Hauts sommets en Pyrénées catalanes

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

           Le département des Pyrénées Orientales est hérissé de nombreux hauts sommets, pour moi vertigineux. De zéro mètre au bord de la Méditerranée, au sommet le plus haut, la différence est de 2 921 mètres, cela en moins de 120 kilomètres à vol d’oiseau.

Trois sommets dépassent l’altitude de 2 900 mètres. Tout d’abord, le pic du Carlit, culmine royalement à 2 921 mètres, le Puigmal d’Err affiche fièrement 2 910 mètres, le Puig Campcarlos ou Puig Pedros en espagnol, le moins connu, pointe a 2 905 mètres.

Vingt-six (26) sommets dépassent 2 800 mètres et vingt sept (27) font plus de 2 700 mètres. Je ne peux, malheureusement, les énumérer tous malgré qu’ils participent généreusement à la beauté de notre région.

Cette montagne dans un environnement sauvage propose un terrain de jeu extraordinaire pour les randonneurs aguerris tant à la bonne saison que pendant l’hiver, lequel se complait à compliquer les ascensions hivernales.

Les sentiers menant vers les cimes croisent une multitude de petits lacs glaciaires qui illuminent les paysages aussi verdoyants à la belle saison qu’ils sont blancs en hiver. Des sites lacustres qui font partie des plus beaux joyaux que proposent les Pyrénées catalanes. Une richesse florale et faunique permet de prendre conscience de l’importance de cet environnement qu’il faut respecter.

A mi-chemin entre Méditerranée et hauts plateaux pyrénéens, le seigneur des Pyrénées Orientales, le pic du Canigou se trouve dans la troisième catégorie avec seulement 2784 mètres mais pour des raisons historiques et sentimentales, il est le plus connu de tous les pics et surtout le plus adulé puisque c’est la montagne sacrée des Catalans. 

Au coeur du Parc Naturel des Pyrénées Catalanes, les sommets vous offrent des altitudes prometteuses. Neige et soleil, vacances et sports d'hiver, skl alpin ou nordique, randonnées estivales et hivernales, une palette haut de gamme dans des paysages grandioses. 

La montagne, espace à partager.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

         Les Pyrénées espace à partager. 

          La transhumance en montagne est une pratique ancestrale. Le côté festif  le long du parcours est devenue une tradition incontournable depuis le XVIIIème siècle dans les Pyrénées en général, en particulier dans les Pyrénées catalanes (Nord et Sud) et audoises. Chaque année, à la même époque, les bergers accompagnés de leurs fidèles chiens entraînent sur les petites routes sinueuses bordées de forêts les troupeaux en estive où les attendent les pâturages couverts d'une herbe bien grasse, bien appétissante au milieu de magnifiques paysages alpestres. L’exercice est toujours un événement de première importance pour les éleveurs et leur entourage mais aussi une pittoresque procession pour ceux qui peuvent participer.

Le convoi traverse au rythme des sonnailles de petits villages typiques aux toits d'ardoises, blottis autour de l'église, ravis de participer à ce cortège en apparat de fête qui annonce, aussi, la belle saison. Un joyeux tintamarre qui raisonne aux confins de la vallée !

Le tintement des cloches et des grelots ne sont pas là que pour le folklore. Elles permettent entre autres, aux bergers d'identifier et localiser leur troupeau dans la montagne. Les Pyrénées catalanes comptent environ 70 000 hectares de surfaces pastorales pour près de 400 éleveurs transhumants. Quelques 9 000 bovins, 10 400 ovins, et 1 200 équins, pratiquent l'estive durant 4 à 6 mois. Elles ont un rôle majeur dans l’entretien et le respect des espaces sauvages des hauts cantons. Un authentique travail d’entretien et de préservation pour nos belles montagnes. 

Lac de Matemale en Capcir.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

Le lac de Matemale (Capcir) est une mer intérieure au milieu d'un environnement de toute beauté qui s'habille différemment au fil des saisons. Au printemps, la neige abandonne le terrain aux verts pâturages. L'été, les randonneurs, les joggers, les cavaliers, les cyclistes et tous les amateurs de sports nautiques s'invitent dans le paysage pastoral, noyé de soleil, animé par le tintement festif des sonnailles, des sonnettes et des grelots. Les Pyrénées catalanes et ses multiples lacs aux couleurs changeantes attirent les amoureux des lieux au ras de l'eau. Et cerise sur les flots, vous pourrez découvrir quelques pédalos dans le sillage de barques "catalanes", les voiles latines gonflées d'air pur, naviguer sur ce plan d'eau aux couleurs bleus métalliques. Comme en Méditerranée ! 

Petites et grandes randonnées.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

   Modelées depuis de la nuit des temps par des sources jaillissantes, par les eaux de petits ruisseaux, les Pyrénées catalanes truffées de petits lacs délivrent des paysages sublimes. La flore luxuriante et la faune sauvage apprécie les bienfaits de cette ressource naturellement pure. Randonner dans ce environnement majestueux, silencieux, relaxant est un bonheur simple

Pour découvrir notre région et admirer de superbes paysages des Pyrénées, prenez de la hauteur avec un sac à dos, une bonne paire de chaussures de randonnée, un appareil à photo, une casquette, des jumelles sans oublier une réserve d’eau pour partir à la découverte de nos belles montagnes parsemées d’un chapelet de lacs étincelants.

Les Albères, barrière naturelle ente la France et l’Espagne où se nichent de pittoresques villages que je ne peux nommer tant ils sont plus beaux les uns que les autres. Les maisons aux tuiles rouges, blotties contre l'église, tournées vers une rivère paisible bordée de chemins imprégnés de senteurs forestières grimpent à flancs de montagne, menent vers la forêt. Ici on respire le plein air pur ! 

Le Vallespir et la vallée du Tech est réputé pour ses eaux thermales, son attachement à la culture catalane et aux traditions ancestrales. Dans cette verdoyante nature, il n’est pas rare de trouver au détour d’un sentier une humble chapelle. Fières de leur identité catalane, les communes participent à la richesse d’une nature harmonieuse quadrillée de torrents limpides, de sentiers de randonnées de qualité dans son cadre préservé au pied du Massif du Canigou.

Les Aspres collines et piémonts dévoilent, entre la plaine du Roussillon, le Vallespir et le Conflent, une région aride composée de belles parcelles de vignes. Randonner, contempler écouter, déchiffrer les bruits subtils sous les feuillus d'une forêt de chênes lièges est un concert improvisé composé par la faune dont le chef d'orchestre est la douce tramontane.

En Conflent le massif du Canigou et son pic majestueux, labellisé Grand Site de France et site Natura 2000, les paysages verdoyants, les typiques villages catalans desservis par l’emblématique Petit Train Jaune, les vallées étroites et profondes, les torrents et les sources naturelles aux eaux thermales, les forêts et les montagnes escarpées, contribuent au charme de ce territoire. La montagne sacrée des Catalans, lègue en toutes saisons, un panorama époustouflant, survolant la plaine du Roussillon jusqu’au littoral de la Méditerranée.

Située à 1200 m d’altitude moyenne, dominée par le pic du Carlit, la Cerdagne recèle de beaux espaces ponctués de remarquables lacs comme ceux qui entourent le massif du Carlitte, celui des Bouillouses ou l’étang du Lanoux. Ces réservoirs aquatiques fréquentés au lever du jour par les animaux sauvages, la flore et les somptueuses forêts offrent des paysages grandioses aux randonneurs les plus courageux.

Le Capcir, plus au Nord, tapissé de pâturages verdoyants pour le bien-être de vaches, s’étire le long du massif du Madrés jalonné de lacs et d’étangs aux noms chantants : Matemale, Balcère, Puyvalador, Camporells ainsi que les forêts sont propices aux activités de loisirs et à la randonnée. Les montagnes renferment une flore de toute beauté et une intéressante faune complète ce merveilleux territoire.

Fenouillèdes et Corbières sont au cœur de nombreuses randonnées à la découverte de paysages variés au relief tourmenté laisse apprécier ses vertigineuses barres granitiques et ses imprenables citadelles cathares ainsi qu’une nature aride et sauvage qui dans les terroirs schisteux et argilo-calcaires permettent d’élaborer des vins somptueux.

Dans le département des Pyrénées Orientales, l’ensemble du massif des Pyrénées catalanes est incontestablement le paradis des amateurs de grands espaces à l’air pur, de sensations fortes de randonnées sportives mais aussi des sorties contemplatives auxquelles on peut ajouter des activités culturelles. Elle offre un plateau d’activités pour tous les âges et toutes les envies, assurément les meilleures conditions pour des vacances réussies en famille ou entre amis.

Quel que soit votre niveau, soyez prudent, ne surestimez pas vos capacités, choisissez la sortie qui correspond à votre condition physique !

Pyrénées Passion.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

De vrais pionniers. Après avoir conquis le redoutable Monte Perdido (3 355 m), au coeur des Pyrénées, les alpinistes sont sur le chemin du retour par la brèche de Roland. La victoire sur le pic espagnol avait valeur de symbole à cette époque où le matériel, les équipements, les techniques, les moyens de liaison étaient limités ou inexistants. Photo du 14 juin 1906.

          Fils d’un père aristocrate d'origine irlandaise installé à Pau et d’une mère française, Henry Russell est né à Toulouse (Haute Garonne) en 1834. Il habite à Pau (Pyrénées Atlantiques) avant d’entreprendre à l’âge de 23 ans, un lointain premier voyage en Amérique du Nord. De retour à Pau, il effectue en 1858 ses premières escalades dans les Pyrénées où il attrape le virus des pics vertigineux revêtus de neiges éternelles. En 1859, il s’engage dans la marine et voyage pendant trois ans à travers le monde.

Mais, Henry Russel revient dans ses montagnes favorites, la fascination pour cette chaîne mythique est plus forte. Devenu comte et héritier d’une grosse fortune, il peut laisser libre cours à sa débordante passion : les Pyrénées. Il consacre sa vie à l’exploration de cette « barre » montagneuse, cette frontière naturelle partagée avec l’Espagne.

Il crée avec quelques guides la première société de montagnards et devient le pionnier de la conquête des Pyrénées. En 1859, seul ou en duo,  à partir de Barèges, il fait les ascensions du pic de Néouvielle (3 091 m), celui de l’Ardiden (2 988 m) et trois fois le Monte Perdido, côté espagnol. Rien que le nom de ce sommet, le Mont Perdu, indique l'inhospitalité de ce lieu égaré où personne ne s'aventure...

Il veut passer des jours et des nuits sur les pics afin d’admirer la nature vierge : les lacs naturels aux noms débordants de poésie qui éclairent le massif, les vallées étroites et profonfondes creusées par les gaves aus sonnorités ruisselantes, contempler à fleur de ciel les milliers d’étoiles scintillantes, hiverner avec les rudes caresses de la neige et des vents ou les doux baisers d'un soleil montagnard. Pour affronter ce climat extrême, il adopte l’invention d’un ami qui a utilisé en 1860 un « sac de couchage » conçu en peaux d’agneau cousues. Le 26 août 1860 il passe une nuit à la belle étoile au sommet de Pique-Longue mais il souffre terriblement du froid. Il envisage alors l’aménagement de grottes car il pense que toute autre construction serait inesthétique et malvenue.

Il réalise sa première ascension du Vignemale en 1861et en 1864, première hivernale au pic du Carlit (2 921 m) en Pays catalan. Cette même année avec Hippolyte Passet, ils domptent le Cylindre de Marboré (Soum de Ramond et Monte Perdido) pointant à 3 328 m et plus fort encore le Pico del Médio à 3 346 m. Le 11 février 1869, il fait à nouveau le Vignemale, mais cette fois c’est une première grande hivernale effectuée en Europe.

En 1888, il obtient du préfet des Hautes Pyrénées la concession de 200 hectares autour du massif du Vignemale, entre 2 300 et 3 300 mètres d'altitude, pour quatre-vingt-dix-neuf (99) ans. De 1881 à 1893, il fait creuser 7 grottes en haut du glacier d’Ossue dans lesquelles il organise des réceptions somptueuses et légendaires. En 1904, il fait la trente-troisième et ultime ascension du Vignemale.

Un des grands sommets pyrénéens, le pic Russell (3 205m), dont il a réalisé la première ascension en 1865 lui est dédié. Ce personnage légendaire décède en 1909; inhumé à Pau, au pied d’un remarquable panorama sur la chaîne des Pyrénées qu’il chérissait tant.