Bébé requin sans papa.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

Des scientifiques ont résolu une énigme récemment. Ils ont découvert que la femelle du requin marteau peut mettre au monde un bébé sans avoir eu de contact avec aucun mâle. Pour l’instant, une telle naissance n’a eu lieu que dans un aquarium, il y a 5 ans, aux Etats-Unis. Il était occupé par 3 femelles requins marteaux, ainsi qu’un requin léopard et une raie. Après plusieurs tests génétiques, il a fallu se rendre à l’évidence : la fécondation virginale, qui ne survient que très rarement chez certaines espèces d’oiseaux, amphibiens, reptiles ou poissons, a bien eu lieu chez le requin marteau. Un phénomène inquiétant pour la survie de l’espèce, menacée par la surpêche. La diminution de la population des requins risque d’entraîner des grossesses sans accouchement, parce que les femelles auront de plus en plus de mal à trouver un mâle. Or, ce type de reproduction excelle réduisant la diversité génétique. Les requins auront donc plus de difficultés à s’adapter aux nouvelles conditions environnementales et seront davantage sujets aux maladies.

Erik le Rouge.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

            Interdit de séjour en Norvège et en Islande pour avoir assassiné un de ses voisins, Erik le Rouge parti vers l’Ouest, contourna la côte, et s’y établit. Découvreur du Groenland, il doit être considéré comme le premier des agents publicitaires : s’il réussit une telle migration c’est parce qu’il avait baptisé la terre de montagnes couvertes de neige et de glaciers le Groenland, la « Terre Verte », pour qu’un aussi joli nom y attire beaucoup de colons. C’est au cours d’un voyage Islande-Groenland qu’en l’an 1 000 son fils Leif, emporté par une violente tempête du nord-est, vit apparaître devant ses yeux une côte basse boisée de sapins : la côte du Labrador, découvrant ainsi l’Amérique 500 ans avant Christophe Colomb.

Le goéland.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

            Le goéland leucophée (Larus cachinnans) diurne et grégaire, pratiquement sédentaire sur le Golfe du Lion, est en constante extension démographique sur le littoral méditerranéen. En Languedoc, en Roussillon et en Catalunya, c’est un fidèle qui aime rôder autour des chalutiers, des stands de vente de poisson ou près des étangs littoraux mais qui depuis quelques années n’hésite pas remonter les cours d’eau très loin à l’intérieur des terres.

Aux ailes larges et longues, d’une envergure de 1,5 m environ, c’est un oiseau massif, au gros bec anguleux couleur jaune vif, marqué de rouge à la mandibule inférieure, aux pattes palmées, à l’œil jaune, ourlé de rouge vif. Il se nourrit de poissons et de crustacés, bien qu’il ne dédaigne pas les insectes et les végétaux, voire le pain et les détritus urbains ou dans les décharges publiques qu’il fréquente assidûment depuis quelques décennies. La femelle pond une fois par an à même le sol, dans un creux capitonné d’herbes sèches, trois œufs qui incuberont environ 25 jours.

A la queue leu leu.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

                    Chaque année au cours de l’automne, les langoustes à épines migrent des eaux côtières vers le large pour échapper aux tempêtes et aux tornades. D’ordinaire solitaires, elles se rassemblent soudain par centaines et marchent en file indienne dans la mer des Caraïbes sur plusieurs dizaines de kilomètres. Pour ne pas se perdre en chemin, elles se tiennent les unes aux autres en posant leurs antennes sur le dos de la précédente. Elles défilent ainsi pendant plusieurs jours, guidées par leur boussole intérieure, jusqu’à atteindre les grosses profondeurs. A la belle saison, elles font le trajet en sens inverse. Comment savoir à l’avance qu’il est temps de partir ? C’est encore un mystère !

La Franqui en pays audois.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

 La plage des Coussoules à La Franqui, hameau de Leucate, s'étire sur 8 km de sable fin doré, vierge de toute construction. Située dans un environnement naturel de lagunes littorales et des collines des Corbières qui plongent dans la Méditerranée, la plage des Coussoules fut classée en 2010 par le quotidien national "France Soir" 4ème dans le Top 10 des plus belles plages de France (littoral Atlantique et Méditerranée confondus). Superbe et belle évolution depuis 1890.. La photo propose une vue depuis les falaises calcaires du cap Leucate. 

            Nous sommes sous le règne d’Henri IV lorsque quelques constructions voient le jour sur le site de La Franqui…Il faut attendre la fin du XIXème siècle pour que La Franqui devienne une station de bains de mer. C’est Emile Bertrand, l’oncle d’Henri de Monfreid qui va lui donner véritablement sa vocation touristique. Architecte, il dessinera en 1889 un projet d’établissement de bains. A ce moment là, La Franqui était seulement un vaste domaine agricole au centre duquel on trouvait le bâtiment qui allait devenir l’Hôtel Excelsior. Propriété de la famille Beltrand, il fut transformé, modernisé à partir de 1890 devenant un établissement de luxe où se côtoyaient les célébrités de l’époque ; offrant à ses clients un terrain de tennis, un kiosque à musique, une piste de skating…et même une petite chapelle élevée à proximité. Les constructions sont rares, on trouve la villa Amélie où naîtra Henri de Monfreid et à flanc de falaise la bâtisse de la douane et plus bac la villa Bonnery. Au début du XXème siècle, Emile Bertrand finance avec ses propres deniers, d’importants travaux dignes de la nouvelle station : la route du front de mer et celle qui reliera la station à la gare de la Compagnie des Chemins de Fer du Midi. D’architecte, Emile Bertrand est devenu promoteur. En 1913, les premières villas sont construites en front de mer et au pied de la falaise. La maison familiale du nouveau promoteur « L’Albatros » et une copropriété le « Madrigal » donnent juste en face de la grande plage dont la vue s’étire jusqu’à Port la Nouvelle. La plupart des maisons existent encore aujourd’hui.

Après la Deuxième guerre mondiale, qui provoque quelques destructions, la fille du promoteur continue l’œuvre entreprise. Début des années 1960, l’eau du projet arrive enfin à La Franqui qui se transforme en station familiale avec ses nombreux meublés, ses terrains de camping populaires. Les Toulousains sont nombreux à venir passer leurs vacances. Le camping sauvage n’est pas encore interdit et la plage des Coussoules est très appréciée. L’hôtel Excelsior est devenu l’hôtel du Parc ; la station compte alors 2 cinémas, un dancing, un bowling, de nombreux commerces l’hôtel de la Plage sort de terre. Les enfants de Lézignan viennent en colonie…La route qui borde l’étang est construite. les années 1980 marquent un tournant, l’hôtel du Parc ferme ses portes remplacé par une maison de retraite. La station se développe, l’urbanisation s’accélère avec l’apparition des lotissements. Aujourd’hui La Franqui s’agrandit à petits pas et le nombre d’habitants à l’année augment se manière significative.

Les sports de glisse trouvent ici un véritable paradis, donnant par là même une nouvelle image, jeune, sportive et dynamique à La Franqui. Du cap des Trois frères aux Coussoules, La Franqui située dans le Parc Naturel Régional de la Narbonnaise, bénéficie d’un cadre naturel exceptionnel qui ne demande qu’à être valorisé et protégé.

Les pins centenaires, le scintillement des étangs, la garrigue parfumée, la Méditerranée et ses jeux aquatiques, le vent refraîchissant sous l’implacable astre solaire dégagent une intense poésie.