Reconquête du milieu dunaire.

Écrit par Super User. Publié dans Les Pitchouns. .

 

Tous ensembles participons à cette noble tâche : respectons la mer et le littoral. 

Faciliter la reconstruction du milieu dunaire est une longue tâche qui concerne chacun de nous. Grâce aux efforts de tous, la reconquête de cet espace sauvage est en bonne voie sur la bande littorale entre Canet et St Cyprien en pays catalan. Le cliché démontre la farouche volonté des amoureux de la mer (très nombreux) de retrouver une côte naturelle en respectant les lieux. Continuons cette oeuvre collective pour savourer  un paysage maritime unique ! 

 

 

Une âme de bâtisseurs.

Écrit par Super User. Publié dans Les Pitchouns. .

01.             Construire un château-fort sur une plage de Méditerranée exige réflexion et... de bons architectes : d’abord déterminer l’emplacement de la construction, inévitablement proche de l’eau, incontournable élément mais à l’abri des vagues venant de la mer et choisir les outils appropriés. Donc ni trop éloigné, ni trop proche.

 

02.               Premiers travaux : planification, terrassement, fossés.

 03.            Dans le Midi de la France le vent (tramontane ou mistral) et le soleil assèche rapidement le sable ; il est indispensable de remplir les fossés en creusant un canal de façon que les vagues amènent l’eau de mer pour humidifier le sable brûlant, sans détruire l'avancement des travaux ! 

 

04.     Superbe château-fort érigé sur le rivage de la Méditerranée émergeant de l’imagination d’une talentueuse équipe de jeunes constructeurs qui, sans nul doute, seront les architectes-bâtisseurs de demain !

 Protection des dunes. 

 Les « ganivelles »*piègent le sable porté par le vent et les vagues de la mer, elles permettent la reconquête naturelle de ce milieu naturel afin de lutter contre l’érosion du littoral. Aidez-nous à protéger le cordon dunaire : ne franchissez pas les palissades, empruntez les accès réservés. 

Les « ganivelles* » sont des palissades en bois de châtaigniers

Le chien fidèle.

Écrit par Super User. Publié dans Les Pitchouns. .

 

Pifpaf adore jouer dans l'eau, il exige une condition, que l'eau soit propre et limpide !

15 juin 2016                Un jeune homme a voulu tester la fidélité de son chien Pifpaf et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas déçu de la réaction de son compagnon… En train de se baigner dans un lac, il a subitement une idée absurde; il décide de surprendre son chien en simulant la noyade ! Son fidèle compagnon couché à côté des affaires personnelles du maître, un oeil toujours en éveil, s’aperçoit rapidement que ce dernier ne sort plus la tête hors de l’eau et agite désespérément les mains. Croyant son maître en difficulté, Pifpaf se jette à l’eau sans perdre une seconde, nage vers le « noyé », attrape sa main dans sa gueule et le tire jusqu’au rivage ! Le jeune homme savoure avec une grande fierté l’action courageuse de son chien, le brave Pifpaf. L’histoire ne dit pas si Pifpaf, animal intelligeant avait auparavant reçu un entrainement spécifique. Toujours est-il que le chien est le meilleur ami de l’homme et il le prouve une fois de plus !

Maison sur pilotis

Écrit par Super User. Publié dans Les Pitchouns. .

Une case sur pilotis sur un lac d'Afrique. 

 Amarrée à un pieux soutenant l'habitation, la pirogue est le seul moyen de transport et un outil de travail indispensable pour la pêche, principale activité des résidents du village lacustre. Dessin de Dominique Mwankumi.. 

Connu depuis la préhistoire, l’habitat sur pilotis est conçu pour s’isoler de l’eau, se protéger des animaux sauvages ou échapper aux attaques de bandes guerrières. Se substituant aux fondations classiques, les constructions s’érigent sur des pilotis. Ce sont des pieux ou poteaux en bois enfoncés dans les sols humides, forcément souples, comme les lagons, les lacs, les marécages, les zones inondables ou les fleuves. 

Les invasions des Goths d’Alaric et des Huns d’Attila poussèrent les Vénitiens à se réfugier sur la lagune et bâtissent Venise sur un matelas de centaines de milliers de pilotis.

Au Bénin, sur le continent africain, à l’époque des razzias esclavagistes, la population pour échapper à son triste sort, se réfugie et construit des cases sur le lac Nokoué. Le pittoresque village de Ganvié se transforme peu à peu en petite ville accueillant 15 000 habitants.
Différence entre les deux cités : à Venise les pilotis sont enfoncés à fleur du niveau de l’eau et les constructions également ; à Ganvié, les pieux dépassent largement la surface du lac et l’habitat aussi, (comme le tableau ci-dessus).
Aujourd’hui, comme dans n’importe quelle autre ville, il y a des écoles, des restaurants, des transports fluviaux ou des services de santé. Mais on ne peut se déplacer sans gondoles, sans pirogues ou sans barques !
Pittoresques cités lacustres, l’une et l’autre, attirent des milliers de touristes entrainant de sérieux problèmes de pollution de l'environnement mais, surtout, de la qualité des eaux sur lesquelles elles se sont érigées

Légende amérindienne : la part du colibri.

Écrit par Super User. Publié dans Les Pitchouns. .

16 mai 2016.             Un jour, en Amazonnie, vaste région d'Amérique du Sud, un gigantesque incendie ravage la forêt amazonienne au Brésil. Une catastrophe effroyable quand on sait que cette zone est le "poumon vert" de la planète. Tous les animaux terrifiés et attérrés observaient, impuissants le désastre. Seul, un minucule colibri s’activait et allait chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour éteindre le feu. Une action, pourtant courageuse, qui gêne son voisin, le beau et impassible toucan. Au bout d’un moment le toucan, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : Colibri ! N’es-tu pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? Non, répond calmement le colibri, je le sais mais je fais ma part !

Le colobri est un oiseau de taille minuscule qui vole de fleur en fleur pour trouver le nectar qui constitue l’essentiel de sa nourriture. Il possède un vol très performant et rapide. Il est aussi surnommé « l’oiseau-mouche » et est le seul oiseau à savoir voler en marche arrière. Le toucan quand à lui, est un oiseau présent dans toute l’Amérique tropicale, notamment dans la forêt amazonienne. De taille moyenne, son bec est surdimensionné, très coloré et sa langue est adaptée à sa consommation d’insectes, de fruits et de graines.