Question d'assainissement, on doit mieux faire !

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

En effet la question de l'assainissement est loin d'être réglée. Environ 2,5 milliards de personnes ne bénéficient pas d'un accès à un équipement sanitaire dans le monde. Parmi elles, 761 millions utilisent des toilettes et points d'eau collectifs et 693 millions n'ont pas droit au standard minimum d'hygiène même si la situation s'est améliorée par rapport à 1990 : 1,9 milliard de personnes supplémentaires bénéficient d'une installation améliorée, ce qui représente 64% de la population mondiale. Au moins 1 milliard de personnes dans le monde n'ont d'autre choix que de déféquer en pleine nature. Cette situation concerne 90% des habitants des zones rurales.
L'Inde abrite 625 millions de personnes dépourvues de sanitaires, soit plus de la moitié de sa population, en majorité rurale. L'Inde se classe avec les pays d'Afrique subsaharienne, l'Indonésie et le Pakistan parmi les régions du monde les plus en retard.

Médicament universel

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

    La polyvalence de l'eau en fait un remède universel : elle a une action interne, mais aussi une action externe, elle sert à de nombreuses applications, bains, ablutions, enveloppements, etc. L'empereur romain Caracalla construit les thermes du même nom. Les bains publics chauds de la Rome antique qui furent inaugurés 216 après J.C. Bâtis sur une dizaine hectares, ils pouvaient simultanément recevoir 1 600 baigneurs, équipés de 64 citernes de 80 000 litres chacune. Ces équipements luxueux n'étaient pas que réservés à une élite. Les ruines qui demeurent encore, de nos jours, à Rome impressionnent par la grandeur de cet ensemble.

La Delphin-thérapie et ses dangers

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

          On appelle « Delphin thérapie » cette activité qui consiste à mettre en contact des dauphins et des êtres humains dans une finalité thérapeutique. Elle est destinée principalement à des personnes mentalement handicapées, autistes ou dépressives.
Cette activité est pratiquée dans de nombreux pays (surtout touristiques) dans le monde et divers programmes attrayants sont réalisés pour attirer tous les publics. Des sociétés profitent de l'attraction des humains pour ce sympathique animal qu'est le dauphin mais aussi du désarroi de certains parents à bout de ressources, pour s'enrichir sans scrupules.
Dans ces grands bassins les dauphins vivent en semi-captivité, mais sont dépendants des gérants qui leur apporte une nourriture quotidienne. Ils sont complètement conditionnés à ne plus pouvoir se débrouiller seuls lorsqu'ils quittent ce faux espace de liberté. S'ils en sortent un jour, bien entendu !
Le dauphin est un mammifère marin protégé que l'on doit préserver des dérives de notre société de consommation de masse. Il ne doit pas être condamné à apparaître comme un guérisseur ou un numéro de cirque. Les entreprises qui développent des programmes de «delphinothérapie» ou «nage avec les dauphins» ne soulèvent les dangers induits par des contacts répétés, forcés avec les dauphins qui sont des animaux sauvages ! Les contacts avec les hommes sont épuisants pour les dauphins, qui ne peuvent pas s'enfuir et peuvent parfois se montrer agressifs et dangereux pour les personnes à proximité. D'autre part, aucune de ces sociétés de spectacle ne fait allusions aux maladies qui peuvent se transmettre dans les deux sens, de plus aucun visiteur n'est soumis à aucun examen médical préalable. Les parents d'enfants malades doivent impérativement se méfier des consortiums peu scrupuleux qui vantent des résultats extraordinaires avec les dauphins et exploitent enfant et animal pour leur bénéfice personnel.
On ne peut que condamner ces dérives commerciales d'autant plus dangereuses qu'elles amènent à considérer le dauphin comme un simple instrument, une sorte de «médicament». Et on peut affirmer qu'aucune faculté dans le monde ne reconnaît cette thérapie, mais la condamne, aucune guérison n'ayant été prouvé scientifiquement jusqu'à ce jour !

 

Nous buvons 90 % de nos maladies.

Louis Pasteur physicien et chimiste français, né à Dôle (Jura)

le 27/12/1822 et mort à Paris le 28/09/1895.

Victor Hugo : un personnage

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

Victor Hugo fut un personnage hors du commun. A travers ses romans, il ne mâche pas ses opinions ce qui lui vaut quelques ennuis avec le pouvoir, mais quand il fait entendre sa grosse voix ça décoiffe comme on dit aujourd'hui.
Ecoutons-le : Paris jette des millions à l'eau, jour et nuit. Dans quel but ? Sans aucun but. Dans quelle pensée ? Sans y penser. Pourquoi faire ? Pour rien. Au moyen de quel organe ? Au moyen de son intestin. Quel est son intestin ? C'est son égout. Un égout est un malentendu : on expédie à grands frais des convois de navires pour récolter au pôle austral la fiente des pétrels, des pingouins et l'incalculable élément d'opulence que l'on a sous la main, on l'envoie à la mer. La richesse publique s'en va à la rivière.
C'est bien dit mais la rivière, c'est la Seine et les Parisiens dans leur majorité n'ont que l'eau de son fleuve à boire !
Ce n'est qu'à la seconde partie du XIX° siècle que va vraiment commencer la période des égouts modernes avec la construction de 2 ouvrages importants : le collecteur Sébastopol et la mise en place du tout à l'égout. Un décret du 26 mars 1852 confirme la volonté d'épurer Paris. Ce décret précise que « toute construction nouvelle sera disposée de manière à conduire souterrainement les eaux pluviales et ménagères vers l'égout ». Cette loi est limpide comme de l'eau de source, cela implique la construction d'égouts dans toutes les rues de Paris. 

Le coup de gueule de Victor Hugo fait prendre concience que les égouts sont indispensables pour le bien-être de tout le monde.

L'eau glacée est déconseillée

Écrit par Super User. Publié dans L'eau c'est la Santé.

L’eau glacée. L’eau glacée n’est à conseiller que dans des cas spéciaux. Dans l’usage courant, il est très déconseillait après un exercice violent ou quand on est en sueur. On risque au moins des coliques, parfois une congestion pulmonaire ou cérébrale.

L’eau glacée paralyse les sécrétions de l’estomac, chasse le sang des muscles gastriques et par conséquent perturbe la digestion. Les enzymes du suc gastrique ne jouent pleinement leur rôle qu’à 37-38°. Si on abaisse cette température moyenne par une boisson ou des aliments trop froids, on freine leur activité et même on la supprime. Quoique prétendent les gourmands, l’eau glacée ne facilite pas la digestion, mais au contraire la retarde et parfois la modifie dangereusement au point de provoquer à la longue, une irritation des muqueuses susceptibles de dégénérer en ulcère.

 

L'eau souillée devient meurtrière, faut la protéger !