Pour ou contre ?

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

Mieux vaut-il boire de l’eau en bouteille que de l’eau du robinet ? Ce n’est pas sûr, il arrive même souvent que l’eau en bouteille soit de moins bonne qualité que l’eau du robinet. En France et plus généralement en Europe, l'eau publique subit un contrôle drastique à plusieurs niveaux et par plusieurs organismes de contrôle, indépendants les uns aux autres, avant qu'elle ne soit autorisée à être consommée. De plus, la fabrication des bouteilles en plastique mais aussi le transport, l’emballage constituent autant d’entorses aux bonnes pratiques environnementales, sans compter les déchets !

Contrairement à une idée fausse, les français ne sont pas les plus gros consommateurs  d’eau en bouteille. Depuis plusieurs années la tendence baisse.  Les plus gros consommateurs d’eau embouteillée au monde sont respectivement : les USA, le Mexique, la Chine, le Brésil, l'Italie, l'Allemagne, quelques places plus loin, la France. 

Retour de l'eau dans le giron public.

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

            Payer les actionnaires des multinationales, c’est un grand scandale ! Malheureusement, il va encore falloir investir longtemps dans leurs stations d’épurations et le traitement toujours plus poussé de l’eau même si c’est insuffisant car cela ne va pas améliorer la qualité de l’eau au niveau de la nappe phréatique. Le risque d’une augmentation du prix de l’eau s’avère donc important.

1). Exigeons de nos élus que l’argent prélevé sur nos factures soit géré totalement par le service public de l’eau, sous sa responsabilité et le contrôles des citoyens. Nous refusons très clairement que soit déléguée notre eau aux multinationales. L’argent public, c’est-à-dire celui des habitants, n’a pas vocation à rémunérer les entreprises privées qui exploitent notre eau pour réaliser des  méga-bénéfices.

2).  Refusons de continuer à payer pour les dividendes des actionnaires des multinationales de l’eau, qui s’enrichissent sur nos factures depuis trop longtemps déjà.

3). L’eau est déjà chère, il ne faut pas en rajouter ! Il convient d’ailleurs d’ajouter que la consommation d’une eau de qualité est vitale, c’est un droit humain fondamental ! Personne ne peut donc en être exclu. Nous sommes par conséquent pour l’interdiction de couper l’eau à ceux qui ne peuvent payer leur facture. Et pourquoi ne pas envisager un accès gratuit aux 40 premiers litres d’eau potable, ou la suppression de la « part fixe » et des abonnements.

Le contrôle des eaux

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

        Dans les communes rurales de faible importance, la qualité des eaux distribuées doit être vérifiée légalement 2 fois par an. Tant techniquement qu’économiquement, il est impossible d’effectuer un contrôle permanent identique à celui des grandes villes. En conséquence, et contrairement aux idées reçues, c’est dans les grandes villes que la qualité de l’eau en général est la plus sûre et la plus constante et, dans les petits villages que la qualité chimique (nitrates agricoles, pesticides) et bactériologique (pollution du réseau, contamination par les épandages) est la plus aléatoire

 

Bonnes résolutions pour 2017.

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

Bonnes résolutions pour 2017.   Aujourd’hui, tourner le robinet ou appuyer sur un bouton permet d’obtenir autant d’eau d’excellente qualité que l’on peut souhaiter. Ce geste facile n’est pas une raison pour gaspiller cette ressource, ce qui a alourdit le tarif, une première fois, pour la rendre potable, puis, une seconde fois, pour assainir une eau souillée, une opération indispensable très coûteuse au regard de la complexité des nouveaux polluants.

Commencer l’année 2017 avec une forte motivation en termes d’économies d’eau et d’élimination de substances nocives est une excellente initiative.

Pour votre intérêt personnel et collectif, n’oubliez les bons gestes :

  Ne gaspillez l’eau, attention aux fuites.

Ÿ  Evitez de jeter dans l’évier des produits polluants.

Vérifiez régulièrement votre réseau de distribution d’eau potable

Surveiller régulièrement votre consommation. Même en cas de fuite, le volume enregistré par le compteur vous sera Ÿobligatoirement facturé

Ÿ Respectez les doses des produits de lavage.

Ÿ  Limitez l’usage des désherbants.

Un réseau d’eau potable nécessite une attention particulière.

Ÿ  Protéger votre installation contre le gel. Les conséquences de cette détérioration seraient à votre charge.

Ÿ  En retournant dans une maison inoccupée depuis plusieurs jours, plusieurs semaines, à plus forte raison plusieurs mois, il importe de faire couler abondamment l’eau du robinet. Afin d’éviter le gaspillage, profitez de cette eau pour arroser les fleurs.

Un grand pas en avant.

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

      De nos jours, il suffit d’ouvrir un robinet pour qu’une eau potable coule en abondance, 24 heures sur 24. Mais il n’en en a pas été toujours ainsi ! Avant 1950, l’eau était puisée là où elle se trouvait : à la rivière, à la source, à la fontaine, au puits. La qualité de l’eau n’était guère une question que se posait la population. Bien que moins polluée que maintenant, cette eau, parfois insalubre, causait des maladies et était la source d’épidémies graves. Aujourd’hui l’eau potable est acheminée partout grâce au réseau de distribution. Elle est conduite de l’usine de production d’eau potable jusqu’à chaque maison à travers un réseau de canalisations enterré souvent après avoir fait une halte dans un réservoir. Ces réservoirs peuvent être surélevés ou enterrés, il s’agit de châteaux d’eau. Depuis les années 2000, 97% des foyers sont raccordés au réseau de distribution d’eau potable. Si cette eau de qualité coule à volonté cela ne dire en aucun cas de la gaspiller, bien au contraire, il faut protéger et économiser cette ressource précieuse ! 

La première cause de mortalité dans le monde, 

c'est l'eau non potable.