Des mesures préventives.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

        Les maladies liées à l’eau et les niveaux excessifs de substances nocives dans l’eau disponible menacent la santé humaine et sont des contraintes pour le développement socio-économique. Cette menace s’accentue en période de guerre, de sécheresse et d’exode des populations. Des mesures préventives sont nécessaires : assurer une eau potable et un assainissement pour le plus grand nombre, éduquer les populations sur l’hygiène et sur les risques.

L’habitude de boire de l’eau.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

         Voici quelques indications qui aideront les enfants à prendre l’habitude de boire de l’eau.

  • Ne laissez pas vos enfants s’accoutumer à l’absorption des boissons à base de jus de fruits, ou gazeux, proposés par l’industrie alimentaire.
  • Ayez toujours un pichet d’eau filtrée au réfrigérateur, ou montez, à côté de votre évier, un circuit permettant de tirer de l’eau potable filtrée au robinet.
  • Dissuadez vos enfants d’ajouter de la glace à l’eau, car l’eau potable trop froide risque de soumettre l’organisme à un choc.
  • Plutôt que d’acheter du jus de fruits concentré, incitez vos enfants à mettre une tranche de fruit frais dans un verre d’eau.
  • Encouragez vos enfants à prendre l’habitude de boire sainement. 

L’eau potable et ses qualités.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

01 octobre2016.          On admet qu’une eau n’est agréable à boire que si elle contient de l’oxygène et des sels minéraux. La présence de composés minéraux, qui varient considérablement d’une eau à l’autre, deviennent un inconvénient s’ils sont en quantité importante. Les composants chimiques apportés par l’eau, sous une forme brutale ne valent pas, pour l’assimilation et l’utilisation de l’organisme humain, ceux des légumes et des fruits, fixés dans de complexes mélanges que la Nature dose et équilibre. Un homme qui s’alimente normalement n’a pas, en principe, besoin de recourir aux sels des eaux, puisqu’il les trouve dans sa nourriture équilibrée et mieux adaptée à ses cellules. Si les apports de minéraux par les aliments sont convenables, boire certaines eaux trop minéralisées engorgent à la longue l’organisme, durcissent les artères et retarde le transit digestif.

Cela ne signifie pas qu’on doive rejeter totalement l’eau minéralisée. On doit en boire comme supplément à l’apport des aliments et il est préférable, pour le plaisir du palais et pour l’ionisation de cette eau d’appoint, de choisir une eau légèrement minéralisée en bicarbonates de calcium et de sodium et en chlorure de sodium.

Ces remarques ne s’appliquent pas aux « eaux minérales naturellement gazeuses et radioactives », de préférence bues à la source même et qui constituent non des boissons courantes, mais des médicaments dont la consommation est conseillée et surveillée par un médecin spécialiste.

Quelle que soit sa composition et quel que soit le rôle qu’elle joue, cette eau ne s’avale pas d’un coup, mais en petites gorgées, comme si on la mâchait, comme si on la dégustait. En la buvant ainsi, on se désaltère mieux et le corps apprécie davantage. 

L’eau, les sels minéraux, l’énergie.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

        L’eau est toujours éliminée plus rapidement durant une activité physique. Elle doit être renouvelée pour compenser les pertes liée à la transpiration. Si en temps normal on étanche sa soif toutes les 2 heures, durant l’exercice, il faudra passer à une fois toutes les 10 à 15 minutes. Les sels minéraux participent activement à la contraction des muscles et à l’équilibre hydrique. Durant l’effort, la concentration en sodium, en chlore et en potassium diminue dans l’organisme. Des études montrent qu’une diminution des apports en minéraux réduit la performance des sportifs. Si ces pertes ne sont pas compensées, elles réduisent la performance sportive. Au cours de l’effort musculaire, l’organisme a besoin d’un « carburant » comme le glucose pour le transformer dans les muscles en énergie mécanique et en chaleur. L’activité physique épuise rapidement les réserves énergétiques du corps, il donc nécessaire d’absorber durant l’effort une source de glucose.

Comment traiter les piqûres à la mer.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

Comment traiter les piqûres de vives. Présent sur notre rivage méditerranéen, ce petit poisson s’immerge dans le sable des plages à faible dénivelé, en ne laissant dépasser que sa redoutable épine caudale. La violente douleur provoquée par le venin peut être atténuée en approchant de la piqûre une source de chaleur ce qui n’est pas évident sur une plage. Dans tous les cas, il faut se présenter au centre de secours le plus proche, chez un médecin, voire aux urgences, les piqûres les plus graves pouvant dégénérer en phlébite! Alors soyez prudents!
 En cas de piqûre de méduses. Les méduses peuvent piquer les baigneurs dans l’eau mais aussi hors de l’eau, sur la plage. Au contact sur la peau de leurs longs filaments urticants, elles libèrent un venin plus ou moins toxique. Ne touchez pas à la blessure qui pourrait transmettre la brûlure à vos mains. Couvrez la zone douloureuse avec du sable et frottez doucement pour enlever les filaments, puis désinfectez. Si vous avez sous la main une pommade anti-histaminique, appliquer afin d’éviter gonflements et boursouflures.
Comment traiter les piqûres de méduses.
Rincer à l’eau de mer: ça désactive le venin, éviter absolument l’eau douce, qui fait éclater les cellules urticantes (tout comme l’urine ou le vinaigre).
Décoller les tentacules à l’aide d’une carte de visite ou de crédit.
Appliquer du sable sur la brûlure pour retirer les dernières cellules urticantes.
Désinfecter la plaie avec un antiseptique, puis appliquer une pommade anti-inflammatoire.
Si la douleur persiste, mieux vaut consulter un médecin.
Si le membre touché est enflé, qu’une gêne respiratoire ou un malaise se fait sentir, contacter immédiatement un service d’urgence.
Attention : ne pas toucher une méduse morte; elle peut encore piquer !