Bouillon de culture à Barcelona.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

 Le populaire quartier de la Barceloneta jouxtant le Port Vell de Barcelona fut créé en 1753 dans lequel s'installérent les pêcheurs et les marins. En 1992 à l'occasion des Jeux Olympiques organisés par la ville de Barcelona le quartier s'ouvre largement sur la Méditerranée provoquant des bouleversements urbanistiques de grande qualité. Un quartier entiérement reconstruit surgit et le résultat est une grande réussite avec le port olympique, le port de plaisance et de grandes plages sur huit kilomètres.Il est devenu un passage incontournable lors d'une visite dans la capitale  de la Catalogne. Les deux grandes tours sont l'emblème  de ce nouveau paysage urbain, l'un est un grand hôtel, l'autre fut le village olympique où séjournèrent les athlètes participants aux Jeux; comme prévue, elle est devenue un immeuble d'appartements privés.    

 

 Le peuple de Catalogne, gens de la mer et du négoce ouvert sur la Méditerranée, construit sa puissance et sa richesse avec les Baléares, la Sicile, la Corse pour rivaliser, dans le commerce de l’or et de la soie avec Gênes et Venise. La découverte de l’Amérique et le soudain essor de Séville où abordent les caravelles et les galions chargés de trésors du Nouveau Monde, mettent en veilleuse l’activité de Barcelona. La ville catalane se renferme dans ses remparts médiévaux témoignages de son passé prestigieux, de sa fière dignité, de ses vieux palais et de ses belles églises.

Soudain au siècle dernier, la muraille tombe, des quartiers neufs surgissent, résolument modernes, découpés en damiers par des droites et des diagonales de plusieurs kilomètres agrémentées de fontaines monumentales réalisées par des sculpteurs réputés, de demeures conçues par des architectes passés à la postérité, le port, cœur de la ville, ressuscite, une Barcelona conquérante, retrouve son appétit, son énergie, son audace, redevient résolument offensive. Première ville et région à utiliser le gaz d’éclairage et le chemin de fer, elle installe des filatures dans la région pour tisser le coton et fournir en bonneterie toute l’Espagne, le port modernisé retrouve la première place maritime du pays, dispute la prépondérance financière établie. Les grandes expositions d’envergure mondiale se succèdent, 1888, 1929, 1992, 1994 ; une vitrine mondiale illustrant une ville moderne, sportive, industrieuse, dynamique, infatigable, alliant le goût du confort au souci d’efficacité, conjuguée à une très ancienne tradition de culture. A ce sujet, le patrimoine artistique de la capitale catalane propose une profusion artistique exhaustive, sans aucun maillon manquant : peintures, sculptures, fresques, objets d’art décoratif et culturels sont accrochés, posés, construits, vénérés aux yeux de celui qui souhaite explorer, déchiffrer et comprendre. La richesse et la diversité des musées (une quinzaine) répondent à toutes les exigences.

Barcelona aime créer, réaliser, relever des défis et…les gagner. L’Exposition universelle de 1888 fut une franche réussite et les traces sont encore visibles. Celle 1929 le fut autant, il suffit de se promener au pied de la colline de Montjuïc pour en être convaincu.

L’annonce de l’organisation des Jeux Olympiques de 1992 confiée à Barcelona et à la Catalunya provoque spontanément parmi la population catalane une nuit de liesse.

Le slogan « Barcelona posa’t guapa » (Barcelona fait toi belle) en dit long sur la motivation de la ville. Et Barcelona est devenue très belle, très séduisante et fabuleusement attractive dans tous les domaines. 

Les bras grands ouverts vers la Méditerranée, escaladant la colline de Montjuic, la cité construit des installations géantes, à la taille de ses ambitions pour accueillir les milliers de visiteurs ! 

 

Le gouffre noir de Sobremunt.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

                 A Sobremunt un petit village de Catalunya, un gorg (gouffre) noir et profond, aux eaux bouillonnantes et aux parois comblées de cavités effrayait toute la région. Un pagès (paysan) téméraire et curieux entreprit de mesurer la profondeur de ce gouffre rempli de mystères. Il ligota une pierre à une longue corde qu’il déroula dans l’aven. Lorsque la totalité fut immergée, une voix affirma : déroule toute la corde que tu veux, toucher le fond tu ne peux ! L’intervention de cette voix bizarre, fit le tour, de bouche à oreille, de toute la contrée amplifiant l’appréhension. Malgré de nombreuses tentatives, la profondeur du gouffre resta une énigme !

Par une nuit sombre, un pagès du village peu scrupuleux, Pere Mas, aperçoit un mouton bien gras à proximité du trou d’eau, et sans se poser la moindre question l’attache avec sa faixa (ceinture d’étoffe) à son cheval. Arrivé à hauteur du gouffre, il entend une voix étrange qui dit : où vas-tu Satan ? Et une autre qui lui répondit : je suis accroché au cheval de Père Mas.

Arrivé à la ferme, il raconta à sa femme la péripétie et décida de se débarrasser de cette capture démoniaque. C’est alors que son épouse eut l’idée lumineuse de réciter un « Notre Père qui… » et tout à coup, le mouton s’élança à toute allure jusqu’au gouffre dans lequel il coula comme un fer incandescent.

La mission du gouffre à travers les siècles était de rappeler le respect du précepte religieux qui sauva ce pauvre pagès. Depuis ce jour, Pere Mas qui avait jusque-là une forte tendance au chapardage ne prit jamais plus rien qui ne fût sien et devint un homme honnête.

Un paysan découvre en passant un mouton bien gras aux alentours du gouffre. Il l’attacha avec sa faixa (ceinture d’étoffe) à la queue de son cheval et fit mine de rentrer chez lui. Mais lorsque l’animal vit l’eau, il accéléra au point de manquer d’entraîner l’homme et le cheval !

Le paysan s’exclama alors : que saint Thomas me viennes en aide et il réussit à couper la ceinture avec son couteau.

Le mouton répondit: tu as bien fait de respecter le jeûne et il disparut. C’est donc le respect du précepte religieux qui sauva ce pauvre paysan. La mission du gouffre à travers les siècles et la légende serait donc de nous rappeler la notion de devoir. 

Sobremunt est un village catalan de 102 habitants situé dans la province de Barcelona et la communauté autonome de Catalogne. 

Als banys d’Arles de Tec en Vallespir.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

Amélie les Bains, célèbre station thermale en Vallespir.

Quand les invincibles légions romaines s’emparent de toute la Gaule et de la péninsule ibérique, ils parcourent la région montagneuse du Vallespir où vivaient de petits peuplements. Explorant les gorges étroites des Pyrénées, ils longent depuis la plaine un petit fleuve sauvage, le Tec, et découvrent une source d’eau chaude puis d’autres. Aussitôt les Romains sont conquis par cette montagne au climat doux, criblée de sources naturelles, ils construisent des thermes au-dessus de la principale résurgence.

Les invasions successives des Vandales, ensuite des Sarrazins et des Normands, moins sensibles aux bienfaits des eaux minérales, laissent péricliter le site, à leur tour fuyant l’arrivée des redoutables Vikings entrés par la « Narbonnaise ».

L’abbé de Sainte Marie du Vallespir remontant la vallée du Tec par un sentier découvrit les ruines des thermes augurant le savoir-faire admirable des Romains. Ce territoire appartenait à Arles de Tec fut baptisé du nom de « als banys d’Arles » (les bains d’Arles). Une tour fortifiée bâtie sur la montagne défendait la vallée, mais après le rattachement du Roussillon à la France, un fort succéda à la tour devenue obsolète. La puissante armée espagnole assiège le château fort qui capitule le 3 juin 1793.

Entre-temps, l’activité des bains avait repris, gérés par les consuls d’Arles de Tec accueillant gratuitement aux thermes les religieux et leurs domestiques. Une redevance de 11 francs à verser chaque année à Noël, effectuer les travaux de maintenance et tenir une prison à la disposition de l’abbé est le prix à payer. Des travaux avaient consolidé les structures romaines, réaménagé une longue pièce de 20 mètres sur 12 de large en conservant au milieu la vasque d’origine, dégagé des niches pour les bains particuliers, installé un sudatorium au point d’arrivée des conduites dont l’eau la plus chaude coulait en abondance à la température de 60 degrés centigrades.

Un établissement à l’usage des militaires fut créé en 1718 et amélioré en 1783. Le docteur Pujade, médecin-chef des armées en retraite, acheta à la ville d’Arles de Tec des terrains proches de ces bains, y découvrit 14 nouvelles sources et construisit son propre établissement thermal.

Ce sont près de 1 500 mètres cubes d’eau minéralisée par jour que dispose cette contrée pyrénéenne qui attire militaires et civils !

Le général de Castellane commandant des troupes des P.O qui avait eu les mains gelées lors de la retraite de Russie s’employa à édifier un hôpital militaire à l’intention de l’armée d’Afrique. Edifié par le Ministère de la Guerre la première pierre fut posée en 1847 et fut terminé en 1886. 

Les bains d’Arles devenaient en 1840 Amélie les Bains, une petite ville autonome et prospère grâce à la qualité de ses eaux. 

 

Il n’est jamais trop tôt pour sensibiliser les enfants

aux risques courus sur l’eau et sur le sable.

Parc naturel marin du golfe du Lion

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

       Le Parc naturel marin du golfe du Lioncréé en octobre 2011, est un outil de gestion innovant, le premier en Méditerranée. Il permet de protéger un espace marin remarquable, d’une superficie de 4 000 km2 au large des Pyrénées Orientales et de l’Aude.

Riche d’une identité culturelle maritime forte, dynamique (archéologie sous-marine, embarcations traditionnelles, chantier de restauration, etc ), le Parc a vocation à préserver cette identité qui lui est propre tout en favorisant le développement durable des activités maritimes.

Un patrimoine commun fragilisé par une forte pression démographique et l’accueil des plus de 2,5 millions de visiteurs. Un intervalle d’une extrême sensibilité aux pollutions et une pression avérée des ressources marines.

L’espace marin du Parc est l’une des seules zones qui concentre tous les habitats naturels de Méditerranée. Une biodiversité exceptionnelle englobant 1 200 espèces naturelles, 500 espèces végétales, 7 espèces protégées : mérou brun, herbier de posidonie, oursin diadème, grande nacre, datte de mer, grande cigale, tortue caouanne. A cette liste, il faut ajouter plus de 20 espèces de cétacés dont le dauphin bleu et blanc, le rorqual commun etc.

Du littoral aux canyons profonds, cet espace doit protéger cette biodiversité en favorisant le bon fonctionnement des écosystèmes. La qualité de l’eau de mer est un enjeu capital. Elle est nécessaire au contact du milieu, garantit la pérennité des ressources naturelles et l’avenir des activités maritimes qui en dépendent.

La pêche professionnelle, le nautisme, la plongée sous-marine, le tourisme, etc… sont les moteurs économiques de ce territoire lesquels dépendent de la bonne santé du milieu marin.

La continuité de l’espace marin et des usages invite à une gestion concertée entre le Parc et la zone maritime de la Catalunya pour plus d’efficacité.

La réponse à ces enjeux passe par la sensibilisation des usagers et l’éducation du grand public.

Un Conseil de gestion gère l’organisation en associant l’ensemble des acteurs à toutes les décisions concernant le Parc. Ce Conseil, véritable parlement de la mer, élabore le plan de gestion du Parc et décide des actions à mener. 

Le fort St Elme et Collioure.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

    L’empereur Charles-Quint construit le fort St Elme autour de la Torra de Guardia pour défendre Collioure et Portus-Vénéris (port de Collioure à cette lointaine époque). Sa robustesse lui permet de s’acquitter de cette tâche avec succès pendant quelques siècles. Le fort St Elme propose un merveilleux point de vue sur toute la plaine du Roussillon jusqu'aux Corbières, chaîne montagneuse calcaire jalonnée de châteaux cathares et admirer la splendeur infinie du golfe du Lion. 

            Suite à l’exécution de Louis XVI le 21 janvier 1793, le royaume d’Espagne déclare la guerre à la République française naissante. Les premières escarmouches commencent à la fin de la même année. Le 20 décembre 1793, les troupes espagnoles attaquent les positions de Port-Vendres et Collioure. Le commandant français Dufaux, responsable de la défense du fort St Elme, choisi ce moment charnière pour trahir ses troupes contre la somme rondelette de 3 millions or. L’armée française est démoralisée et massée dans le faubourg de Collioure. Lorsqu’une section s’engage sur la route menant à Port-Vendres, les Espagnols ouvrent leurs mitrailles. Une pluie de boulets tombe depuis le fort St Elme sur le faubourg et la ville. Rapidement il n’y eut plus de défenseurs et les 600 soldats réfugiés dans le château royal demandent à grands cris la capitulation malgré l’opposition du gouverneur Manneville et du conventionnel Fabre qui mourut les armes à la main. Ainsi les Espagnols héritent de 28 canons et d’immenses quantités de matériels divers et des munitions. L’armée ibérique pouvait sereinement se répandre sur la plaine du Roussillon. Les militaires français ne peuvent accepter  l’abandon du St Elme à l’ennemi car sa position stratégique est primordiale pour contrôler la route du littoral et le golfe du Lion. Il faut ajouter l’armée hispanique du général Ricardos envahi le territoire du Roussillon.

Le général Dugommier est nommé à la tête de l’armée des Pyrénées Orientales. Il est chargé de reprendre le terrain perdu face aux espagnols. Au printemps 1794, le général Dugommier prend l’offensive mais au lieu de chercher à reconquérir Collioure, en fin guerrier, il décide de s’emparer du fort St Elme par un coup de passe-passe audacieux. Il établit son quartier général à Cosprons et fait débarquer dans la baie de Paulilles 12 canons de 24 et 8 mortiers. Cette artillerie est traînée par 200 hommes sur le revers du Puig de las Daynas de sorte que les Espagnols ne voient le danger. Six jours après leur arrivée, les pièces installées sur le site actuel de la redoute de Dugommier, commencent à canonner le fort au grand étonnement des Espagnols qui se croyaient à l’abri. Le bombardement dure 3 jours sans interruption, puis se ralentit par manque de munitions. Les Espagnols en profitent pour réparer la citerne d’eau et tentent d’enlever les batteries françaises par une vive attaque de nuit, mais l’opération échoua. Les munitions attendues depuis 6 jours arrivent enfin, le pilonnage reprend avec une grande violence. Une seconde sortie est tentée par le meilleur des troupes assiégées mais, encore une fois sans succès. Après 3 jours de feu et de sang, les militaires espagnols abandonnent le fort. C’est 11 000 boulets, qui ont ébranlé la résistance du fort et de ses occupants. Un véritable déluge qui permet aux français d’entrer dans la citadelle. Le général Dugommier et ses hommes ont réussi le coup de poker ; 7 000 soldats espagnols se rendent. Collioure est repris le 26 mai 1794 et le fort Saint Elme est définitivement français. Le général Dugommier est tué le 18 novembre à la bataille de Sant Llorens de la Mùga. Il est d’abord inhumé au fort de Bellegarde au Perthus (El Portùs), dans le bastion qui regarde la plaine de l’Ampordà. Actuellement il repose au cimetière Saint Martin à Perpignan. Pour les uns, la lumière et la liberté illuminaient le Roussillon. Pour les autres, la nuit et l’occupation commençaient.

Sources : Archives du fort St Elme, adaptées à L’eau qui chante par Christian Tena. 

 

Quand on arrive au fort St Elme, c'est l'émerveillement total tant le panorama à 360°est exceptionnel, offrant une vue sur Collioure et sa baie, sur Port-Vendres et son port. De face, le bleu de la Méditerranée s'étend à perte de vue, dans le dos les Pyrénées (les Albères en Pays catalan) et ses tours de guet (Madeloc et la Massane), le littoral rocheux de la Côte Vermeille et de la Costa Brava en prolongement et, le fort St Elme, magique sur son socle dominant, magnifiant ce lieu par son architecture militaire avant-gardiste en son temps qui écrira sur près de 500 ans la riche histoire de Collioure et du Roussillon.