Sam Estève, espoir de la planche à voile.

Écrit par Super User. Publié dans Arroser au goutte à goutte.

  Originaire de Ste Marie la Mer en Pays catalan, passionné de sports aquatiques, Sam s'impose dans le cercle des champions mondiaux des sports de glisse tels que le kitesurf ou le windsurf. Au contact des champions, avec son talent et son brio, nul doute qu'il va se hisser parmi les meilleurs. Photo de Sam Estève lors du "Mondial du Vent 2017" à La Franqui.

Grandes felouques sur le Nil.

Écrit par Super User. Publié dans Arroser au goutte à goutte.

L'Egypte est une civilisation fluviale où les bateaux propulsés à la voile sur le Nil sont omniprésents depuis les temps les plus reculés. Selon l'utilisation (commerce, transport, pêche voyage), les navigateurs employaient différents types de felouques. Sur la photo ci-dessus, le transport de matériaux est un exemple concret.  Photo de 1950.

 

L'ex Napoléon Bonaparte.

Écrit par Super User. Publié dans Arroser au goutte à goutte.

L'ex Napoléon Bonaparte, fleuron de la SNCM sur la ligne Marseille-Corse, rebaptisé Rhapsody, manoeuvre dans le port de Barcelona. Ce superbe navire construit en 1996 aux chantiers navals de St Nazaire mesure 172 mètres de long pour 30,40 mètres de large. En 2014, il avait été gravement endommagé après avoir heurté un quai du port de Marseille suite à une rupture des amarres lors d'une tempête. Une importante brèche avait provoqué l'inondation de la salle des machines. Vendu en l'état à une compagnie italienne, puis réparé et après avoir changé de nom, il est redevenu un beau navire de croisière. 520 cabines accueillent 2460 passagers dorlotés par un équipage de 200 personnes. De quoi voir la vie en rose, que dis-je,  en bleu marine ! 

L’homme sous l’eau.

Écrit par Super User. Publié dans Arroser au goutte à goutte.

 La plongée subaquatique est l’une des nombreuses formes surprenantes de la conquête de l’eau par l’homme qui dans ce domaine n’hésite pas à risquer sa vie « pour quelques mètres de plus ». Les méthodes primitives, employées autrefois par les plongeurs qui descendaient au fond de l’eau sans aucune protection et couraient de graves dangers, ont été remplacées par des méthodes plus modernes qui garantissent une sécurité beaucoup plus grande. Grâce à des appareils respiratoires de plus en plus perfectionnés, l’homme a pu descendre de plus en plus profondément dans les océans pour explorer, pour étudier la vie sous-marine, la flore et la faune, les configurations géologiques, dresser des cartes, faire des photos, des films ou tout simplement pêcher. Aujourd’hui, les professionnels de la plongée (marins, océanographes, archéologues etc.) disposent de toute une infrastructure technique comportant, en particulier, des bateaux laboratoires spécialement conçus pour leur servir de base opérationnelle et de petits véhicules sous-marins offrant une grande autonomie aux plongeurs. D’une manière générale, les équipements de plongée ont atteint un haut degré de perfectionnement que les accidents dus à des défaillances techniques sont vraiment très rares. 

Une soif irrésistible de découvrir le monde sous-marin...vraiment téméraires nos ancêtres !