Histoires du monde

La Calypso du Commandant Cousteau.

Écrit par Super User. Publié dans Histoires du monde.

        

IMG_7828.JPG

La Calypso du Commandant Cousteau entreprend sa première expédition en Mer Rouge en décembre 1951. 

     La Calypso est un ancien dragueur de mines construit au Etats-Unis en 1942 pour le compte des Anglais et racheté à Malte par le commandant Yves Cousteau grâce à la générosité d’un mécène anglais, Loël Guinness.  Long de 43 mètres, large de 7,15 mètres, ce bateau de 329 tonneaux est d’une constitution robuste : double coque en bois, double bordé, membrures rapprochées. Un bâtiment très maniable avec un faible tirant d’eau, très à l’aise dans des espaces réduits. Ses moteurs et ses 2 hélices lui donnent une vitesse de 10,5 nœuds. Une trentaine de personnes peuvent vivre à bord mais s’y trouvent plutôt à l’étroit en raison du matériel considérable qu’exige l’exploration scientifique des profondeurs. 

D’importantes modifications ont été apportées à l’ancien dragueur de mines. Un faux-nez a été placé à l’avant de l’étrave : c’est un puits qui descend à 2,50 mètres sous la flottaison et qui grâce à 5 hublots, permet d’observer et de filmer ce qui se passe dans l’eau, même pendant la marche du navire. Une mâture double, formant un portique, a été édifiée le plus à l’avant possible. Elle constitue une véritable passerelle supérieure qui supporte le radar et offre un poste d’observation qui rend les plus grands services. C’est de ce portique qu’il est possible de surveiller les écueils et les passages difficiles. Déjà à cette époque, la Calypso possède un équipement comme n’en dispose aucun navire océanique : une vingtaine de scaphandres autonomes, des "scooteurs" sous-marins, un sous-marin "humide", deux sous-marins miniatures dits "soucoupes plongeantes", deux chalands insubmersibles, plusieurs canots pneumatiques rapides ainsi que le matériel nécessaire aux prises de vues cinématographiques : caméras, projecteurs, lampes, câbles. Et pour compléter ce dispositif, plusieurs laboratoires et aquariums, ont été installés à bord. Grâce à un circuit fermé de télévision il est possible de suivre du poste central tout ce qui se passe à bord et dans l’eau. Un téléphone à ultra-sons assure les communications entre les sous-marins miniatures, les plongeurs et la Calypso. Des magnétophones, des hydrophones enregistrent les sons émis par les animaux marins. Enfin en plus de tous les moyens modernes d’aide à la navigation, la Calypso est dotée d’un sondeur spécial pour les grands fonds.

Les périples de la Calypso ne sont sponsorisés par aucune subvention publique ou privée. Seul, le Musée de Monaco lui apporte son appui scientifique. La Calypso est gérée par une fondation créée par le Commandant  Cousteau en 1950, « Les Campagnes Océaniques Françaises », cet organisme n’est alimenté financièrement que par les droits d’auteur de l’homme au béret rouge, les droits de télévision, des redevances industrielles et des contrats de recherches.

La Calypso a fait son expédition inaugurale en 1951 en mer Rouge. Puis au large de Marseille, au Grand Congloué, elle a participé à une fouille archéologique sur un navire romain du IIIème siècle avant J-C. elle a sillonné l’océan Indien, l’Atlantique jusqu’aux Antilles pour tourner des films, notamment "Le monde du silence" qui fut un succès mondial. Ensuite elle effectue des travaux scientifiques : la photographie de plusieurs fosses océaniques avec la collaboration du célèbre professeur américain Harold Edgerton. Au cours de son dernier grand déplacement (1967-1971) la Calypso a parcouru 140 000 milles nautiques à travers la Méditerranée, la mer Rouge, les océans Indien, Atlantique, Pacifique, prolongeant dans le Grand Nord jusqu’au détroit de Béring. C’est au cours de cette longue tournée qu’ont été tournés 24 films pour les télévisions mondiales.

Après un séjour à Marseille, entrecoupé par le tournage de différents films en Méditerranée, la Calypso est repartie le 29 septembre 1972 pour une nouvelle expédition de longue durée en Antarctique dont le but était d’étudier les effets de la chasse et la pêche abusive et les pollutions chimiques auxquelles sont confrontés les animaux à sang chaud les plus vulnérables : baleines bleues, rorquals, baleines à bosse, baleines franches, orques, phoques, manchots, albatros. La Calypso effectue des étapes plus ou moins longues en Argentine, en Patagonie, sur les iles Falkland, la Terre de Feu avant d’aller explorer l’Antarctique. Pour cette campagne, la Calypso a reçu un équipement exceptionnel. Elle dispose d’un hélicoptère démontable qui se loge dans la cale, et une plateforme spéciale a été aménagée à cet effet sur l’étrave du navire. Elle a également à son bord un ballon à air chaud, des équipements spéciaux pour les plongées dans l’eau glacée, de nouvelles caméras, de nouveaux éclairages, etc…