Porteur d'eau parisien

Écrit par Super User. Publié dans Les Pitchouns.

29 avril 2016.           Porteur d'eau est un métier pénible dont le travail consiste à transporter de l'eau potable au domicile de clients à l'aide d'un joug (comme sur le dessin), une carriole, ou parfois à dos de mulet. 

Très souvent il faut monter plusieurs étages pour livrer la ressource. A Paris en 1879,  Il y avait 700 porteurs d'eau, presque tous originaires de l'Auvergne. Le métier a disparu progressivement au cours du XXème siècle au fur à mesure que l'eau potable arrivait, par adduction, aux robinets des maisons.

 Comment se forme une nappe de brume.

Les plantes, comme tous les êtres vivants transpirent et l'eau ainsi rejetée s'évapore dans l'atmosphère. Le soir quand l'air se refroidit, il ne peut contenir toute la vapeur rejetée par une prairie par exemple. Une partie de la vapeur se transforme alors en liquide (on dit qu'elle se condense) et donne naissance à une nappe de brume. 

 

Evapotranspiration

Écrit par Super User. Publié dans Les Pitchouns.

 29 avril 2016

Le concept d'évapotranspiration et ses mesures sont apparus dans les années 1950.

L'évapotranspiration est la quantité d'eau transférée vers l'atmosphère par l'évaporation au niveau du sol et par la transpiration des plantes. 

 

A l'évidence, mieux vaut ne pas polluer l'eau.

Les nuages

Écrit par Super User. Publié dans Les Pitchouns.

 

29 avril 2016.                  Les nuages, une agglomération de nombreuses gouttelettes minuscules. 

 Les nuages sont formés de très fines gouttelettes d’eau ou d’aiguilles de glace, si légères que le vent les soutient dans l’air. Parfois elles se rassemblent, s’alourdissent et tombent sur la Terre en pluie avec plus ou moins d'intensité. Les nuages ne sont pas de la vapeur d’eau mais de minuscules particules d’eau liquide ou glacée. Ces particules tombent lentement, si lentement que leur vitesse de chute ne dépasse pas 50 mètres à l’heure. Parfois, en tombant, elles rencontrent de l’air plus chaud. Alors, elles s’évaporent et se dissipent : le nuage semble rester à la même hauteur. Parfois, selon les températures, elles s’agglomèrent, forment de lourdes gouttes de pluie, de fins voiles de brouillard ou de flocons de neige.

Animaux de l'Arctique, le pays des glaces

Écrit par Super User. Publié dans Les Pitchouns.

La famille de l'ours blanc vit en Arctique

L'ours blanc ou polaire est un mammifère carnivore qui vit uniquement sur l'océan Arctique au pôle Nord. Parfaitement adapté au rude climat, il rayonne dans un environnement de neige de glace et d'eau appelé la banquise. La couleur blanche de sa fourrure assure à l'ours blanc un camouflage parfait.
Les bébés oursons naissent dans une tanière enfouie sous la neige, passent les premiers mois à téter le lait nourrissant de l'oursone, la maman, et à se serrer les uns contre les autres pour se garder au chaud. Ils grandissent vite et voilà qu'ils ont déjà une épaisse fourrure blanche qui les protège du froid. Les jeunes ours observent leur mère qui chasse le phoque ou s'entraînent à nager car ils passeront beaucoup de temps de leur vie dans l'eau à attraper le poisson. Il apprend rapidement et vers l'âge de deux ans et demi, il commence à vivre tout seul.
Autrefois, l'ours polaire a été chassé pour sa fourrure; heureusement, il est maintenant protégé par les lois mais l'espèce est encore menacée. Une colonie de macareux observe les plantigrades et derrière ces derniers deux morses se prélassent sur la glace.

Le manchot empereur


Le manchot empereur se perpétue dans un milieu difficile mais la famille est très unie et solidaire. Le bébé manchot prend la nourriture à l'intérieur même de la bouche de sa mère. La maman ne pond dans l'année qu'un seul œuf en automne. Comme il n'y a pas de nid sur la glace, pour le garder au chaud elle le roule soigneusement vers le papa. Celui-ci place l'oeuf à ses pieds, avec son bec le pousse sous son ventre et couve « le fruit » pendant 64 jours. Pendant ce temps maman va chercher la nourriture en mer. Lors de l'incubation, le papa-gâteau protège son futur rejeton du froid, surtout des vents glacés. Il ne mange pas, puisant la graisse emmagasinée dans son corps. Après 2 mois, le bébé empereur sort de sa coquille et le nouveau-né reste sur les pieds de son papa tandis que maman, toujours aussi dévouée, apporte de la nourriture à la famille.A environ 4 mois, l'oisillon rejoint les autres poussins; il ne quitte ses nouveaux amis que pour être nourri par ses parents.
Ses ailes atrophiées l'ont rendu inapte au vol mais son corps profilé et ses ailes semblables à des nageoires plates et rigides en font un excellent nageur. Lorsqu'il chasse, il peut rester 20 minutes sous l'eau et plonger à une profondeur de plus de 500 mètres !
Lorsqu'il stationne, le manchot empereur possède une belle morphologie avec une jolie robe colorée mais dès qu'il se déplace sa démarche est empruntée et maladroite, ce qui le rend, d'emblée, sympathique. L'oiseau qui regarde curieusement la scène est un  cormoran huppé.

L'albatros


L'albatros est doté d'ailes de grande envergure qui lui permettent d'utiliser les vents et les courants accendants avec efficacité. Ce gros oiseau affronte les plus violentes tempêtes. Sa voracité le fait appeler « vautour des mers » car il est toujours prêt à se jeter sur tout ce qui pourrait lui servir de repas. Il est un seigneur des mers et des océans !

 

En Antarctique, les petits oiseaux ont leur place.

 La biodiversité est bien réelle en Antarctique; sur cet immense continent balayé par le blizzard, couvert de neige, de banquise, de glace et des températures très froides, chacun trouve sa place tant sur l'eau, sous l'eau ou dans le ciel !

Le monde magique de l'Eau

Écrit par Super User. Publié dans Les Pitchouns.

A l'occasion des vacances scolaires, je propose aux parents, grand-parents ou éducateurs un support pédagogique et ludique pour éveiller la curiosité des jeunes enfants au monde aquatique car l'eau du XXI ème siècle est et sera un des problèmes les plus ardus de notre planète. Christian Tena.

  L'eau et les Romains.

 

 Les Indiens d'Amazonie.. En Amazonie, les communautés autochtones vivent au bord des fleuves et rivières. Les Indiens connaissent toutes les qualités ou astuces pour bénéficier des bienfaits cette ressource naturelle.
Au plus profond de la forêt les feux sont entretenus toute la nuit car les nuits sont humides et fraîches. Vers 4 heures du matin, quand le froid est le plus vif, il n'est pas rare de voir l'Indien se lever, se diriger vers la rivière pour prendre un bain car l'eau est plus tiède que l'air. Ainsi réchauffé, l'Indien retourne se coucher. Quelques heures plus tard, c'est le vrai lever, le vrai bain de propreté puis un nouveau bain vers le milieu du jour pour combattre la chaleur, et vers la fin de l'après-midi un bain pour le plaisir, pour jouer avec les enfants. L'eau est un élément essentiel dans la vie des tribus qui vivent dans l'immense forêt amazonienne ; ce don de la Nature est respecté.

 L'eau est vitale chez l'humain.

  Les marchés flottants.

Sur l'Amazone on vient vendre ou acheter sur les marchés flottants les produits de la forêt ou du poisson. Sur le fleuve Zaïre en Afrique, des riverains dans de petites embarcations accostent les gros bateaux pour y troquer toutes sortes de marchandises. En Thaïlande, chaque jour, des paysannes sillonnent les canaux avec leurs barques pour vendre leurs fruits et légumes sur les marchés flottants. Au Laos ou au Cambodge, les pêcheurs naviguent vers les villages lacustres pour écouler le produit de leur pêche. Ces barques à fond plat servent à la fois de moyens de transport et d'étals. Les fleuves, les rivières ou les canaux sont des lieux de vie et d'échange.

Quantité d'eau utilisée par personne et par jour.

 

Le flamand rose

Le flamand rose est l'oiseau emblématique des lagunes de l'Europe du sud, principalement Camargue et delta de l'Ebre régions nanties d'immenses espaces saturés d'eau où les colonies de plusieurs centaines d'individus trouvent nourriture et quiétude. Toutefois il n'est pas rare de les voir séjourner quelques jours au nord de l'étang de Canet-St Nazaire en Roussillon, sur l'étang de Bages-Sigean dans l'Aude ou encore sur les étangs du Bagnas ou de l'Or dans l'Hérault. Les lagunes littorales sont de véritables paradis pour les oiseaux sédentaires ou migrateurs.

 Les marais salants

L'eau de mer entre dans les salines par les petits « canalets », remplit les bassin par gravitation. Sous l'effet naturel du soleil et des vents, la teneur en chlorure de sodium augmente pour finalement atteindre 260 g/l. A cette densité il se cristallise en couche de 7 à 10 cm, prêt à la récolte. Une production grossière, en partie mécanisée, pour le sablage des routes, les salaisons et les industries. Mais quelques bassins sont réservés à la fabrication artisane du sel : la « fleur de sel » et quelques dérivés hauts de gamme, celui que l'on utilise pour la cuisine et toutes les fabrications alimentaires. Pour cette culture, on passe du stade industriel à celui artisanal. Un procédé délicat où le saunier met tous ses sens en éveil. Il analyse la situation au jour le jour : un coup d'œil rapide sur la qualité des ondes, l'odeur, le temps, l'orientation des vents, ouvrir ou fermer les vannes, surveiller la concentration du chlorure de sodium, fixer le jour de la récolte. L'expérience du saunier est décisive, prépondérante ; cela s'appelle le savoir-faire ! Photo de 1965.

 Saunier, un métier vieux comme le monde.

En Méditerranée, la concentration de chlorure de sodium à son entrée est de 29 grammes par litre (g/l). Sur le talus le saunier à l'aide du paludier ratisse le sel déposé au fond de l'œillet. Le sel est une richesse naturelle au service du développement durable mais aussi de la préservation de la biodiversité. Salins Port la Nouvelle en 1964.

Ami fidèle.
Un jeune homme a voulu tester la fidélité de son chien Pifpaf et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas déçu du résultat... En train de se baigner dans un lac, il a une idée absurde. Il décide de surprendre son chien en prétendant se noyer ! Son fidèle compagnon couché à côté des affaires personnelles du maître s'aperçoit rapidement que ce dernier ne sort plus la tête hors de l'eau et agite les mains. Craignant sans doute que son maître ne se noie, Pifpaf saute dans l'eau sans perdre une seconde, nage vers le « noyé », attrape sa main dans sa gueule et le tire jusqu'au rivage ! Le jeune homme savoure avec une grande fierté l'action courageuse de son chien, le brave Pifpaf. L'histoire ne dit pas si le chien avait auparavant reçu un entrainement spécifique. Toujours est-il que le chien est le meilleur ami de l'homme et il le prouve une fois de plus !

 Assurément de très beaux oiseaux !

Les oies, les canards, les cygnes forment un groupe d'oiseaux aquatiques appartenant à la famille des anatidés. Ils vivent dans les marais, les étangs, les lacs ou les rivières paisibles. Depuis l'Antiquité, une légende raconte que le cygne, juste avant de mourir, chanterait davantage et avec plus de force, ce qui a donné l'expression, , « le chant du cygne » faisant allusion à l'aboutissement de quelque chose qui s'achève de manière malheureuse. Ce n'est qu'une légende !

L'eau de source guérit le cheval.
C'est une vieille histoire que se racontaient de génération en génération les habitants d'Avène humble village bordé par les premiers contreforts boisés et verdoyants des Cévennes, en Haut Languedoc.
Ce village doit sa notoriété à un cheval dénommé Pompom, appartenant au marquis de Pons de Rosset de Rocozols riche propriétaire d'un grand domaine agricole. Cette bête de somme, dur au travail, était le favori de son maître tant il donnait satisfaction. Malheureusement ce brave Pompom se blessa malencontreusement à la patte postérieure avec la roue d'un tombereau. Au bout de 3 ou 4 semaines, la vilaine pelade avait des difficultés à guérir. Un jour de 1736, avec beaucoup de difficultés, clopin-clopant, il va se désaltérer à l'abreuvoir de granit alimenté par une source ancestrale qui n'a jamais failli dont le trop plein se déversait dans une mare naturelle avant de s'échapper dans un ruisseau. Mais en ce jour d'automne ensoleillé, affaibli par cette satanée blessure, il se couche de tout son long dans l'eau. Un bain de plusieurs minutes dans l'eau réchauffée par le chaud soleil du Languedoc. Le manège se répète les jours suivants. Quelques temps après, la blessure est bien cicatrisée, le cheval est guéri et sa robe retrouve sa beauté !
Le marquis alerte ses amis médecins qui expérimentent cette eau sur certains de leurs patients. Les effets thérapeutiques se confirment dans les cas de dermatoses et même d'ophtalmies. On crie au miracle et on place la source, sous la protection de Sainte Odile, la petite duchesse née aveugle à qui l'eau du baptême a redonné la vue.
En 1743 un premier bâtiment est édifié puis les eaux sont déclarées d'utilité publique en 1874. Avène devient une petite cité thermale qui exploite les eaux de source. Elle doit sa renommée aux propriétés exceptionnelles de ses eaux bienfaisantes, déjà connue des Romains mais oubliée pendant des siècles. La source sainte Odile jaillit à une température de 25,6° C, à raison de 70 000 litres par heure après avoir musardée dans les veines souterraines pendant une quarantaine d'années dans le sous-sol des Cévennes.
Aujourd'hui, Avène station thermale de 265 habitants, petite par sa taille mais grande par la qualité de ses eaux, doit sa notoriété à Pompom, un sacré cheval !

 

Le panneau est clair comme l'eau cristalline des Pyrénées.


Pendant les vacances appréciez les Pyrénées, ce sanctuaire naturel mais fragile.


Savourez avec les yeux, ressentez avec les ouïes, dégustez avec l'appareil à photos tant de fois que vous souhaitez, toutefois sans effaroucher la faune, en respectant la flore et en communiant pleinement avec la Nature !

 

Invitation à la découverte.

Le cycle de l'eau.

Le cycle de l'eau ou cycle hydrologique comprend 3 phases immuables: évaporation, condensation, précipitation et à nouveau évaporation, condensation, précipitation.  

Sous l'effet du soleil, l'eau des océans, des cours d'eau, des lacs, des marais, montent dans le ciel sous forme de vapeur invisibles à l'oeil nu. Ballotées par les vents, elles s'agglomèrent en gouttelettes d'eau, se transforment en nuages puis quand elles sont assez lourdes tombent sur Terre. Selon les températures, cette eau se dépose, plus ou moins intensément, en brouillard, en grelons ou simplement en pluie. Les océans sont les plus grands réservoirs de pluies.


Préserver l'eau au quotidien.

Certes un petit geste ce n'est pas grand chose mais des milliers de petits gestes quotidiens, ajoutés les uns autres, c'est des millions de litres d'eau économisés et autant préservés de la pollution ! Souviens toi, si tu ouvres le robinet ferme le également .

 Se laver les mains, un geste élémentaire. 

Tes mains est l'endroit où pullulent les microbes. En effet, les crayons, les cahiers, le clavier de l'ordinateur, le bouton de la télé, les touches de ton portable, les poignées de ton vélo, ton argent de poche ou les jouets que le père Noël t'a apporté déposent  tout au long de la journée des microbes sur tes mains, il est donc indispensable de se laver les mains avec du savon plusieurs fois par jour, mais surtout avant les repas. L'eau, le meilleur solvant qui soit et du savon feront l'affaire !

La mousson, souvent bienfaitrice, parfois catastrophique !

Kuyilan, jeune garçon Indou dont le prénom signifie "celui qui est porté sur les nuages", un nom du dieu Indra, accueille la pluie avec une joie exubérante, contrairement aux pays européens qui perçoivent l'eau tombée du ciel déprimante, toujours intempestive et négative.
En Asie, la mousson est un vent qui apporte chaque année la pluie. Un phénomène climatique incontournable de la vie sociale et économique de millions d'habitants. Elle est bienfaisante lorsqu'elle tombe avec discernement, réalimente les nappes phréatiques et irrigue les terres; le problème est que d'une année à l'autre, les précipitations ont une durée et une intensité différente. Quand la mousson est trop importante des inondations dévastent les villages, causent la mort de milliers de personnes et propagent des maladies par les insectes qui pullulent dans ses conditions.
Parfois il suffit, comme en 2013 que la mousson arrive avec 2 semaines d'avance sur la date habituelle et un volume de précipitations 3 fois supérieur à la normale pour provoquer la mort de centaines de personnes.

 

Conte de la République Populaire de Chine.     

La grenouille faiseuse de pluie.

Le jeune Dong Linglang, déprimé par la disparition soudaine de sa mère, ne supportait plus le croassement des grenouilles qui, chaque nuit, troublait son sommeil. Il finit par s'en débarrasser en les aspergeant d'eau bouillante. Affolés, les batraciens sont partis vers d'autres contrées plus accueillantes, mais la région connu des années de sécheresses sévères et endémiques. Torturé de remords, Dong Linglang s'en fut consulté le dieu ancestral Buluoduo. Celui-ci révéla que les grenouilles étaient les messagères du dieu Tonnerre, qui dirige le vent et la pluie, le malheur et le bonheur des hommes. La cruauté des hommes avait provoqué la colère du dieu, et la sécheresse s'était abattue sur le pays. Il fallait donc apaiser les rancunes sur les humains des  grenouilles, injustement tuées, en leur organisant une cérémonie funéraire. Alors seulement les grenouilles reviendraient. Il restait encore aux hommes à s'assurer de leur soutien en les conviant aux fêtes célébrées pour le Nouvel An. La cérémonie eut lieu et les hommes convièrent les grenouilles. La pluie revint alors et le village retrouva sa prospérité. Les Zhuang de la région de Dongla, dans la province du Guangxi (Chine), perpétuent la fête des grenouilles, chaque année, entre le 1er et le 15 du 1er mois lunaire.

  D'où vient l'eau usée.

L'eau est une ressource naturelle vitale à toute vie sur Terre. Après avoir été polluée par les hommes elle doit retrouver son milieu naturel par un traitement approprié.

 

Diverses étapes sont nécessaire pour le recyclage de l'eau polluée.

Le prétraitement.

Traitement biologique.

La clarification.

Traitement des boues.

 

Désodorisation.

 

Les habitants de la rivière.

Un monde microscopique.

 

Pollution organique.