Junior à la Font Nova

Petits fantômes de l’océan.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

    Les feux de Saint Elme, qu’autrefois les Anciens appelaient des « étoiles » ont impressionné longtemps les gens de la mer. Ce phénomène physique est un feu météorique lié à l’atmosphère orageuse saturée d’électricité qui apparaît au sommet des mâts des navires, parfois pendant la tempête, le plus souvent après. Selon la densité des charges électriques, les couleurs principales sont le vert, le bleu et le violet. Ils étaient regardés comme un signe de protection surnaturelle. Pendant la traversée des Argonautes ces feux étaient descendus  sur le front des Dioscures, les jumeaux Castor et Pollux, protecteurs des marins, tandis que s’apaisait la tempête. Si, par malheur, le feu était unique, on y voyait l’intervention d’Hélène, la plus belle femme du monde de l’époque, responsable de la guerre de Troie, sœur de Castor et Pollux et le présage devenait néfaste.

Il y a fort longtemps, saint Elme habitait une grotte du détroit de Messine. Une nuit, saint Christophe remit au sage ermite une lanterne avec la charge de l’allumer les soirs de tempête, afin de guider les navires en perdition.Les feux devinrent ainsi, aux temps chrétiens, les feux de saint Elme. Mais peut-être le nom de cet ermite provient-il tout simplement d’une déformation de la moins recommandable Hélène. Le phénomène météorologique des feux saint Elme, très impressionnants en mer, peut, lorsqu’il apparaît au-dessus de la tête d’un marin, annoncer sa mort prochaine. Selon d’autres croyances, il s’agit au contraire du signe bénéfique de la protection de la Vierge. Le feu saint Elme est alors connu sous le nom de Stella Maris. Les feux apparaissent souvent alors que la tempête est passée; les feux annoncent donc le beau temps ! Cette « étoile » est dangereuse quand il n’en tombe qu’une mais s’il en vient au moins deux c’est un signe protecteur !