vendres.

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

Quelques coups de canon pour saluer la ville de Port-Vendres et le public catalan. Impérial sur son mirador, le fort St Elme se remémore le temps ancien où il contrôlait tout navire sur la côte catalane ou qui entrait dans la rade, une étroite surveillance afin d'assurer la sécurité des populations du Roussillon. 

« Escale à Sète 2018 », au milieu de 120 bateaux dont une quinzaine de vieux et beaux vaisseaux fidèles aux gréements traditionnels, L’Hermione a été la star incontestée,  à Port-Vendres elle est consacrée reine . Et ce n’est pas un titre usurpé ! Personnellement, je l’ai admiré à Sète, je l’ai savouré à Port-Vendres. Une frégate de cette splendeur, on ne se lasse jamais de la contempler !

Une arrivée remarquée au petit matin du vendredi, une flottille de petits bateaux venus de tous les ports du Roussillon l’accueillent au large dans les brumes matinales, puis dans la rade une salve de coups de canon honore les gens de la mer, un ancrage spectaculaire au quai de la République sous le regard admiratif d’un public de connaisseurs. L’Hermione, reproduction de la frégate de guerre française qui a conduit Gilbert du Motier Marquis de La Fayette, dans sa traversée vers l’Atlantique au secours des colons d’Amérique insurgés contre la couronne britannique. A 19 ans il affrète un navire sur ses propres deniers, sans l'autorisation du roi de France, pour livrer aux indépendantistes américains des milliers de fusils et des caisses munitions. Ses faits d’armes ne s’arrêtent le 19 octobre 1781 à la bataille navale de Yorktown. Il présenta le 11 juillet 1789 un projet de déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen rejeté par les Etats-Généraux (noblesse, clergé et tiers-états). Il défendit la cause des Noirs, la suppression des ordres monastiques, l’abolition de la noblesse héréditaire, l’auto-gouvernance des peuples. Il proclame haut et fort « L’insurrection est le plus sain des devoirs ». Un teigneux, ce jeune marquis révolutionnaire ! 

Dimanche 17 h 55 minutes, comme convenu, L’Hermione desserre les amarres qui la fixaient depuis 3 jours au quai de la République. Elle s’arrache du débarcadère délicatement, salue la ville de Port-Vendres et ses admirateurs en tirant quelques bruyants coups de canon dans un nuage de fumée aux senteurs de poudre. Un nombreux public agglutiné autour du port joue des coudes pour admirer ce magnifique trois-mâts quitter Portus-Vénéris sous les vivats. L’Hermione, majestueuse, glisse très lentement au milieu de la passe, à bâbord et à tribord des centaines de spectateurs applaudissent, d’autres immortalisent ce départ émouvant, d’autres encore font un signe d’adieu de la main. Et autour du navire une armada d’embarcations de tous types accompagnent le trois-mâts vers la haute mer.

Tout cela au creux d’un amphithéâtre exceptionnel où les ultimes mamelons des Pyrénées (les Albères) se mirent dans les flots assagis du petit port catalan dominé par la tour à signaux de Madeloc (XVIIème siècle) d’un côté et du fort St Elme (XVIème) de l’autre.

Tous les ingrédients ont été rassemblés pour un succès populaire « espantous » pendant trois jours, couronné par un départ triomphal.

Per molts anys, moltes gracias L’Hermione, fins aviat ! 

L'Hermione "met les voiles" une flottille l'accompagne vers le large, le peuple catalan te salue, adeu !