Trobada al cim del Canigò.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

Trobada al cim del Canigò ou Rencontre au sommet du Canigou. 

Depuis Bouleternère en Roussillon, le pic du Canigò, en pointe de diamant, émerge des nuages pour admirer fleurir les arbres fruitiers du Conflent, chargés de fruits du printemps et se dévêtir de son blanc manteau afin de fêter la Sant Joan (la Saint Jean)

Omniprésent dans le paysage du Roussillon, il est dans le cœur des Catalans d’origine et de ceux qui veulent le devenir.

Le massif granitique du Canigou (Canigò en catalan), entre Pyrénées et Méditerranée, est une montagne unique en son genre et chaque Catalan doit au moins une fois dans sa vie toucher la croix de fer forgé édifiée sur son pic à 2 784 mètres d’altitude. Ce massif emblématique est la « bandera » (la bannière) de l’identité et de l’unité régionale de la Catalogne. Il représente le symbole de la fécondité par la quantité et la qualité de ses eaux limpides qui ruissellent sur ses flancs et dans les vallées encaissées. Il stocke des quantités phénoménales d’eau sous forme de glace et de neige qu’il redistribue lors du dégel et la fonte des neiges à travers de multiples torrents et canaux pour propager la vie et embellir la nature. A ses pieds fleurissent des villes d’eau réputées dont les fleurons sont : Amélie les Bains, Prats de Mollo-La Preste, Le Boulou, Vernet les Bains, Moligt les Bains, Thuès les Bains, St Thomas et tant d’autres situées sur ses versants sur lesquels jaillissent des eaux minéralisées aux vertus curatives.

Chaque année, le soir du 23 du mois de juin, il est aussi le théâtre idoine de la traditionnelle « Trobada » de la Saint-Jean. Une grande fête populaire pratiquée depuis la nuit des temps pour célébrer le solstice de l’été. Une délégation de Catalans du Sud accueille au sommet la flamme amenée de Perpignan par des Catalans français ; cette flamme en redescendant vers la plaine, allume au fur et à mesure tous les feux préparés dans les villages des deux côtés de la frontière. Dès lors une grande communion s’opère entre tous les Catalans divisés en 1659 par un malencontreux traité : le Traité des Pyrénées.

Une belle occasion de se réunir dans la bonne humeur autour d’un feu de joie pour discuter, raconter, chanter et danser. Pour les amoureux, "sauter" par-dessus le petit bûcher garantissait que leur amour dure toute l’année.

Espérons pour ce premier jour d’été un temps de saison avec un ciel illuminé d’étoiles scintillantes. La flamme de la St Jean, une fête traditionnelle en Pays catalan, illuminera la place de votre village ou de votre ville le soir du 23 juin. 

Rafting en Haute Vallée Aude.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

On se croirait à la base des chutes du Niagara, portant nous sommes bien à Axat sur les gorges de la Haute-Vallée de l'Aude dans les Pyrénées.

            La discipline sportive qui consiste à dévaler sur un radeau les eaux-vives en furie d’une rivière ou d’un gros torrent s’est imposée comme un sport à part entière. Plus connue sous le terme d’origine anglaise, le rafting, les Pyrénées catalanes (Nord et Sud) et audoises recensent plusieurs spots qui se prêtent à merveille à cette activité pleine nature.

Le pittoresque village d’Axat, dans la Haute Vallée de l’Aude, compte un site parmi les meilleurs dans notre région grâce au fleuve côtier l’Aude qui prend sa source au lac Aude à 2 100 mètres dans le massif du Carlite en Pyrénées catalanes. Après une courte pause sur les barrages artificiels du Capcir et du Donnezan, l’eau des sommets poursuit son chemin irrésistible vers les plaines du département de l’Aude et la mer Méditerranée. Son eau froide, oxygénée, limpide et capricieuse accueille une faune et flore riche et diversifiée.

Dans la partie de bras de fer engagée depuis des millénaires, c’est l’élément liquide qui semble l’avoir emporté. Bien que la roche se soit âprement défendue, entraînant l’eau dans d’épuisantes ondulations, l’enserrant dans ses canyons, la laissant rebondir en cascades, la piégeant malicieusement pour la faire rejaillir en aval sur une grosse pierre que le soleil ne réchauffera jamais. Dans ce paysage sauvage et tourmenté, seule l’eau trace sa route patiemment, tout en distribuant ses bienfaits à une flore luxuriante. Après un court détour par l’Ariège, l’impétueux fleuve audois a creusé, les gorges de S-Georges, étroites, verticales et impressionnantes falaises dépassant 200 mètres de hauteur. Dans ce milieu minéral, avec une envergure de 2,80 m, d’un poids de 8 kg 500, le vautour fauve règne, construisant son nid sur les parois verticales !

Parfois soumise, jamais domptée, l’eau gicle, enroule les rochers, tourbillonne, puis s’apaise, reprend sa folle vitesse, tour à tour cristalline ou écumante, salue les rustiques maisons d’Axat longeant le lit du fleuve côtier, avant de s’échapper vers les gorges de la Pierre-Lys en aval. Les gorges d’Alet proposent des descentes. Le corps du sportif participe pleinement, je dirais sensuellement, aux jeux antagonistes de l’ombre et de la lumière, de la chaleur et de la fraîcheur, du silence opaque et le murmure de l’onde bestiale, des arômes de toutes sortes suintant des pores de la terre.L’engouement que connaît aujourd’hui la pratique du rafting est à rapprocher de la vague qui pousse des adeptes toujours plus nombreux vers les sports de montagne, qu’ils soient relativement nouveaux comme l’hydrospeed, le raft, ou traditionnel comme le canoë-kayak. Fortement teinté d’aventure, de nature, de modestie face aux éléments naturels, le plaisir de vivre ensemble et le partage d’une aventure cocasse, le raft permet, tant aux débutants, aux familles, qu’aux sportifs entrainés de goûter à des émotions rares. Sous son aspect ludique, la pratique de Rafting n’est pas sans danger. Quel que soit le niveau des aptitudes, il ne faut jamais perdre de vue que la montagne est capricieuse et même parfois cruelle. A ceux qui se sont sentis, un instant plus fort qu’elle, elle a réservé un sort tragique. Avant toute chose de partir, pour passer une agréable journée, la prudence commande d’interroger les services de prévisions météorologiques locaux.

D’autre part, ne pas négliger la dépense énergétique qu’entraine l’activité sportive sur l’eau : le stress, la marche, le transport du matériel, les chocs thermiques entre la chaleur du soleil et le barbotage en eau froide ; il est donc prévoyant d’anticiper cette déperdition calorique et compenser par des sucres à assimilation rapide (fruits secs, miel, chocolat) car des pratiquants ont été victimes de malaises hypoglycémiques. Les conséquences de telles défaillances peuvent être dramatiques quand on ne peut revenir en arrière et que, obligé de poursuivre la descente, on doit encore affronter les éléments pendant un certain temps avant d’apporter des soins appropriés au souffrant. Bon gré, mal gré, il faut aller jusqu’au bout car les canyons offrent très peu d’échappatoires ! Mais encore se munir d’un sérum antivenimeux. En retour, la nature saura se montrer généreuse, dispensant tout au long de la rivière une griserie, exacerbée par une sensibilité de tout le corps de la plante des pieds à la nuque, puis une fatigue bénéfique où se combinent ivresse de l’esprit et du corps.

En fin d’après-midi, autour d’un verre, chacun y va de son aventure, l’euphorie du débutant côtoyant la calme expérience du « pro ». La nuit tombée, enveloppée d’une fraîcheur bienvenue, les rires et les chants résonnent jusqu’à une heure avancée, jusqu’à ce que les « aventuriers des sports pleine nature » regagnent leur tente ou leur sac de couchage et s’endormir sous la trame envoûtante de milliers d’étoiles illuminant somptueusement le ciel pyrénéen. 

Débouchant du spot, l'embarcation des "matelots" en recherche de sensations fortes, est aussitôt rudement ballotée par les flots déchaînés du fleuve sauvage de la Haute Vallée de l'Aude. 

Pyrénées, lieux de détente.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

           Les amoureux des Pyrénées, randonneurs, pêcheurs, chasseurs, chercheurs de champignons, bûcherons, éleveurs, bergers et autochtones évoluant dans le milieu montagnard portent souvent en eux des sources d’émotions différentes sur ce lieu de vie, passionnés par ce pays d’aventures, de cultures et de traditions. L’été la montagne s’ouvre à une multitude d’activités sportives en eaus-vives, randonnées, VTT, trail…Quelques règles toutes simples pour que tous les usagers de nos massifs se partagent l’espace sans problèmes. 

Tenir son chien en laisse pour la sécurité des personnes, la tranquillité des troupeaux et des animaux sauvages. Les apeurer peut provoquer des accidents mortels. Marchez tant que possible sur les sentiers à distance (une vingtaine de mètres) des troupeauxPour ne pas effrayer les animaux, ne pas crier, ni agiter des habits, encore moins des bâtons. Les portes de clôtures sont des outils de travail, il faut les replacer telles qu’elles étaient avant votre passage (ouvertes ou fermées). Les randonneurs peuvent être amenés à croiser des chiens de protection ou de garde. Ces derniers sont dressés pour garder le troupeau. S’ils aboient en se dirigeant vers vous ne tentez pas de les effrayer. Cyclistes descendez de votre vélo, laissez-leur le temps de vous identifier, ne pas courir et avancez calmement, ils vous raccompagneront à la limite de leur territoire. 

La plage du lac des Escoumes à Vinça en Pays catalan.

Vinça regorge de sources naturelles qui approvisionnent les nombreuses fontaines et lavoirs éparpillées à travers le vieux village, de rivières et torrents aux eaux limpides prenant plaisir à lézarder sur les plages sécurisées du lac des Escoumes, avant de verser dans le barrage-réservoir sur la Têt dont la capacité de rétention d'eau est de 25 millions de mètres-cubes ! Vinça mérite le titre de ville d'eau. 

Dans la vallée de la Têt lorsque la route s'élève vers les hauts plateaux de la Cerdagne, Vinça nichée au pied du massif du Canigou, est le premier maillon d'un vaste territoire nommé Conflent. Nanti d'une flore luxuriante, d'un environnement préservé complété par un patrimoine architectural où l'art roman captive sous un soleil lumineux : Serrabone, St Michel de Cuxa, St Martin du Canigou, de citadelles militaires Villefranche de Conflent et Mont-Louis, de stations thermales Vernet les Bains, Molitg, Bains St Thomas. Le Conflent, un énorme potentiel de loisirs où l'eau est l'élément moteur pour jouir d'excellents moments de détente.  

Observatoire Pic du Midi de Bigorre 02.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

Construction d’un téléphérique.L’époque des ascensions d’une durée d'au moins 5 heures, généralement de 7 et parfois de 12 heures, harassantes par mauvais temps, souvent dangereuses par temps propice aux avalanches, est maintenant révolue. Un gros effort financier de l’Etat a permis la construction d’un téléphérique qui est l’un des plus longs et audacieux de France. Partant de la station de sports d’hiver de La Mongie, à 1 745 mètres, sur la route thermale, il atteint d’abord la crête du Taoulet, à 2 300 mètres d’altitude, ce premier tronçon, de 1 700 mètres de longueur, est ouvert au public, et c’est par dizaines de milliers que les skieurs l’empruntent chaque hiver, permettant ainsi une exploitation dont les recettes reviennent intégralement à l’Observatoire du Pic du Midi de Bigorre.

La Cerdagne-Capcir sous la neige.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

Les hauts cantons des Pyrénées catalanes sont deux micro-régions, la Cerdagne et le Capcir, dont les activités principales fut, durant des siècles, l'agriculture, pastoralisme et l'exploitation forestière. La vigoureuse saison hivernale et les abondantes chutes de neige sont un handicap presque insurmontable. Parsemés de merveilleux petits villages, cernés par la neige une bonne partie de l'année, les habitants vivent frugalement de leurs maigres revenus. L'exode rural est une réalité. Pourtant, cette météo spécifiquement montagnarde va s'avérer un atout économique de grande valeur. Au début du XIXème siècle, la construction de la ligne ferroviaire Villefranche-Latour de Carol fut entreprise pour désenclaver ce minuscule territoire de montagne. Imaginez, en diligence il fallait compter 8 heures 30 pour le trajet Bourg-Madame-Perpignan et encore sans un incident sur le parcours ! Le "Train Jaune" devient l'embléme de cet ouvrage majeur au même moment où la mode de l'air pur, les sources d'eau chaudes et les loisirs de montagne se conjuguent pour un confort de vie meilleur. Font-Romeu et son luxueux Grand Hôtel est la première ville à se transformer en station de sports d'hiver. Au fil des ans, presque tous les villages imitent la ville pionnière. L'industrie du tourisme de montagne se développe durablement pour le bien-être des habitants de Cerdagne-Capcir. Les flocons gorgés d'eau sont appellés "l'or blanc" et lorsque "l'or blanc" se fait désirer, tout le monde prie le ciel pour qu'il tombe comme autrefois, c'est à dire abondanment ! Les engins de déblaiement modernes s'occuperont du surplus. Pour terminer, je voudrais rendre un hommage à notre tortillard, le "Canari", qui a été le meilleur ambassadeur pour sublimer les Pyrénées catalanes ! 

Bolquère-Pyrénées 2000.

  Bolquère-Pyrénées 2000  accueille le "Train Jaune" à 1 593 m, la gare la plus haute d'Europe. Village aux traditions ancestrales, il est aussi une station de sports d'hiver dont le domaine skiable est un des plus grand des Pyrénées catalanes adapté à toutes les pratiques de glisse. 

 Odeillo de Réal en Capcir.

    En hiver, les forêts du Madrès et les environs d'Odeillo invitent à longues ballades en raquettes ou en ski de fond, la cueillette des champignons en automne, la pêche au printemps. La belle saison est propice à tous les loisirs : les randonnées pédestres, la pratique du VTT et du cheval, tous les sports aquatiques sur le lac de Matemale. Un vaste territoire pour parcourir, par monts et par vaux, un environnement naturel préservé

La Cabanasse en Cerdagne.

 La Cabanasse est un paisible petit village de 670 habitants. Contrairement à ce que l'on croit souvent, La Cabanasse est une ville du Haut Conflent, pas de Cerdagne. La Cerdagne commence au col de la Perche, quelques kilomètres plus loin. N'empêche que c'est un village paisible et agréable en toutes saisons avec en face le majestueux Cambre d'Aze et sous la citadelle de Mont-Louis avec laquelle elle partage la gare du célèbre 'Train Jaune". 

  Planès en Cerdagne.

Planès minuscule et tranquille bourg agricole de 53 habitants au pied des Pyrénées, très proche de la Cerdagne mais encore dans la vallée de la Têt, vit au rythme des saisons. Un édifice religieux unique en son genre, emmerge dans un paysage campagnard saupodré de neige immaculée. Il s'agit de l'église du village : ronde, comprenant trois chapelles, dédiée à Notre Dame de la Merci et réputée guérrir la fièvre, la stérilité et protéger les récoltes

Saint Pierre dels Forcats

   L'histoire de St Pierre dels Forcats ne fut pas toujours une agréable station de sports d'hiver bordée de somptueuses forêts sur les flancs du remarquable massif du Cambre d'Aze, passant selon les saisons du blanc éteincelant au vert foncé. Au cours de l'hiver 1709, sous le prétexte de ne pas fournir du fourrage à l'armée française, stationnée à proximitè, les soldats pillent le village, emportant fourrage, céréales et légumes ainsi que tout ce qui pouvait servir de bois de chauffage (portes, planchers, meuble). Ruinés à la suite de ce pillage, les villageois durent demander une réduction des impôts ! Depuis il en a coulé de l'eau au moulin du village. En 1971, la commune se lance dans la construction d'une station de sports d'hiver, s'associe rapidement avec Eyne le village voisin, pour créer l'Espace du Cambre d'Aze dans un cirque extraordinaire. Aujoud'hui, l'Espace du Cambre d'Aze, au coeur des Pyrénées catalanes, est un fleuron du domaine skiable.