Une station d’épurement.

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

        Lorsque les eaux que nous utilisons sont usées, c'est-à-dire qu'elles ont été utilisées pour notre hygiène ou pour l’usage ménager, les eaux sont collectées dans les égouts, un grand tuyau souterrain. Les logements, les maisons, les immeubles collectifs, les écoles, les hôpitaux, etc., sont raccordées au réseau des égouts, Ce réseau public de collecte transporte toutes les eaux usées vers une station d'épuration. Avant d'être rejetées dans la nature, ces eaux usées doivent être nettoyées pour protéger la santé des individus et sauvegarder la qualité du milieu naturel.

Une station d'épuration des eaux est une usine industrielle conçue pour traiter les eaux usées avant de les rejeter dans son milieu originel. Son principe de fonctionnement, calqué sur celui de la nature, génère des boues résiduaires qui, si leur qualité le permet, seront utilisées comme fertilisant dans l'agriculture. Une fois traitées par la station d'épuration, les eaux répondent aux normes de qualité établies par l'Union européenne. Elle est soumise au seuil de tolérance exprimée par les populations qui vivent dans son périmètre et ressentent les nuisances qu'elle peut générer

La capacité d'une station d'épuration se mesure en équivalent-habitant. La France en compte aujourd'hui environ 12 000. L'assainissement urbain est collectif mais en milieu rural il peut-être individuel.

Malgré une pression continue…

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

              Malgré une pression continue très forte des institutions financières internationales, de la Commission européenne et de certains gouvernements, les élus locaux et les citoyens choisissent de plus en plus souvent de tourner la page de la privatisation de l’eau. Ils le font non seulement en raison des échecs et des fausses promesses des entreprises privées mais aussi et surtout parce que la construction d’un service public de l’eau démocratique et responsable leur apparaît comme la meilleure solution pour faire face aux défis financiers, sociaux et environnementaux de la gestion de l’eau et de l’impératif d’assurer le droit humain à l’eau. 

L'eau potable : la vie avant le profit !

Eau minérale ou eau de source

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

Quelle différence entre eau minérale et eau de source.

Il existe principalement deux types d’eaux d’origine souterraine mises en bouteille et vendues dans le commerce : l’eau minérale naturelle et l’eau potable (généralement moins chère).

L’eau minérale naturelle.

La législation européenne la définit précisément : « une eau minérale naturelle est caractérisée par sa teneur en certains sels minéraux, les proportions relatives de ces sels minéraux, la présence d’oligo-éléments ou autres constituants et, la cas échéant, par certains effets, ainsi que par sa pureté originelle. »

L’eau minérale naturelle doit être d’origine souterraine : 

Naturellement potable : aucun traitement n’est autorisé, hormis la séparation d’éléments comme le fer, le manganèse ou l’arsenic…et l’injonction ou l’élimination de gaz carbonique. Dotée d’une minéralisation et d’une température constante à l’émergence. Elle peut revendiquer des effets positifs sur la santé, s’ils sont dûment constatés par l’Académie de médecine (pallier des subcarences en minéraux, favoriser la diurèse, le fonctionnement gastrique.ect.). Mais cette caractéristique, héritée du thermalisme et traditionnelle dans les pays latins, tend à perdre de l’importance en raison de la complexité des études nécessaires pour démontrer scientifiquement qu’une eau est favorable à la santé. L’exploitation est également réglementée : embouteillage à la source ; protection du point d’émergence ; contrôles fréquents des matériaux de captage, de conduite, de stockage, de lavage et d’embouteillage pour éviter toute pollution ou toute modification bactériologique et chimique ; nombreux contrôles physico-chimiques et bactériologiques de l’eau…

En France, c’est le ministère de la Santé qui attribue l’appellation « eau minérale naturelle » (il autorise alors l’embouteillage), sur un dossier préparé conjointement par les ministères de l’Industrie et de la Santé, et suite à l’autorisation préfectorale exigée pour le forage. Si l’eau minérale naturelle souhaite revendiquer des propriétés favorables à la santé, le dossier est soumis à l’Académie de médecine. L’avis de l’Agence française de sécurité sanitaire et des aliments est également requis.

L’eau de source.

Comme l’eau minérale, elle est d’origine souterraine et potable à l’état naturel, mais elle n’a pas l’obligation de la constance de sa composition minérale et ne peut revendiquer de propriétés favorables à la santé. L’eau de source est soumise aux mêmes normes de potabilité et de qualité que l’eau du robinet. Pour éviter toute ambiguïté, le terme « minéral » ne peut figurer sur l’étiquette d’une eau de source.

Financement de l’eau potable.

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

        En France, le financement du secteur de l’eau potable repose sur 2 grands principes :

Ÿ  « L’eau paie l’eau » : les usagers supportent par leur factures d’eau, l’essentiel des dépenses liées à la gestion de l’eau qu’ils consomment; le budget des communes, pour les services de l’eau et l’assainissement, doit être autonome, les recettes équilibrant les dépenses (pour les communes de plus de 3 000 habitants). Cette spécificité du budget de l’eau est imposée par la loi Sapin, reprise dans l’article L.2224-4 du Code général des collectivités territoriales, afin de garantir le principe selon lequel « l’eau paie l’eau ».

Ÿ  Le pollueur ou le consommateur paie, essentiellement via les redevances pollutions ou prélèvements qu’il verse aux Agences de l’eau.

L’eau parfois est calcaire.

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

          L’eau du robinet est plus ou moins calcaire selon les régions et la nature géologique des sols qu’elle traverse. La dureté de l’eau définit sa concentration en calcium et magnésium, donc calcaire. Ainsi une eau calcaire participe à l’apport journalier en calcium dont l’organisme humain a besoin. Pour cette raison la réglementation française n’a pas fixé de seuil maximal de concentration en calcium dans l’eau du robinet. A l’inverse, elle ne peut pas être trop adoucie, une eau déminéralisée n’est pas bonne pour la consommation.

Les seuls désagréments de la dureté de l’eau sont d’ordre technique : le calcaire peut entartrer robinets et appareils ménagers. Mais une eau calcaire est moins corrosive pour les canalisations qu’une eau douce.