Histoires du monde

L’insubmersible Titanic.

Écrit par Super User. Publié dans Histoires du monde.

        Par ses dimensions et le luxe de ses aménagements intérieurs, on disait de lui qu’il était « le plus grand et le plus beau navire de tous les temps ». Il mesurait 53 mètres de la quille au sommet des cheminées, soit la hauteur d’un immeuble de 12 étages ! Avec 46 300 tonnes de tôles et de membrures en acier, un déplacement de 75 000 tonnes, c’était un véritable « monstre ». Un monstre luxueux, cependant, dont les « suites » de première classe n’avaient rien à envier à leurs équivalents terrestres des grands palaces internationaux : bois rares, cuivres, velours, dorures à foison, et même, des tableaux de maître de grande valeur décoraient élégamment les « cabines ». En outre, la machinerie était constituée par des moteurs qui développaient 55 000 chevaux, puissance colossale pour l’époque qui propulsaient le vaisseau à une vitesse de 24 à 25 nœuds à plein régime ; trois hélices, deux latérales et une centrale lui assuraient une stabilité remarquable dans la houle longue. Mais la caractéristique la plus originale du Titanic, car c’est de lui qu’il s’agit, c’était son système de cloisonnement étanche. L’architecte Carlisle, qui avait conçu tout le plan, l’avait doté de doubles fonds et surtout, il avait divisé la coque en 16 compartiments étanches, délimités par des cloisons d’acier dans le sens de la largeur. Ces cloisons à la fermeture automatique n’étaient curieusement pas assez hautes pour fermer hermétiquement chaque compartiment ! On pensait qu’en cas d’ennuis il serait toujours temps d’intervenir avant que l’eau n’atteigne le haut de la cloison et ne déverse dans le compartiment voisin. Cela n’empêcha pas le constructeur, ni les services de l'assureur Lloyd, de décerner au navire un brevet d’insubmersibilité ! Lors de ce voyage inaugural la confiance était telle qu’un officier de l’équipage crut pouvoir rassurer une passagère à l’embarquement en lui déclarant sans ambages : « Dieu lui-même ne pourrait pas faire couler ce navire » !

Aveuglément persuadés que « rien ne peut arriver » au gigantisme du Titanic, auquel il faut ajouter l’insouciance d’un capitaine et de son équipage qui n’ont tenu aucun compte des messages qui signalaient la présence d’icebergs sur la route maritime que le paquebot devait suivre, sa première sortie officielle fut une horrible tragédie. Près de 1 500 personnes payèrent de leur vie toutes les imprudences !