La pêche en Méditerranée - 01.

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

La pêche au "globe" à Fleury d'Aude en Languedoc.

                                              

A l'embouchre du fleuve Aude aux Cabanes de Fleury se pratiquait une pêche artisanale, la pêche au  globe.

Elle consiste à tendre un filet entre les 2 rives et à le remonter tous les quarts d’heure environ au moyen de treuils. Le poisson piégé est prélevé par un pêcheur monté sur une petite barque naviguant sur le rectangle du filet. Cette pêche a pratiquement disparue de nos jours, seules quelques associations attachées au passé font revivre cette technique au cours de l’été. Cliché de 1950 environ.

 La pêche au chalut.

 

Sur une mer très calme, un chalutier de taille raisonnable pratique une pêche durable.

Le chalutier repère le banc de poissons grâce au sondeur tandis que le chalut, un filet à grande et large bouche, remorqué à la profondeur désirée, le capture. Ensuite, il est hissé à bord par un treuil puissant. Ce chalutier est un modèle largement dépassé. Il faut imaginer actuellement de grandes compagnies multinationales possédant une armada de navires techniquement suréquipés et guidés par des avions. En Méditerranée des centaines de bateaux performants pillent le milieu maritime, raclent et dévastent les fonds jusqu’à l’extinction des espèces de poissons emblématiques de la Méditerranée comme l’anchois, la sardine ou le thon. Quand les matelots à l’arrivée des chalutiers au port du Barcarès déchargent les caisses de sardines, ça me fend le cœur de voir de si petits poissons qu’on n’a même pas laissé le temps de grandir. 

Ci-desous schéma de la pêche au chalut.

Après avoir repéré les bancs de poissons avec divers appareils, un grand filet, le chalut, tracté par un bateau (le chalutier) piège le poisson. C'était hier ! 

Actuellement, ce sont de grandes compagnies équipées de moyens hyper-sophistiqués qui pratiquent une pêche industrielle au point que le poisson se raréfie en Méditerranée mais aussi dans tous les océans de la planéte. Mais pas seulement, en raclant les fonds, la flore et les micro-organismes sont anéantis. Décidément, l'homme est incorrigible.