L'eau qui chante

La péniche Marie Thérèse ressuscitée.

Écrit par Super User. Publié dans L'eau qui chante.

      Agée de 162 ans, la péniche Marie Thérèse a eu forcément plusieurs vies. Elle a été construite en 1855 à Toulouse pour naviguer sur le canal du Midi. Jusqu’en 1890, entre la Ville rose et les quais du port de Sète, elle transite du vin en demi-muids (fûts en chêne d’une contenance de 625 litres), puis transporte des sacs de chaux, du ciment, du sable, du maïs ou de la farine. Elle pouvait charger et transporter allègrement 174 tonnes de marchandises. Après cette laborieuse mais intense vie, la Marie Thérèse est amarrée à Sète, tombe dans les mains de gens dont la navigation se fait en eaux troubles, changeant souvent de costume : restaurant le jour, discothèque la nuit et j'en passe… avant d’être abandonnée en très mauvaise santé en 1990.

Pour éviter sa destruction et la disparition définitive des barques de patron, le Conservatoire maritime et fluvial des Pays narbonnais l’achète en 1992. Juste avant qu’elle ne coule, (faute d’entretien durant de nombreuses années), une catastrophe qui aurait pu être son acte de décès. Elle sera finalement sortie de l’eau six ans plus tard, en 1998 exactement, dans un état déplorable. Quand elle a été renflouée, il ne reste pas grand-chose de cette imposante embarcation. Après cinq ans de restauration sur le chantier-école de Mandirac sur le canal de la Robine, elle retrouve son profil du XIXème siècle. Elle constitue un élément essentiel de la mémoire des « gens de l’eau » et témoigne pour les futures générations de l’épopée fantastique rattachée à la construction du canal du Midi et des conditions de son exploitation. Aujourd’hui, elle est la plus vieille péniche (et bateau) naviguant en Europe.

En mai 2016, elle entame une nouvelle existence, elle devient la vitrine de la cave coopérative des vignerons du château de Ventenac en Minervois qui ont acheté cette péniche d’exception dans le cadre d’un vaste projet de valorisation du patrimoine viticole. Elle sera amarrée devant le merveilleux château gothique où niche la cave viticole du petit et charmant village languedocien.

Il ne me reste plus qu’à souhaiter à la Marie-Thérèse la réussite à cette nouvelle aventure dans ce site merveilleusement représentatif de ce que le canal du Midi offre de meilleur à ses nombreux bateliers.