Inf' eaux usagers

Les tarifs de l’eau : savoir comparer.

Écrit par Super User. Publié dans Inf' eaux usagers.

Comparer le prix du m3 d’eau potable d’une collectivité à une autre est un véritable casse-tête car le prix est essentiellement fonction de la configuration géographique dans laquelle se situe la collectivité à desservir.

Dans le cas de la ville Grenoble par exemple, l’agglomération est implantée dans une vallée et l’habitat est resserré. La ville dispose en amont des sources importantes produisant une eau de grande qualité. Les frais consécutifs au traitement, au stockage et à l’acheminement sont assez faibles pour chaque habitant. Il en va différemment d’un service qui récupère l’eau brute en rivière pour la faire parvenir, par un système de pompes électriques multiples et de réservoirs à un ensemble de villages éloignés les uns des autres situés en altitude. Toujours rapporté au nombre d’habitants, les km de réseaux et d’équipements indispensables sont alors très coûteux. Ce qui explique le prix d’un m3 d’eau diffère fortement d’une collectivité à l’autre, même gérée de la même façon et il est très intéressant de connaître également la répartition des divers montants qui constitue le prix final.Tous les éléments détaillés concernant le coût du traitement du renouvellement du réseau, des frais de personnels, de la facturation et du bénéfice encaissé par la société privée lorsqu’il y a affermage, permettent alors de comparer utilement les différents systèmes de gestion. Si l’on examine attentivement les moyennes nationales de ces divers coûts, c’est l’eau en régie qui est la moins chère, environ 25 % de moins que l’eau en affermage. Un autre élément important mais méconnu est celui des pertes d’eau sur les différents réseaux. Selon la vétusté du réseau, les pannes et les casses sont plus ou moins fréquentes et chaque année, les collectivités doivent procéder en général aux nettoyages complets des réservoirs ou rincer abondamment les conduites lors des travaux de remplacement des réseaux.