Histoires du monde

Porteur d’eau à Paris

Écrit par Super User. Publié dans Histoires du monde.

       Dans les grandes villes, il y a bien longtemps, livrer de l’eau à domicile était un métier. Au XVIIIème siècle, on compte sur Paris environ 20 000 porteurs d’eau. Il existait trois catégories de porteurs : celui dont un gros tonneau attelé et tiré par un cheval, celui qui déplace lui-même le tonneau monté sur deux roues et le porteur à sangle ou à dos d'homme, moyen le plus éreintant. Chaque porteur a un numéro d’ordre délivré par la Préfecture de police et il paie à la ville un droit par hectolitre. Ils s’approvisionnent tous les jours aux fontaines publiques. Certains ont une clientèle d’abonnés, d’autres déambulent dans les rues en clamant « de l’eau, de l’eau ». Les habitants qui n’ont pas les moyens financiers s’approvisionnent gratuitement à la fontaine publique. D’autres encore s’alimentent au puits collectif situé dans la cour dont l’eau est réservée aux résidents de l’immeuble. Le prix de la ressource et la livraison à domicile du porteur d’eau est fixé en fonction de l’étage de l’immeuble et du déplacement. Il est régi suivant les règles de n’importe quel commerce de l’époque.

            A la veille de la Révolution, on se plaint de la cherté de l’eau à Paris où l’on jalouse les habitants de Londres (Angleterre) alimentés par des pompes à eau aspirantes-refoulantes surpuissantes qui puisent l’eau de la Tamise. Il faudra attendre encore de longues années pour que la capitale française soit entièrement approvisionnée en eau potable au robinet. Le métier de porteur d’eau survécu jusqu’au début du XXème siècle.

Porteur deau nà Paris

Le balancier sur les épaules, le porteur d'eau ravitaille les habitants d'un immeuble à Paris. Photo de 1900 environ.