Pont / Aqueduc

Légende du pont du Diable à Céret.

Écrit par Super User. Publié dans Pont / Aqueduc.

            Il y a très longtemps, Céret et la rive gauche du Tech communiquaient avec des passerelles en bois, qui, régulièrement étaient détruites par les violentes crues du Tech, le fleuve côtier dont la source jaillit sur les flancs du massif du Canigou. En 1321 commence la construction  d’un pont magnifique  dont l’originalité est d’avoir une seule arche qui transporte l’utilisateur d’un seul trait d’une rive à l’autre. Une géniale prouesse pour l’époque qui unissait technique et esthétique !

Un premier orage emporta les échafaudages avant même que la première pierre du pont fut posée. Six mois plus tard, alors que l’arc de pierre était presque achevé, tout s’écroule dans un épouvantable craquement de pierres et matériaux entendu jusqu’à la cascade du Saut de l’autre côté de la rivière. Quelques mois plus tard, après avoir étudié les échecs, la volonté commune des habitants recommande de persévérer ! Le chantier redémarre mais le Tech semble ne pas supporter cette charge et à nouveau l’ouvrage disparaît emporté par la furie des eaux boueuses d’une nouvelle crue automnale. Ces péripéties ressemblent de plus en plus à une malédiction et toute la vallée du Vallespir s’interroge.

Un matin, l’architecte, abattu, excédé par les complications de cet ouvrage maléfique, voit venir à lui un homme qui lui dit : « je veux t’aider et ce soir à minuit le pont sera achevé. A une condition : tu me promets de me livrer le premier être vivant qui traversera de part en part le pont. Dans la galère où il se trouve, l’homme de l’art voit une porte de sortie honorable. Il accepte et ressort de chez lui à onze heures, un sac sur son dos. Une fois l’édifice terminé, l’ingénieur ouvre son sac duquel s’échappe un gros chat noir trainant une poêle. Le Diable s’en saisit immédiatement, pensant à un homme en arme à cause du bruit de ferraille. « Je me suis trompé, s’exclama le Diable avant de prendre la fuite. C’est ainsi que le pont fut achevé et qu’il reste aujourd’hui une prouesse architecturale de grande valeur.