La bulle de St Pierre prend l’eau.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

    Au départ c’est l’imagination d’un publiciste, un bouffon devenu célèbre pour avoir formulé les conneries les plus bêtes du monde mais plus grosse est la ficelle, plus elle décuple l’égo des hommes, surtout des hommes politiques. Construire une maison dans la mer pour attirer les touristes de toute l’Europe vers la nouvelle station du littoral audois, Saint Pierre la Mer, hameau de Fleury d’Aude.

Contacté en 1987, un architecte enchaîne en dessinant un projet digne de « 20 000 lieues sous la mer » de Jules Verne ! Une « maison » immergée de 9 mètres de diamètre pouvant accueillir 40 personnes avec autour un vaste bassin et des milliers de poissons venus dire coucou de la nageoire aux touristes. Dans ce projet il ne manquait que les naïades et les divinités aquatiques.

Appelez cette construction sous la Méditerranée comme vous l’entendez : maison, studio, aquarium, observatoire ou plus familièrement la « bulle » ; peu importe. Dans l’euphorie, les travaux commencent. Les décideurs ne reculent devant rien. Pour promouvoir la « merveille », il est envisagé un dialogue en direct sur une chaîne de télévision entre l’architecte et un spationaute français évoluant à bord de la station soviétique Mir, entre cosmos et fonds marins. Au point de se demander si la bulle ne deviendrait pas un studio de télévision expérimental. L’euphorie est de courte durée, voilà que les nuages commencent à s’accumuler sur le rivage audois avec une facture qui va faire exploser la bulle. Ce chantier devait coûter la somme, déjà rondelette, de 16 MF pour émerveiller les touristes, transformer le modeste village viticole de Fleury d’Aude en station touristique de premier plan. L’ardoise est enfin arrêtée autour de 58 MF, (je vous laisse le soin de convertir en Euros) une somme faramineuse ! Ce qui devait devenir le fleuron du littoral languedocien se convertit en naufrage titanesque ! Tout ce qui comptait, c’était la date à laquelle pouvait avoir lieu l’émission de télévision ! Le scandale éclate suite à un épinglage de la Cour des comptes: projet mal ficelé,  études préalables bâclées, étude de sols erronées, opacité potentielle de l’eau ignorée, délibérations municipales falsifiées, incompétence des décideurs, magouilles, pots de vin, sans compter les nombreuses expertises et contre-expertises.L’affaire a connu tous les rebondissements imaginables, jusqu’à la suspicion de détournement de fonds publics à des fins politiques, le rôle douteux de la Caisse des dépôts et du Conseil Général sont également soulignés par le Parquet de Narbonne.

La dette astronomique de la commune Fleury impose que les impôts devront augmenter de 30 %. Les habitants s’indignent, descendent dans la rue. On voudrait croire à un mauvais rêve, pourtant non, c’est la réalité à St Pierre. L’argent est une si bonne chose quand on sait, comme les politiques, le dépenser follement ! Seule la justice peut déterminer le rôle de chacun mais l’enquête subit des pressions. Ici appliquer la loi c’est déjà « être un révolutionnaire » affirme un magistrat désabusé. Tout est dit ! 

Le Belèm, escale à Port-Vendres.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

Le Bèlem et le fort St Elme, deux monument historiques réunis à Port Vendres : le premier vogue sur toutes les mers depuis 120 ans, le second veille la côte catalane depuis quelques siècles. Tous les deux nous racontent leur parcours, certes différent, mais chacun passionnément authentique ! 

        Cette année 2016 le Bèlem fête ses 120 ans. Dernier grand voilier de commerce français du XIXème siècle encore en navigation, il impressionne tous les amoureux de la mer, un cercle dont je fais partie. Un plus que centenaire toujours actif qui de port en port exhibe son insolente beauté. Ce navire est un authentique musée flottant ! Son histoire mérite d’être connue, bienvenue à bord.

Le Bèlem est un trois-mâts barque à coque en acier construit par les chantiers Dubigeon à Chantenay sur Loire (ville proche de Nantes) qui lancent le bateau le 10 juin 1896 destiné au commerce pour l’armateur Crouan. De 1896 à 1913, il effectue des traversées vers le Brésil d’où il ramène des cargaisons de fèves de cacao, ou du sucre depuis les Antilles et la Guyane pour la chocolaterie Meuniern, son premier client. En 1914, le Bèlem est vendu au duc de Westminster qui le transforme en yacht de plaisance et l’équipe de moteurs. En 1921 il est racheté par le richissime brasseur Sir Arthur Guiness qui le rebaptise Fantomas II, complète son aménagement et réalise de nombreux voyages à son bord notamment un tour du monde en 1923-1924. En 1951, après la seconde guerre mondiale, le navire est acquis par la fondation Cini de Venise qui en fait un navire-école pour les orphelins de la marine italienne. Le Giorgio Cini est mis en vente en 1978. C’est alors qu’il retrouve son pavillon d’origine grâce à une banque qui en fait don à une fondation créée à son initiative. La Fondation Belem est reconnue d’utilité publique en 1980 : elle décide de faire du Bèlem un navire-école civil ouvert au grand public. En 1984, le Bèlem est classé monument historique.

Plusieurs grands voyages marquent la nouvelle vie du Bèlem : en 1986, le navire participe au Centenaire de la statue de la Liberté à New York, en 2002, le Bèlem reprend la route maritime de ses premières navigations à destination du port de Bèlem, la grande agglomération du Brésil qui lui a donné son nom, puis accoste à St Pierre de la Martinique. En 2008, le navire traverse l’Atlantique Nord pour représenter la France au 400ème anniversaire de la création de la ville de Québec, en 2012, le Bèlem est l’invité de la Reine Elisabeth II à l’occasion de son jubilé de Diamant et des Jeux Olympiques de Londres.

Du 6 au 14 octobre 2016, lors de son escale a à Port-Vendres, le Bèlem a déplacé les foules car il jouit d’une aura particulière auprès des catalans passionnés de tout ce qui touche la mer. Mais fêter ses 120 ans à Portus Vénéris est historique, le trois-mâts, lègue un inestimable présent au petit port catalan !

Le vendredi 14 à 10 heures, le bateau noir et blanc lâche les amarres, rugit deux fois, balloté par une mer démontée, il trace sa route maritime surtous les océans et toutes les mers, inlassablement.

A la prochaine fois, nous espérons te voir encore longtemps Bèlem, le pays catalan te remercie beaucoup, à bientôt ! 

En provenance de Sète (Languedoc), le Bèlem face à la baie de Collioure salue la petite merveille de la Côte Vermeille avant de rejoindre Port Vendres distant de 2 ou 3 miles marins. 

A altre bagada Bèlem, al païs catatà te diu moltes gracies, per molt anys, fins aviat !   

 

Aiguat de 1940 en Pays catalan.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

Des pluies dilluviennes tombent sans discontinuer du 16 au 20 octobre1940 sur le département des Pyrénées Orientales. Guillaume Julia instituteur puis maire de St Laurent de Cerdans (personnage haut en couleur), relève 1930 mm d'eau en 5 jours dont 1000 mm pour le seul jour du 17 octobre. Phénoménal, record d'Europe ! Les pertes humaines se chiffrent à 50 morts, les destructions et dommages dépassent largement plusieurs milliards (de francs à l'époque) alors que déjà la Deuxième guerre mondiale appauvrit la population.Tout est dévasté, tout est à refaire en Roussillon. Catastrophe majeure, 76 ans après, l'Aiguat de 1940 est pour longtemps gravé dans la mémoire collective des catalans. Plusieurs photos montrent les cours d'eau dont les niveaux sont revenus dans le lit normal. 

   Impuissants et inquiets, les perpignanais scrutent les flots déchaînés s'écouler sous le pont Rouge (pont Joffre). Il pleut toujours et les dernières nouvelles ne sont pas rassurantes. Les jours suivants confirment une situation désastreuse. Cliché Mr Chauvin.

Amélie les Bains est une des villes les plus sinistrées des P.O où l'on compte de nombreux morts; le Tech aidé par le Mondony ont tout ravagé : la voie ferrée, le pont roman, le casino, les maisons, les rues, les réseaux d'eau potable et électriques. La cité thermale est un stupéfiant champs de ruines. Cliché Mr A. Caillet.

 

A Vernet les Bains, la rue des Thermes ressemble à un oued asséché. Le Cady a charrié et déposé des tonnes et des tonnes de sable, de rocailles, de troncs d'arbres et de matériaux divers dans les rues. Un habitant contemple les ravages. Cliché de Mr Génovèse

     

Entre Nyer et Olette, les rails de l'unique voie Villefranche de Confluent-La Tour de Carol empruntée par le Train Jaune sont arrachés et tordus démontrant la violence et la force phénoménale des eaux de la Têt. En haut on aperçoit la RN 116. Auteur du cliché indéterminée. 

A Bouleternère, le pont ferroviaire de la ligne Perpignan-Prades sous les coups de bouttoir des eaux en furie du Boulès donne des signes de faiblesse. Quelques heures plus tard, il sera irrémédiablement détruit. Auteur de la photo indéterminée. 

 

Les flots du Tech ont emporté le vieux pont d'Espagne et la Font dels Matxos à Prats de Mollo en Haut Vallespir. Cliché de Mr A.Caillet.

 

Salins du Languedoc.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

01 septenbre 2016.          Le chlorure de sodium (sel de table) est initialement connu et utilisé comme produit alimentaire nécessaire à l’homme et aux animaux. Aujourd’hui, il connaît de nombreuses utilisations ; il est devenu une matière première de base employée dans toutes les industries. En hiver lorsqu’il neige sur les routes, surtout en montagne, le réseau routier utilise le gros sel en grandes quantités pour le « salage » afin de fondre la neige et le verglas et dégager la chaussée. La production de sel de mer nécessite le concours de plusieurs facteurs favorables : terrains plats en très grande superficie et imperméables situés en bord de mer avec des saisons ensoleillées, sèches et ventées. L’exploitation du sel est soumise, comme bien d’autres activités agricoles, aux caprices des conditions météorologiques. Le dépôt de sel se produit pendant 130 à 150 jours par an, mais selon les pluies pendant la campagne, il peut varier du simple au double ; les sauniers doivent donc prêter une attention toute particulière au temps pour limiter les pertes possibles causées par les précipitations. Seuls les moyens techniques mis en œuvre pour la préparation de la récolte et la récolte elle-même différent en fonction de la dimension des salins, mais dans tous les cas, le procédé reste le même. La Méditerranée ne connaissant pas de marées, l’eau de mer qui contient en moyenne 37 grammes de chlorure de sodium par litre est pompée dès le mois de mars. Ainsi, selon la taille des salins, ce sont plusieurs dizaines de millions de m3 d’eau de mer qui sont introduits dans l’exploitation au moyen de puissantes pompes, puis, par une série de stations de pompage, judicieusement réparties, ainsi que par le fait d’une simple dénivellation, l’eau circule dans les étangs appelés « surface de pré-concentration » ou « partènements ». Durant toute la période de mars à septembre, l’eau circule continuellement de façon à garder un niveau constant et une concentration homogène à un endroit donné. Au cours de ce périple et sous l’effet conjugué du soleil et du vent, environ 9/10ème du volume d’eau introduit sur le salin est évaporé, faisant ainsi passer la teneur en sel à 260 grammes environ par litre de saumure. Cette saumure est alors dirigée sur les tables salantes ou « cristallisoirs » dont le sol a été soigneusement nivelé et roulé et y dépose son sel par cristallisation. La récolte débute fin août pour être terminée avant les pluies d’automne.
Avant la dernière guerre, elle se faisait à la main, par des centaines d’ouvriers saisonniers, qui, au moyen de pelles et de brouettes, ramassaient le sel. Depuis d’énormes progrès ont été accomplis, presque tout se fait mécaniquement de nos jours. La couche de sel est prélevée par de gros engins récolteurs qui, par l’intermédiaire d’une chaîne de transporteurs à bande, entassent le sel sur le bord des tables en cordon de « camelles » provisoires. Sur d’autres salins, les engins récolteurs déversent leur sel directement dans les remorques qui le conduisent à une fosse de lavage. Il est ensuite immédiatement stocké en camelle définitive où il attendra son expédition vers une usine ou des ultimes traitements avant sa commercialisation. Sur certains salins, la récolte fonctionne jour et nuit, sans interruption. La couleur rose de l’eau qui recouvre les cristallisoirs, est due à la présence d’animalcules. A l’état naturel, l’eau de mer contient de nombreux êtres vivants, notamment des « Artemia salina », genre de crevettes microscopiques. L’Artemia salina se nourrit d’une algue monocellulaire rose, la « Dunallula salina ». Lorsque la concentration de sel et chlorure de sodium a atteint environ 250 g par litre, les Artemia salina meurent et les Dunullela salina prolifèrent, donnant une couleur rose aux saumures des tables salantes. 

La récolte des cristaux de chlorure de sodium (le sel) dans les salins de l'île St Martin à Gruissan (Aude). Le paysage tout blanc sur 400 hectares ressemble à un paysage nordique mais c'est bien au bord de la Méditerranée en Languedoc que les marais-salants de l'île St Martin sont installés depuis plus d'un siècle. .

Le capelet.

Écrit par Super User. Publié dans Histoire d'ici.

            Le littoral du golfe du Lion où l’eau, sous toutes ses formes est omniprésente, a permis autrefois, comme aujourd’hui, des compétitions, des activités sportives ou des jeux devenus des traditions comme les joutes sétoises. Si sur l’étang de Thau, Marseillan pratique les joutes, il est aussi un jeu traditionnel très prisé appelé le capelet ou « course à la bigue ». L’origine de ce jeu qui remonte à plusieurs siècles, n’est pas clairement définie. Il semble qu’autrefois lorsque les bateaux étaient à quai, les marins jouaient à ce jeu qui ressemble à un entraînement, à une manœuvre en eaux agitées. Ce qui permettait, aussi, de tromper l’ennui des matelots pendant l’escale dans la petite ville de Marseillan.

Le capelet propose des règles simples : les concurrents se défient tour à tour, avec bravoure et agilité, afin de tenter d’attraper, les premiers, 2 chapeaux positionnés sur un mât incliné et abondamment suiffé, c'est-à-dire recouvert de savon pour rendre l’escalade impraticable ou le défi plus compliqué. Le concurrent tombé à l’eau est éliminé. La chute déchaîne l’hilarité où les bravos du public. Accompagnée par un orchestre, c’est une fête populaire sans prétention, sinon celui de passer un agréable moment. 

Ce jeu d’adresse et d’équilibre se déroule 2 fois par an à Marseillan-ville : le 14 juillet et le 16 août.