El far de Roses Costa Brava en Catalunya

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

Le phare actuel se trouve sur le Puig d’els Fars (colline des phares), légèrement en contrebas du château de la Trinitat. Il est l’héritier d’une longue tradition de signaux lumineux remontant, au moins, à l’an 1304. Il est entré en service le 1 septembre 1864 englobé dans un plan général sous le règne d’Isabelle II. Il comprend 2 parties, une rectangulaire de 340 m2 et une deuxième circulaire en forme de tour. La lumière du phare de la pointe de la Poncella est à 24 mètres au-dessus du niveau de la mer. La lumière est de couleur blanche et sa portée est de 19 milles nautiques, ce qui fait 35 kilomètres. Au début, la lampe du phare fonctionnait à l’huile, plus tard avec de la paraffine et à partir de 1883 au pétrole, en 1921, il fut électrifié. Du phare de Roses dépendent le phare des Îles Mèdes et de l’Estartit. 

  L’eau, trop facilement accessible est souvent gaspillée,

changeons nos habitudes !

Tous les secrets de la Méditerranée. Faite de petites mers, la Méditerranée est une mer profonde, considérée à tort comme calme et sans marée. Plus de 430 millions de personnes, soit 7% de la population mondiale, vivent à proximité. Ses paysages superbes font de la Méditerranée un lieu de villégiature idéal pour des millions de touristes, où les littoraux se sont développés, mais de façon inégale. Cette disparité se traduit en particulier par un écart important au niveau de vie. Malheureusement cette mer est de plus en plus polluée par divers matériaux et subtances nocives qui transitent surtout par les fleuves et rivières. 

La Méditerranée vulnérable

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

Le poisson frais débarqué d'une barque catalane à Collioure en 1918.

Du Languedoc à la Costa Brava en passant par le littoral roussillonnais, la sardine et l'anchois étaient pêchées artisanalement. Transportées dans des paniers d'osier, les anchois étaient dirigées vers les entreprises de salaisons, les belles sardines vers les poissonneries des villes pour régaler les citadins. 

La Méditerranée une mer parmi les plus vulnérables au changement climatique. Il est aujourd’hui largement reconnu que le pourtour méditerranéen est une région très sensible au changement climatique.
Selon le GIEC une hausse des températures de 2 à 3 °Centigrades est à prévoir en région méditerranéenne à l’horizon 2050 et de 3 à 5 °C à l’horizon 2100. Les précipitations estivales pourraient diminuer de 35% sur la rive sud et de 25% sur la rive nord à la fin du siècle. Les pays méditerranéens sont déjà confrontés à d’importants problèmes de stress hydrique, de perte de biodiversité, de désertification et d’événements climatiques extrêmes tels qu’inondations et sécheresses. Le changement climatique se traduira très probablement par une aggravation de ces problèmes entraînant des pertes humaines et économiques considérables. Dans la mesure où les effets du changement climatique et l’adaptation seront probablement l’un des grands enjeux pour les progrès en matière de développement durable.

 

Aujourd'hui, la pêche côtière ne nourrit plus les paysans de la mer, le poisson bleu se fait rare. Les plus anciens des pêcheurs ne reconnaisent plus la généreuse Méditerranée d'autrefois où abondaient anchois, sardines, maquereaux, dorades, loups de mer mais aussi anguilles dans les lagunes. Port-Barcarès en 2007. 

Admirable Méditerranée

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

    Depuis 3 000 ans, la Phéniciens avec des bateaux capables de naviguer en haute mer ont exploré des territoires inconnus, suivis par les Grecs, les Romains, les Arabes, les Vikings et tant d'autres. Cette mer intérieure possède une biodiversité faunique et florale exceptionnelle. Cette mer a ravitaillé en ressources alimentaires, pendant des siècles les populations qui vivent sur les terres baignées par ses eaux. Le commerce du poisson, du sel, de l'éponge et du corail aux qualités uniques s'arrachaient sur les marchés faisant que la pauvreté qui régnait partout, était moindre autour de « la mer au milieu des terres », laquelle amortissait le fléau de la misère au bénéfice de ses riverains !
Ils appliquaient le développement durable sans le savoir et nous ont légué une mer impeccable. 

Un pétrolier dans la darse

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

       Port-Vendres est le meilleur abri sur le golfe du Lion. Ses avantages y sont nombreux. Pourtant les marins au long cours, les commandants de paquebots craignent la tramontane mais c'est surtout le vent d'Est qui est le plus dangereux. Ce vent d'Est est le Levant qui ne souffle, heureusement, que l'hiver. La construction d'un brise-lame serait nécessaire mais les fonds dans la passe atteignent 80 mètres ce qui interdit tous travaux.
Un vieux pétrolier réformé coulé dans la passe, voilà ce qu'il faudrait ! C'est le conseil d'un ancien capitaine du port. Il arrêterait les lames de fonds et supprimerait le ressac parfois si violent que les petites embarcations sont projetées sur les quais ajoute- t-il.
L'entrée du port est marquée par l'alignement à 198° des deux feux sur le côté Est de l'avant-port. Par vent de Nord, le courant porte sur Sud-Est. Tenez-vous donc à l'Ouest de l'alignement.

Prairies sous-marine

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

      Sur terre, là où il y a de l'herbe, les herbivores accourent. Sous la mer Méditerranée, ce sont des crustacés, des échinodermes, des escargots de mer, des poissons qui broutent. Je vous fais grâce des noms scientifiques en latins, d'ailleurs comme vous peut-être, mon cerveau refuse obstinément d'imprimer ce vocabulaire ! L'oursin escalade les limbes en rampant et taille dans le gras des feuilles avec sa bouche bizarre, en lanterne d'Aristote. Une autre espèce d'oursin préfère le goût des rhizomes. Mais le plus gros consommateur de posidonie est la saupe. Un beau poisson vivant en bande, long parfois de 40 centimètres et que les gens de la mer appellent daurade dorée : corps élevé, flancs striés en long de jaune-vert lumineux et de bleu d'argent. Ce poisson déguste la partie supérieure des feuilles de posidonie. Il ne digère pas la totalité de ce qu'elle dévore. Mais comme dans la nature rien ne se perd, les excréments qu'elle lâche fait le régal des concombres de mer ou des holothuries tubuleuses. D'autres poissons végétariens s'attablent sur cette incroyable chaîne alimentaire. Effectivement la Nature n'improvise pas, elle recycle tout !

 

Me revoilà avec ma vieille amie, la mer...

c'est vraiment la chose qui vous remet le mieux en place.

Claude Debussy, compositeur français, né le 22 août 1862 à Saint Germain en Laye,

mort à Paris le 25 mars 1918.