Histoires du monde

Hommes-grenouilles de Syracuse.

Écrit par Super User. Publié dans Histoires du monde.

             La cité grecque d’Athènes désirait contrôler toute la Méditerranée. Le seul obstacle était Syracuse, riche et puissante cité portuaire de Sicile. Et voilà que les Grecs font voile vers la Sicile avec une armada de guerre. Thucydide, l’historien de service, raconte que l’entrée du port de Syracuse était protégée par des rangées de pieux tranchants piqués dans le fond de la mer. Les pointes acérées des pieux devaient percer les coques des bateaux des assaillants et les couler. Mais comme l’écrit Thucydide, les Athéniens usèrent d’un ingénieux stratagème contre ces défenses. Armés de scies, les soldats-plongeurs sautèrent de leurs bateaux, nagèrent sous l’eau en direction des pieux, et les scièrent à la base. La flotte grecque put alors attaquer et s’emparer de la ville. Thucydide, le « reporter de guerre » s’intéressait bien plus aux lauriers des guerriers grecs qu’à l’histoire de la plongée, ne dit rien de ce qu’étaient les moyens de plongée de ces premiers hommes-grenouilles de l’histoire. Nous ne saurons jamais si les Grecs ont utilisé lors de cette attaque un quelconque appareil de respiration, fût-il primaire, mais tous les spécialistes de la plongée sont d’accord pour affirmer que sans un appareil quelconque pour suppléer au manque d’air, l’opération était vouée à l’échec. La science moderne a donné la réponse. La profondeur qu’atteint un plongeur donne le poids de l’eau qui pèse sur lui, et plus il s’enfonce, plus cette pression augmente. Cela signifie qu’à dix mètres sous l’eau la pression qui s’exerce sur le corps du plongeur est le double de ce qu’elle est en surface ! A la surface de la terre nous pouvons respirer facilement parce que l’air qui nous entoure possède la même pression que celui qui se trouve dans nos poumons. Sous l’eau il en va autrement. Si un homme sous l’eau essayait d’inhaler de l’air à la pression normale, il ne pourrait le faire qu’avec une grande difficulté, parce que son thorax et ses poumons, et même son cœur, seraient comprimés par la pression de l’eau et dès lors ne pourraient fonctionner normalement. Pour qu’un homme puisse respirer sous l’eau, ses poumons doivent absorber un air à la même pression que celle de l’eau qui l’entoure ! Dans les temps anciens ce fait était inconnu.Au milieu du XIVème siècle, le célèbre Léonardo de Vinci réactualise le procédé de la respiration par un long tube, comme le tuba que nous connaissons aujourd’hui. Il renforçait les tubes avec de solides anneaux pour les empêcher de s’écraser, il ne songeait pas que le thorax et les poumons des plongeurs seraient soumis à la même pression.Que d’accidents depuis les premières brassées sous l’eau, que de drames mortels pour évoluer librement dans le milieu aquatique, que de sacrifices pour être heureux, heureux comme un poisson dans l’eau !