L’eau, les sels minéraux, l’énergie.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

        L’eau est toujours éliminée plus rapidement durant une activité physique. Elle doit être renouvelée pour compenser les pertes liée à la transpiration. Si en temps normal on étanche sa soif toutes les 2 heures, durant l’exercice, il faudra passer à une fois toutes les 10 à 15 minutes. Les sels minéraux participent activement à la contraction des muscles et à l’équilibre hydrique. Durant l’effort, la concentration en sodium, en chlore et en potassium diminue dans l’organisme. Des études montrent qu’une diminution des apports en minéraux réduit la performance des sportifs. Si ces pertes ne sont pas compensées, elles réduisent la performance sportive. Au cours de l’effort musculaire, l’organisme a besoin d’un « carburant » comme le glucose pour le transformer dans les muscles en énergie mécanique et en chaleur. L’activité physique épuise rapidement les réserves énergétiques du corps, il donc nécessaire d’absorber durant l’effort une source de glucose.

Comment traiter les piqûres à la mer.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

Comment traiter les piqûres de vives. Présent sur notre rivage méditerranéen, ce petit poisson s’immerge dans le sable des plages à faible dénivelé, en ne laissant dépasser que sa redoutable épine caudale. La violente douleur provoquée par le venin peut être atténuée en approchant de la piqûre une source de chaleur ce qui n’est pas évident sur une plage. Dans tous les cas, il faut se présenter au centre de secours le plus proche, chez un médecin, voire aux urgences, les piqûres les plus graves pouvant dégénérer en phlébite! Alors soyez prudents!
 En cas de piqûre de méduses. Les méduses peuvent piquer les baigneurs dans l’eau mais aussi hors de l’eau, sur la plage. Au contact sur la peau de leurs longs filaments urticants, elles libèrent un venin plus ou moins toxique. Ne touchez pas à la blessure qui pourrait transmettre la brûlure à vos mains. Couvrez la zone douloureuse avec du sable et frottez doucement pour enlever les filaments, puis désinfectez. Si vous avez sous la main une pommade anti-histaminique, appliquer afin d’éviter gonflements et boursouflures.
Comment traiter les piqûres de méduses.
Rincer à l’eau de mer: ça désactive le venin, éviter absolument l’eau douce, qui fait éclater les cellules urticantes (tout comme l’urine ou le vinaigre).
Décoller les tentacules à l’aide d’une carte de visite ou de crédit.
Appliquer du sable sur la brûlure pour retirer les dernières cellules urticantes.
Désinfecter la plaie avec un antiseptique, puis appliquer une pommade anti-inflammatoire.
Si la douleur persiste, mieux vaut consulter un médecin.
Si le membre touché est enflé, qu’une gêne respiratoire ou un malaise se fait sentir, contacter immédiatement un service d’urgence.
Attention : ne pas toucher une méduse morte; elle peut encore piquer !


Marathon : boire avec modération

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

15 juin 2016.     En 490 avant J-C dans la ville grecque de Marathon, une bataille oppose les armées Grecques aux Perses. Sentant la victoire proche, les Grecs envoient un messager pour Athènes afin d’annoncer la bonne nouvelle. Après avoir parcouru à la course les 42,500 km qui séparent les deux villes, le soldat Philippidès entre dans la capitale du pays exténué, chancelant et s'époumonne, encore, à proclamer « Victoire, Victoire». Puis, s’écroule lourdement, raide, mort d’épuisement. Ce trajet légendaire fut l’épreuve majeure pendant des décennies aux Jeux Olympiques puis un peu oubliée.
Au cours des 20 dernières années, le marathon connaît un regain de popularité important. Avec le même principe et la même distance, il est redevenu une épreuve reine aux Jeux Olympiques d'été. Cette course éprouvante avec ses 42 km se déroule à la belle saison avec souvent une température suffocante qui use et dérègle la fragile mécanique humaine. On recommande de boire abondamment durant la course afin de prévenir les accidents dus à la chaleur. Il semblerait que ce soit une erreur. En effet, l’excès d’eau durant l’effort favoriserait une diminution du taux de sodium dans le sang et un risque pouvant s’avérer fatal. Oui, il faut boire, avec modération, là est peut-être toute la difficulté : trouver le bon équilibre pour remporter ce prestigieux marathon !

Il faut boire.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

Il faut boire. L’eau circule dans notre corps comme sur Terre, selon un cycle ininterrompu. Elle irrigue nos cellules, transporte les aliments dans notre corps et permet l’élimination des déchets. Notre corps élimine 2,5 litre d’eau par jour, il faut donc absorber 2,5 litres chaque jour pour compenser cette perte. Les aliments que nous mangeons nous apportent environ 1 litre d’eau. Il faut donc boire au moins 1 litre de liquide par jour.

Chez les enfants et les nourrissons, les besoins en eau sont proportionnellement 3 fois plus importants que chez les adultes.

Il vaut mieux boire régulièrement de petites quantités que beaucoup d’un coup. On peut estimer que chaque année le corps humain est traversé par une tonne d’eau. Un homme peut rester 40 jours sans manger mais ne rester plus de 3 ou 4 jours sans boire. 

En juin trop de pluie, le jardinier s'ennuie. 

Dicton français

Situation dramatique.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

29 avril 2016.                                                    Situation dramatique, les chiffres sont éloquants et...désolants ! 

Dans le monde, 2 milliards de personnes ne disposent pas de système d’assainissement amélioré, ce qui représente 38% de la population mondiale. Mais encore, 1,2 milliard de gens très pauvres n’ont d’autre possibilité que de déféquer dans la nature ! Ce sont encore 300 millions d’enfants de moins de 5 ans qui n’ont pas accès à un minimum d’installations sanitaires améliorées, soit 46% de la population des moins de 5 ans. Il faut savoir que chaque jour 5 000 enfants de moins de 5 ans meurent de maladies diarrhéiques liées au manque d’eau potable, d’installations sanitaires et d’hygiène. En Afrique, 2% seulement de la population dispose d’un accès à l’assainissement. Dans le monde, 90% des eaux résiduelles et 70% des déchets industriels sont rejetés sans traitement préalable. Seulement 10% de l’eau contaminée est traitée. Chaque année 200 millions de tonnes d’excréments humains finissent dans les fleuves et rivières. Un terrain extrêmement favorable à la prolifération microbienne ; les spécialistes estiment qu’un gramme d’excréments abrite 10 000 virus, 1 million de bactéries, 100 œufs de parasite. Une des raisons, entre autres, qu’en Afrique subsaharienne, la moitié des lits des hôpitaux est occupée par des patients souffrant de maladies véhiculées par les matières fécales.

La construction des réseaux d’assainissement est un problème majeur à l’échelle mondiale. L’objectif des Nations unies est de diminuer par deux le nombre de personnes n’ayant pas accès à des sanitaires dans les prochaines années mais la tâche s’annonce très ardue.
L’assainissement est-il un luxe ? A vous d’apprécier la liberté d’en être équipé !