Junior à la Font Nova

Le canard mandarin.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

         Introduits dans la Zone Ornithologique du Parc de la Prade à Saint Cyprien en Catalogne Nord, quelques couples de canards mandarins ont procréé, confirmation une acclimatation réussie. Originaire d’Asie du Sud-Est, le canard mandarin semble avoir été colorié sur une toile par l’imagination bohème d’un grand artiste épris de pigmentations frétillantes. Bel oiseau, il est fier de son habit multicolore orné de couleurs flamboyantes. Il consacre de longues heures à sa toilette. Une glande située sur le croupion sécrète un liquide huileux qu’il étale soigneusement sur ses plumes pour les rendre imperméable à l’eau. Il n’est pas moins prétentieux quand il plonge, queue en l’air, pour chercher sa nourriture au fond de l’étang. Grand séducteur, il parade pour attirer l’attention des femelles mais quand sa dulcinée est choisie, c’est pour toujours. D’ailleurs les Japonais et les Chinois ont fait du canard mandarin le symbole de la fidélité conjugale ! A ses côtés, sa compagne est plutôt effacée, elle porte un habit aux couleurs discrètes, quelque chose de sobre et d’anonyme qui lui permet de se camoufler plus aisément ou, aux premiers signes de danger, facilite sa fuite avec ses petits. Perchée sur un arbre, la couvée peut contenir de six à une douzaine de canetons. Les petits, déjà turbulents, ont à peine vu le jour que maman les pousse dans le vide. Premier bain forcé dans le lac où papa mandarin, attendri et orgueilleux, les surveille. C’est que dans le milieu aquatique la vie est pleine de dangers. Pour échapper aux renards, aux faucons, aux loutres et bien d’autres maraudeurs, la petite famille plonge sous l’eau, souvent en vain ! Pour beaucoup la vie s’arrêtera brutalement, heureusement la Nature veillera à l’équilibre. Le canard mandarin bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis l’arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire. Il est donc formellement interdit de détruire, de capturer, de naturaliser, d’enlever ses œufs ou ses nids, d’altérer, dégrader ou perturber intentionnellement son milieu.