Pont des Marchands à Narbonne,

Écrit par Super User. Publié dans Pont / Aqueduc.

      Pont des Marchands à Narbonne, d’origine romaine, permettait à la Voie Dominitienne de franchir l’Atax (nom antique du fleuve-côtier l’Aude). Il a la particularité d’être habité encore aujourd’hui par les commerces et des habitants, chose très rare en France. A l’origine doté de sept arches, ses piles  supportent des moulins à vent au Moyen-âge. Il est resté jusqu’au milieu du XVIème siècle le seul ouvrage reliant le quartier noble de la cité au quartier marchand du bourg. Suite à la dérivation  progressive du fleuve Aude, seule l’arche centrale fut nécessaire pour que s’écoule le faible débit. Les six autres se trouvèrent englobées au XVIème dans des maisons alors que des boutiques de marchands s’implantèrent au-dessus même de l’arche restante, aujourd’hui encore visible.

Pont d'Assouan en Egypte

Écrit par Super User. Publié dans Pont / Aqueduc.

PHARAON 01 264Le pont-routier à haubans d'Assouan en Egypte, long de 977 mètres, est bâti en béton précontraint pour franchir le Nil, le fleuve-dieu. Mis en service en 2002, cette merveille architecturale contemporaine s'ajoute au patrimoine antique exceptionnel laissé sur le cours d'eau par les Pharaons

 

Rares sont les ponts sur le Gange.

Écrit par Super User. Publié dans Pont / Aqueduc.

    Le Gange est la principale artère de commerce et de communications du Nord de l’Inde. Des bateaux de toutes sortes le sillonnent : barques à fond plat et barges, vapeurs et chalands, bateaux à voile et à aubes. Tous les bateaux qui naviguent sur le fleuve doivent avoir un fond plat ou un faible tirant d’eau ; bien que large de 3 200 m de large en certains points, le fleuve n’a souvent pas plus d’un mètre ou deux de profondeur. Des milliers de bateliers passent leur vie à ramer sur des embarcations chargées de marchandises pour un misérable salaire. Ils remontent le courant sur des centaines de kilomètres, vendant leurs marchandises dans les villages riverains. Ils vivent sur leur barges, et reste parfois à bord jusqu’à plusieurs mois. 

Si des voies ferrées et des routes longent le fleuve, la plupart du temps, le bateau est le seul moyen pour le traverser. La plaine du Gange étant couverte d’une couche d’alluvions, parfois épaisse de 400 mètres, il est très difficile de faire des fondations solides pour de lourdes piles de pont. C’est une des principales raisons qu’il n’y ait si peu de ponts sur le fleuve qui compte 2 700 km. Lorsqu’on construisit en 1959 le pont de Patna long de 1 800 mètres, il fallut enfoncer des énormes fondations à près de 60 m, ce qui nécessita 35 000 tonnes de béton. Il paraissait autrefois si improbable de ne jeter jamais des ponts par dessus le Gange que les voies ferrées qui courent le long des deux rives ont des largeurs différentes.

Pont du Diable à Céret.

Écrit par Super User. Publié dans Pont / Aqueduc.

 

IMG_2484.JPG  Il y a très longtemps, Céret et la rive gauche du Tech communiquaient avec des passerelles en bois, qui étaient souvent emportées par les soudaines et violentes crues du Tech, le fleuve côtier dont la source jaillit sur les flancs du massif du Canigou. En 1321 commence l'édification d’un pont magnifique dont l’originalité est d’avoir une seule arche qui transporte l’utilisateur d’un seul trait d’une rive à l’autre. Une géniale prouesse pour l’époque qui unissait technique et esthétique ! Photo de 1880 environ. 

Légende du pont de Céret.

Un premier orage emporta les échafaudages avant même que la première pierre du pont fut posée. Six mois plus tard, alors que l’arc de pierre était presque achevé, tout s’écroule dans un épouvantable craquement de pierres et matériaux entendu jusqu’à la cascade du Saut de l’autre côté de la rivière. Quelques mois plus tard, après avoir étudié les échecs, la volonté commune des habitants recommande de persévérer ! Le chantier redémarre mais le Tech semble ne pas supporter cette charge et à nouveau l’ouvrage disparaît emporté par la furie des eaux boueuses d’une nouvelle crue automnale. Ces péripéties ressemblent de plus en plus à une malédiction et toute la vallée du Vallespir s’interroge.

Un matin, l’architecte, abattu, excédé par les complications de cet ouvrage maléfique, voit venir à lui un homme qui lui dit : « je veux t’aider et ce soir à minuit le pont sera achevé. A une condition : tu me promets de me livrer le premier être vivant qui traversera de part en part le pont. Dans la galère où il se trouve, l’homme de l’art voit une porte de sortie honorable. Il accepte et ressort de chez lui à onze heures, un sac sur son dos. Une fois l’édifice terminé, l’ingénieur ouvre son sac duquel s’échappe un gros chat noir trainant une poêle. Le Diable s’en saisit immédiatement, pensant à un homme en arme à cause du bruit de ferraille. « Je me suis trompé, s’exclama le Diable avant de prendre la fuite. C’est ainsi que le pont fut achevé et qu’il reste aujourd’hui une prouesse architecturale de grande valeur.

 

Pont romain de Cordoue.

Écrit par Super User. Publié dans Pont / Aqueduc.

Pont_de_Cordoue.jpgLe Pont-Vieux ou Pont-Romain de Cordoba en Andalousie, est édifié par les Romains sur le fleuve Guadalquivir, sous le règne de l’empereur Auguste, après la bataille de Munda (45 avant J-C). Au Xème siècle, l’ouvrage est profondément rénové par les Califes maures, puis restauré à plusieurs reprises après la Reconquista. Composé de 16 arches, seules la 14 et 15ème sont d’origine, il fut longtemps le seul pont de la ville de Cordoue, mais il fut aussi, un important passage de la Via Augusta. A une extrémité (sortie ville) se dresse la tour de Calahorra, porte fortifiée du XIIème, sur l’autre se tenait une ancienne porte romaine, puis maure, remplacée par l’actuelle Porte du Pont. Au centre de l’ouvrage se trouve une statue dédiée à l’archange Raphaël où des bougies se consument nuit et jour, une sculpture conçue par Gomez Del en Rio en 1651. Le pont est actuellement réservé aux piétons. Personnellement, j’ai eu le plaisir de traverser avec mon VTT, à plusieurs reprises, le pont romain qui m’avait fortement impressionné par sa beauté et sa robustesse. A l'arrière-plan, la silhouette de la majestueuse cathédrale-mosquée de Cordoue. Photo de 1922