Plongée des Merveilles à Collioure.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui chante.

Y a tant de choses à voir…à Collioure ! Les peintres de rue bien sûr mais la visite serait imparfaite, il suffit de regarder en l’air pour découvrir "La colline des merveilles" surmonté d'une étoile en pierre, le fort St Elme, dominant royalement depuis quelques siècles Collioure, Port-Vendres et le Golfe du Lion ou découvrir, guidé par un moniteur diplômé d’Etat compétant, avec un scaphandre autonome sur le dos, les fonds marins de la Côte Vermeille, "La plongée des merveilles", riche d’une faune et une flore colorée et grouillante de vie.

IMG 0038A gauche, sur la baie de Collioure, le bateau de la CIP amarré à son ponton face à son local où débutent les premières leçons de plongée sous-marine. A droite, le cloître des Dominicains où commence le sentier de la "Colline des Merveilles". Un peu à gauche, le Musée Peskè, encore à gauche, isolé, le fumoir de Mr Pams, ensuite montée vers le moulin à vent, ailes toutes déployées puis cap sur le fort St Elme qui offre un panorama unique. 

Créé en 1954, le CIP (Centre International de Plongée) est le premier club de plongée de France. Nous proposons de s’initier à la plongée et d’en découvrir les sensations, explique Julien Girodeau directeur du CIP. Le Centre propose notamment des sorties en palmes, masque et tuba dans la Réserve naturelle de Banyuls, mais aussi des baptêmes de plongée en baie de Collioure au départ du bord pour se mettre en confiance avant d’accéder à une formation complète. En fonction de la météo, les moniteurs du CIP vous guideront sur l’un des nombreux sites où les saupes, les girelles, les posidonies et le coralligène de Méditerranée accrocheront votre regard. Les habitués reviennent pour le confort du bateau équipé d’une douche et d’un W-C, mais aussi pour l’ambiance conviviale, précise Julien Girodeau. En effet, des amitiés se nouent autour d'une collation servie avant de rentrer sur Collioure : café et petits gâteaux seront les bienvenus pour vous remettre des sensations d’apesanteur uniques !

IMG 7366Arrivés sur la Réserve Naturelle Marine de Cerbère-Banyuls les plongeurs sont impatients de découvrir ou visiter les fonds marins car au pied du massif des Albères existe un paradis sous-marin qui reflète sous la surface de l'eau la beauté de la Côte Vermeille. Comme les oisillons abandonnent le nid, les plongeurs débutants ou confirmés sautent résolument du bateau de la CIP dans la Réserve les uns après les autres. Au loin, on devine l'ancestral quartier Osna de Banyuls sur Mer.

La mer lave les maux de l'homme.

Affirmation du poète grec Euripide au Vème siècle avant J - C.  

Autrefois, les "catalanes"…

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui chante.

                  La civilisation des pêcheurs catalans eut ses lettres de noblesse grâce aux barques catalanes qui traverse le XIXème siècle jusqu’à nos jours. Fines et robustes, légères et puissantes, élégantes et ventrues, les barques catalanes peuvent être considérées comme le type de voilier méditerranéen le plus beau encore en activité. Au début du XIXème siècle, plus de 300 barques pêchaient sur la côte catalane et on comptait en Roussillon quatre chantiers navals réputés où travaillaient d'habiles charpentiers de marines dans lesquels venaient, aussi, passer commande des pêcheurs du Languedoc qui leur avaient donné le nom de "catalanes".

Le Barcarès, Banyuls et surtout Collioure qui alignait sur ses plages 130 barques armées pour la pêche à la sardine et à l’anchois, étaient les villages les plus dynamiques. Après l’arrivée du chemin de fer à Collioure en 1886, la pêche côtière a connu un essor considérable dans le village : avec la culture de la vigne, elle fournissait du travail à l’ensemble de la population. En 1900, on compte 700 marins, 21 ateliers de salaison, 15 expéditeurs, 2 chantiers de construction navales, des tonneliers, des cordiers, des femmes de pêcheurs ravaudeuses de filets…Avant la Deuxième guerre mondiale, l’évolution de l’économie et des techniques entraîne de profonds changements dans les communautés traditionnelles. La motorisation, suivie de l’utilisation de nouveaux matériaux de construction et le déclin irréversible de la pêche, les "catalanes" furent abandonnées, pourrissant sur les plages, beaucoup furent brûlées sur place. Aujourd’hui, à Collioure, la pêche est morte.

Pourtant, la tradition des barques catalanes a survécue. Un sursaut salvateur se développe pour sauvegarder ce qui peut l’être. Des amoureux de ce patrimoine maritime catalan se mobilisent au sein d’associations visant la redécouverte d’un savoir oublié et l’affirmation d’une identité que l’on ne veut pas perdre.

Le golfe du Lion

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui chante.

Le pourtour du golfe du Lion exhibe une côte façonnée par la Méditerranée depuis les temps immémoriaux. Maladroitement l’homme, pour des raisons bassement mercantiles, a emmuré de béton ce rivage et de nombreux ouvrages inopportuns empêchant la mer de respirer à son rythme. Aujourd’hui, on essaie d’amortir les erreurs d’autrefois avec plus ou moins de réussite. La Costa Brava, le Languedoc, le Roussillon ont entamé depuis quelques décennies leur part dans cette longue besogne de réhabilitation. Mais ce littoral est encore ourlé de magnifiques plages plus belles les unes que les autres, lequel propose un vaste panel où tous les goûts sont représentés : naturelle, sauvage, citadine, familiale, les unes nantie de sable fin doré, les autres de galets ou encore une côte rocheuse où se cachent de discrètes petites criques.

 

Aucune mer ne ressemble à la Méditerranée avec sa tramontane qui peut renouveler toute l’eau du golfe en un jour et celle du Rhône et ses alluvions. Si la mer se retirait par enchantement on aurait des déserts de sable à perte de vue et des oasis débordant de vie et de couleurs. Déclaration de Laurent Ballesta né en 1974 à Montpellier (Hérault) 

Biologiste et photographe sous-marin naturiste de réputation internationale, il a dirigé plusieurs expéditions de grande ampleur à travers le monde durant les 10 dernières années.

Trésors dans l’eau du Rhône.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui chante.

        Le Rhône, superbe fleuve, est une voie fluviale de grande importance sur lequel naviguent toutes sortes d’embarcations depuis des siècles. Les Romains s’installent à Arles qui devient un important carrefour commercial sur le chemin de l’Empire Romain, de l’Ibérie et le Nord de l’Europe. 

La révolution industrielle intensifie un trafic fluvial florissant. Hélas qui charrie aussi son lot de nuisances ! Le fleuve devient un dépotoir facile de Lyon à la Méditerranée. Vers les années 2 000, il faut un arrêté préfectoral pour dénoncer que le fleuve est gravement pollué de métaux lourds. Une information qui choque les consciences. Les anguilles, les aloses et divers poissons qui vivent dans les fonds vaseux contiennent dans leur graisse un taux de pyralène très supérieur aux normes. Mais le Rhône possède heureusement d’autres richesses enfouies dans ses bas fonds ! En effet à hauteur de la ville d’Arles, en 2004, un plongeur découvre une épave dans les fonds limoneux et boueux reposant entre 4 et 8 mètres. Le courant et la faible visibilité embrouille la découverte mais les plongeurs flairent la bonne trouvaille. De surprises en surprises, les plongeurs libèrent minutieusement de ce sarcophage de sédiments, un chaland gallo-romain à fond plat, long de 31 mètres sur 3 m de large destiné au transport de marchandises. Son mobilier de bord, le banc de mât, le mât de halage, la rame-gouvernail sont dans un état de conservation exceptionnel. La lourde cargaison de blocs de pierres, d’amphores, de lampes à huile, des fragments de céramiques ou verres, des peignes en bois, des gobelets, des pièces de monnaie, un amoncellement de centaines d’objets gisent en désordre depuis plus 2 000 ans. Protégé par les alluvions, le manque d’oxygène, l’absence de sels marins et de micro-organismes ont préservé l’ensemble. Pas le premier chaland mis à jour dans les fleuves d’Europe mais de loin le mieux préservé exprime un plongeur passionné d’archéologie. L’analyse ADN révélera son origine, les marchandises, sa conception ainsi que le rang social des matelots ajoute-t-il.

Le site est d’ores et déjà une référence pour le premier siècle de notre ère. Sous le regard bienveillant de César sorti des eaux du Rhône en 2008.

La truite, le grand jour.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui chante.

Lac_de_Darnius.jpgUn trio de vieux pêcheurs ont choisi la manière douce pour titiller la "Fario" sur le barrage de Darnius en Empordà. 

L’ouverture de la pêche à la truite tant attendue par des milliers d’amateurs chaussés de bottes, amoureux de l’espace aquatique pleine nature, sera autorisée au petit matin du 14 mars 2020. Dès l’aube, les lacs, les rivières et les torrents seront assiégées par une armée de pêcheurs bardés de cannes dernier cri et beaucoup de motivation car la truite, depuis les temps immémoriaux, est le trophée le plus prisé dans nos rivières et lacs d’eaux douces. La pêche est une occupation agréable et conviviale dans une nature apaisée, généreuse et bucolique mais ce beau poisson aux couleurs splendides est un animal sauvage et fantasque dont la méfiance amplifie la complexité de la traque du chevronné pêcheur qui, en jouant au chat et la souris, utilise les connaissances et l’expérience engrangées sur les berges des rivières, torrents et lacs.

La  truite réside facilement dans un lac, un torrent ou une rivière avec de l’eau de grande qualité, propre et fraîche. Mais la difficulté et la magie de cette pêche consiste à rechercher sur quel type de poste se cache le poisson, quel leurre, quelle technique, quel jour ou quelle heure ? Une alchimie où les savoir-faire, le vécu et la patience de ce loisir s'impose dans le jeu subtil du poisson et du pêcheur, adoucit par le chant de l'eau qui s'écoule et les bruissements d'un espace naturel singulier composé d’une biodiversité faunique et florale remarquable que le printemps nouveau s'empresse de fleurir et colorer.    

Ramener à la maison une belle truite à la chair tendre et délicate, au goût fin et prononcé serait, en toute modestie, une formidable récompense en ce jour d’ouverture en prélude d'une nouvelle saison en pleine nature qui s'annonce palpitante. 

Bonne journée et réussite à tous les pêcheurs ! 

 

 Victoire des Waorani.

Quand le gouvernement équatorien a tenté de vendre aux compagnies pétrolières 200 000 hectares de terre appartenant à mon peuple, nous l’avons assigné en justice et demandé votre soutien. Vous avez répondu à notre appel, donnant à notre combat la visibilité et les ressources nécessaires pour remporter une victoire historique pour le peuple Waorani, les droits indigènes et la forêt amazonienne.

Déclaration de Nemonte Nenquimo, Présidente de l’organisation Waorani Pastaz.

Assurément une grande et belle victoire grâce à votre courage Madame la Présidente ; un précieux succès afin que le peuple Waorani vive en toute liberté sur les terres séculaires de leurs ancêtres.