Album photo

Légende du fleuve Niger

Écrit par Super User. Publié dans Album photo.

La légende de la naissance du fleuve Niger. Afrique.

Il y a très longtemps vivait au royaume des Bambara une vielle femme qui possédait un superbe taureau bien en chair. Hélas, la famine commença à faire des victimes et le chef du village pria le roi d’acheter à la dame âgée le taureau qui pourrait nourrir tout le village. Elle refusa l’offre royale, trop attachée à sa bête qu’elle chérissait. Sa majesté autorisa le rapt du bovidé. Les villageois s’en emparèrent et tentèrent de l’égorger, mais aucun couteau ne pénétra le cuir de la bête. Le roi dut à nouveau négocier, fit comprendre à la dame la dramatique situation de la population. Enfin, elle consentit de tuer son taureau mais exigea que la graisse de l’animal lui revienne dans une jarre qu’elle entreposa dans sa case. A la nuit tombée, la graisse fondit, coula à l’extérieur du vase et se transforma en une belle jeune fille qui se mit à nettoyer la modeste demeure, mais dès les premières lueurs de l’aube, elle réintégra la jarre et s’y liquéfia. La vieille femme, au matin, s’aperçut du changement.

La nuit suivante, elle épia par le trou de la serrure et lorsque la graisse prit forme humaine, elle se démasqua. De cette rencontre nocturne naquit une amitié. La vieille obstrua toutes les ouvertures pour que la jeune fille n’ait à craindre la lumière du jour. La rumeur se répandit dans le village. Un chasseur l’aperçut et se précipita chez le roi et lui déclara: Sire, il y a chez la dame du taureau une jeune femme d’une beauté admirable. Je souhaite l’épouser mais la vieille femme refuse de me donner sa main.

Intrigué le roi se déplaça pour se faire sa propre opinion et succomba aussitôt au charme prodigieux de la gracieuse jeune fille. Il décida immédiatement de faire de la belle son épouse. Elle accepta à condition de ne jamais voir la lumière du jour. Sans poser la moindre question, le monarque accepta. Des instants de bonheur s’ensuivirent sans le moindre nuage.

Mais un jour, il dut partir visiter les provinces de son royaume. Les deux premières épouses, jalouses, en profitèrent pour ouvrir les volets des pièces où la jeune femme passait ses journées. Instantanément, elle se mit à fondre, coula sur le sol, passa sous la porte et s’écoula vers la vallée. Elle devint le Niger.

À son retour, le roi fou de douleur et toujours éperdument amoureux se transforma en hippopotame et se jeta dans le fleuve. Les épouses, ayant ordre de le suivre pour l’éternité se transformèrent: l’une en caïman et l’autre en poisson. Depuis ce jour, le Niger, sous le regard  des crocodiles, caresse les hippopotames tandis que les poissons les évitent prudemment.