Lac des Bouillouses

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

L' Estany de la Bollosa est parfois glacé en saison hivernale, pour le traverser la prudence s'impose. La règle s'applique à tous les étangs surtout en cas de redoux ou à la fin de la débâcle. Ne gâchez pas le plaisir de la randonnée. A l'arrière-plan le Grand Péric (2810 m) et le Petit Péric (2690 m).


Le lac des Bouillouses et ses abords sont un site naturel classé depuis juin 1976. Au-delà de sa beauté, ce lac artificiel construit à 2017 mètres d’altitude au début du XXème siècle, sur les sources du  fleuve la Têt, permet de produire l’électricité pour la ligne du train jaune. Lac d’une superficie de 149 hectares, d’une profondeur de 25 mètres et d’une capacité de 19 millions de m3, il approvisionne en eau potable la commune de Bolquère. C’est lui encore qui fournit une partie de son eau pour la production de neige de culture sur la station de Font Romeu-Pyrénées 2000, une eau restituée à la Têt à la fonte des neiges. L’été, ciel bleu, soleil garanti, vent frais tout de même, c’est un site fabuleux géré par le Conseil général. Un plan de régulation de la fréquentation touristique impose en période estivale (juillet-août) une circulation routière réglementée. Le site devient accessible uniquement en navette-bus ou sentiers pédestres balisés.

Différents sentiers de randonnées longent les rives du lac, notamment le point de départ du GR 10. L’hiver, c’est l’espace idéal pour la pratique des activités nordiques En arrière-plan du lac, les majestueux Pics Pèrics déploient leurs courbes douces. Massif imposant, le Carlit du haut de ses 2921 m d’altitude, domine ses congénères et veille avec bienveillance sur les nombreux petits lacs qui parsèment et embellissent son environnement.

Berges enneigées et décor féérique pour les pêcheurs venus dès potron-minet. Réputé  dans le milieu piscicole  pour ses belles truites farios et arc-en-ciel qui frétillent dans l’eau fraîche et transparente des Bouillouses, sont très appréciées des pêcheurs. Le premier plaisir consiste à passer un moment dans cette belle nature et si on ne rentre pas bredouille alors c’est du bonheur. 

Les Bouillouses, c’est la haute montagne. Il faut prendre des précautions avant de s’y aventurer, particulièrement en hiver. Neige, froid, vent, brouillard, peuvent transformer la promesse d’une belle journée en cauchemar. Si la météo est incertaine, renoncez. Pour accéder en hiver à la haute montagne en toute sécurité, faites appel à un professionnel. Le retour sur investissement est garanti. 

Destination Pyrénées catalanes.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

Entouré d'une forêt magnifique, un lac naturel des Pyrénées catalanes. 

Après l’effervescence estivale, septembre est encore la belle saison avec la douceur de l’été indien qui promet de belles surprises et de magnifiques rencontres sur les montagnes pyrénéennes (sud catalanes, nord catalanes et audoises) lesquelles possèdent un patrimoine naturel et une biodiversité exceptionnelle. Septembre apporte sa griffe, ses couleurs et lorsque le dieu Soleil modère sa puissance intensité, les Pyrénées sont encore un terrain de jeu idéal pour les activités d’aventure. Sur les pentes de nos sommets les plus emblématiques, dégringolent de nombreuses rivières et torrents, endroits idéaux pour les passionnés de sports en eaux vives (rafting, aviron, kayak) mais aussi contrées quadrillées de multiples sentiers afin de pratiquer la randonnée pédestre, équestre, le cyclotourisme ou se promener en famille. Sans oublier l’escalade ou la haute montagne pour les sportifs les plus aguerris.

La nature, riche de diversité, propose une destination de choix pour tous ceux qui souhaitent connaître sous tous ses angles (eau, terre et air) un territoire à l’histoire et aux traditions millénaires.

Sillonner les forêts par les sentiers, taquiner les truites et autres saumons des fontaines sur les lacs naturels ou artificiels grouillant d’une vie intense est un plaisir des dieux, se laisser porter par les rivières sauvages, visiter les nombreux parcs naturels permettent d’écouter et apprécier la faune, la flore dans un cadre entouré de paysages exceptionnels,

Les Pyrénées sont un trésor qu’il faut impérativement conserver pour assurer un environnement durable.

Montagnes mythiques

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

               Montagnes mythiques, les Pyrénées concentrent sur toute la chaîne plus de 2 500 lacs, naturels et artificiels, sur les versants espagnols et français. Le lac le plus haut semble être du côté ibérique, le lac de Coronado, perché à 3 190 mètres d’altitude. Le lac artificiel de Yesa en Navarre, connu sous le surnom de Mer des Pyrénées, avec 1 900 ha est le plus étendu de la chaîne.

En France, dans les Pyrénées Catalanes, le lac (artificiel) du Lanoux (l’estany de Lànos) est le lac le plus grand en superficie avec 158 hectares. Il s’étire sur 2 500 m, 500 m de large pour une profondeur de 75 m. Posté sur le sentier du GR à 2 213 mètres d’altitude, dans une nature intacte, il est le phare incontournable de tous les randonneurs de haute montagne. Les pêcheurs adorent cet étang aux couleurs changeantes, poissonneux à souhait, habité de truites et de saumon de fontaine de tailles impressionnantes. 

 

Le bruit de la rivière est le monde de Bouddha, 

le paysage montagneux est Bouddha lui-même.

Proverbe Asiatique. 

L’eau des neiges.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

       A moins de 50 km à vol d'oiseau du golfe du Lion en Méditerranée se trouve le massif du Canigou couvert de neige une bonne partie de l’année. A partir de là, les plus hauts sommets et versants des Pyrénées catalanes sont saupoudrées « d’or blanc » et il en est de même du massif du Carlit dont le pic est le plus élevé des Pyrénées Orientales (2 909 m). Du point zéro sur le littoral de la Méditerranée, on passe en 100 km environ à vol d’oiseau à presque 3 000 mètres d’altitude. C'est-à-dire que sur les montagnes pyrénéennes, il n’y a pas un hiver sans neige !

Les Pyrénées catalanes, possèdent un labyrinthe de torrents et petites rivières qui récupèrent sur les versants les eaux qui remplissent abondamment les réservoirs que sont les nombreux lacs naturels et plans d’eau artificiels. Quatre plans d’eau construits par les hommes sont de véritables mers intérieures, alimentés par la fonte des neiges.Les lacs de Lanoux et des Bouillouses sont destinés exclusivement à la production électrique, à l’irrigation, à la pêche, la randonnée ; les lacs de Matemale et de Puyvalador créent de l’énergie électrique mais sont ouverts à tous les loisirs et les plaisirs aquatiques que procure l’eau. Ils ont transformé avantageusement le décor et modelé un environnement où la faune et la flore s’intègre harmonieusement. 

En ce début de mois de juillet on peut apercevoir, depuis le rivage de la Méditerranée, sur les flancs du Canigou de grosses tâches blanches qui ne sont que des plaques de neige verglacées qui ont résistées aux chaleurs torrides du mois de juin.

Sur les Pyrénées, « l’or blanc » après avoir été un joli flocon de neige ou un bloc de glace scintillant se métamorphose en « or bleu », c'est-à-dire en eau de qualité ;  une ressource précieuse dont le but après avoir irrigué la nature et servi les hommes est de rejoindre tôt ou tard la mer Méditerranée. 

A Marquixanes, l'eau vive régale.

Écrit par Super User. Publié dans Nos Pyrénées.

           

Je suis léger comme une paille, la Têt m'emporte dans l'écume de ses eaux limpides et je bouillonne de plaisir. 

           Au pied du Canigo, le village de Marquixanes en Conflent se trouve au début de la vallée de la Têt qui s’élève vers les Pyrénées catalanes. La vallée très étroite est approfondie patiemment depuis les temps immémoriaux par ce fleuve côtier caractériel favorable aux activités en eau vive. A 2 coups de pagaie du centre du village juste avant le pont sur la route d’Eus se trouve une base cachée sous les frondaisons

Le lieu ressemble à une rivière amazonienne ; l’exubérante végétation composée de fusains, de noisetiers, d’aubépines, d’iris d’eau ou de joncs longe les rives, les sentiers se perdent à travers le dédale de frênes, d’érables, de saules ou d’ormeaux. Une nature rebelle, une nature sauvage sagement maîtrisée par les responsables de la base de loisirs !

Sur des passerelles de bois, de ponts suspendus, de jeunes gens solidement harnachés, « marchent » sur les grands arbres à 7 ou 8 mètres du sol. On appelle ça, je le dis en français : parcours acrobatiques forestiers. Les flots cognent sur les flancs de collines abruptes, accélère le courant, contourne la présence d’un long chaos de granite. Au-dessus de l’onde bouillonnante, des lianes d’acier traversent la rivière. Puis le lit de la rivière s’élargit, retrouvant le calme.

Pour les sports d’eau vive, les sensations fortes, c’est maintenant ! Ce début de mois (juin) est très ensolleillé et l'eau des Pyrénées s'est radoucie. Tout est prêt. Et tout le monde est impatient, autant les moniteurs que les élèves ou les amateurs de sensations fortes. Cette fois je le dis en anglais : canyoning, rafting, hydrospeed, tubing. Tout est disponible à la base aquatique de Marquixanes, c’est comme ça !

Rien de tel que ce coin de verdure au bord de l’eau que l’hiver doux abandonne au profit d’un soleil de printemps qui enflamme, déjà, le Pays catalan…cela promet de fantastiques descentes pendant les vacances d’ été